Regards (de) Marocains sur le monde

  Regards (de) Marocains sur le monde L'Eglise du Sacré Cœur de Casablanca accueille du 5 au 30 janvier une exposition photographique intitulée «Regards (de) marocains sur le monde», organisée par l'Institut Français de Casablanca en collaboration avec le Goethe Institut, l'Institut Cervantes, la Délégation Wallonie-Bruxelles, avec le soutien de la Wilaya du Grand Casablanca et la Ville de Casablanca.
Cette exposition qui propose des reportages à travers des photos de cinq photographes marocains a pour objectif de surprendre et sensibiliser le public à une nouvelle démarche, celle du monde vu par les marocains. Elle souhaite aussi introduire au prochain «Mois de la photo de Casablanca» auquel participeront une dizaine de photographes marocains.
Dès à présent, cette exposition invite le public à un voyage entre Barcelone, Berlin, Bruxelles, Saint-Malo et Tokyo présenté par cinq photographes. Il s'agit de Fouad Maâzouz, jeune globe trotter actuellement en résidence à La Cité des Arts de Paris, qui présente son regard sur Berlin ; Leïla Ghandi, actuellement en voyage au Tibet, qui propose son regard sur la Chine ; Aicha Ettaleb, juriste de formation, vivant entre Bruxelles et Rabat, qui nous fait découvrir son paisible coin de Bruxelles ; Zhor Mekouar, qui recherche un jumelage de lumières avec Essaouira, expose sa vision de Saint Malo ; enfin Mohamed Fariji, résidant depuis un an dans une galerie de Barcelone, nous fait visiter un Derb Ghallef espagnol.

Une table ronde sera également au programme le 16 janvier à 19h00 autour du voyage et du désir d'ailleurs.
Rédaction Babelmed
(15/01/2007)

Related Posts

Juifs et musulmans de Tétouan. Témoignage

12/02/2014

tetou 110wwM’Hammad Bennaboud est historien, il connaît chaque pierre de la Médina de Tétouan mais aussi les grandes transformations que la ville a connues, du siècle dernier à nos jours. Il raconte l’histoire de la cohabitation entre juifs et musulmans à Tétouan.

La difficile reconversion

22/06/2004

La difficile reconversionLa culture du cannabis fait vivre une grande partie de la population misérable des montagnes du Rif, mais les agriculteurs n’en retirent que des miettes. Le chiffre d’affaires sur le marché est estimé à 12 milliards de dollars, mais seuls 2 % de ce montant échoit aux cultivateurs…

Survivre à la marocaine

06/12/2003

Survivre à la marocaineIls appartiennent à toutes les catégories d’âge et viennent de tous les horizons: des jeunes et des moins jeunes, chassés des campagnes par la misère, des vieillards sans ressources, des femmes abandonnées, des diplômés chômeurs qui ne trouvent pas de place sur le marché du travail, etc. Leur point commun est de refuser de baisser les bras, de tendre la main pour mendier.