Marrakech: des voix pour la paix

  Marrakech: des voix pour la paix Depuis le lancement du partenariat euromed les fora civils se sont succédés avec pour objectif de renforcer l’action des sociétés civiles dans la construction d’une zone de paix et de prospérité partagées.

Pourtant force est de constater que la région méditerranéenne n’a jamais été aussi meurtrie qu’aujourd’hui: “L’espoir de voir une action politique en faveur du processus de paix, négociée et menée dans le cadre du droit international, l’emporter sur les armes, les armées, la militarisation de la société, l’état de siège permanent, le renforcement des frontières, ont été déçus”, a déclaré le comité de pilotage de ce forum.

“La crise de l’été au Liban/Israël et la destruction du Liban, la situation désespérée à Gaza, la crise en Palestine due à la suspension des financements européens, la poursuite de la construction du mur entourant la Cisjordanie, l’absence de solutions pacifiques et négociés.... compromettent un développement harmonieux de la région. La situation du peuple irakien, soumis à l’occupation et à la violence quotidienne, déplacé dans les pays voisins où les droits de ces réfugiés ne sont pas même reconnus, contribue au sentiment général d’insécurité, de tension et de séparation”.

Dans ce contexte, le processus de Barcelone, lancé il y a un peu plus de dix ans, encaisse de dures critiques, à commencer par celles dénonçant la place ambigue accordée aux sociétés civiles dans le partenariat euroméditeranéen dont les gouvernements impliqués ont souvent été accusés d'adopter un double langage.

En effet, bien peu de pays européens ou arabes ont pris leur responsabilité pour tenter d’imposer la paix dans la région. On déplorera aussi de voir prospérer les régimes autoritaires et les entraves portées aux citoyens de nombreux pays en terme de libertés individuelles et collectives.

La Plate-forme non gouvernementale Euromed (organe représentatif des sociétés civiles euro-mediterranéennes) entend néanmoins dégager, à l’occasion de ces journées, des propositions concrètes afin de matérialiser l’implication des acteurs de la société civile dans la construction et le renforcement d’un partenariat conforme aux attentes et aux aspirations des populations de la région.

Enfin faut-il le rappeler: la paix, c’est aussi la paix sociale, et son déficit qui sévit un peu partout ne fait qu'engendrer des poches d'exclusion grave. En Europe et dans les pays du sud, les migrants illégaux et les demandeurs d’asile connaissent des traitements inhumains, alors que la lutte contre la pauvreté reste vaine dans un espace dominé par la «sécurité des frontières».

La paix sera donc au centre des différents ateliers consacrés à interroger la responsabilité des organisations de la société civile dans la construction de la paix. Ce thème se déclinera en quatre axes: la paix et la prévention des conflits; la démocratie et le respect des droits et libertés de l’Homme, y compris l’égalité des genres; les migrations et la mobilité dans l’espace euro méditerranéen et enfin le développement durable et la participation citoyenne. Rédaction Babelmed
(05/11/2006)

Related Posts

Maroc: la presse à l’heure des bilans

15/01/2004

Maroc: la presse à l’heure des bilansLa fin de l’année a été bien morose au Maroc, à la mesure des bilans axquels se sont livrés les principaux magazines d’actualité. Les bonnes nouvelles de ce début 2004 en matière de droits de l’homme suffiront-elles à rendre les marocains plus optimistes?

L’exode des Subsahariens

28/10/2005

L’exode des SubsahariensQuand l’Afrique vient crier sa misère aux portes de l’Europe, il arrive que sa tragédie se fasse entre de l’autre côté de la Méditerranée. A partir de la fin du mois de septembre, les candidats subsahariens à l’émigration ont pour ainsi dire forcé l’événement. Ils ont obligé les médias des pays européens à parler d’eux.

Au Maroc on ne badine pas avec l’amour adolescent

14/10/2013

boussa 110Ils ont 15 ans et ils s'aiment. Alors ils ont posté sur Facebook la photo d’un baiser. Pour cette photo, les deux adolescents et le collégien photographe ont été détenus le 4 octobre dans un centre fermé pour mineur à Nador tandis que les réseaux sociaux s’enflammaient. (A écouter sur France Inter)