Maroc: Les années de plomb sont-elles vraiment derrière nous?

  Maroc: Les années de plomb sont-elles vraiment derrière nous? Le 1er mai au Maroc, comme partout dans le monde, la classe ouvrière, les salariés et les démocrates célèbrent les luttes qui ont fait avancer la démocratie sociale et politique.

La nouvelle ère de gouvernance au Maroc a marqué ce 1er mai par des dizaines d’arrestations de syndicalistes, militants associatifs et des droits humains dans différentes régions du Nord au Sud.

Des interpellations musclées ont eu lieu, marquées par l’usage de la torture et suivies de condamnations à des années de prison ferme pour «atteinte aux valeurs sacrées du Maroc».

Les organisations signataires affirment leur soutien aux militants arrêtés et s’insurgent contre ces atteintes aux droits fondamentaux que sont le droit de manifestation, de grève et de liberté d’expression.

Elles exigent du pouvoir marocain la libération immédiate des militants et l’arrêt des poursuites à leur encontre.

Elles appellent les démocrates et les organisations de la société civile à apporter leur soutien aux victimes et à interpeller les autorités marocaines pour exiger le respect des libertés fondamentales et la fin de ces pratiques qui ne sont pas sans rappeler les pages sombres de l’histoire du Maroc.
(05/06/2007)

Related Posts

Rihla, sur les sentiers culturels du monde arabe

08/11/2017

rihla 110Que veut-dire être arabe aujourd’hui ? Comment se saisir d’une telle question sans multiplier les interrogations à l’infini, ni divaguer dans le labyrinthe identitaire des ressentis et des vécus? C’est en se lançant sur « les sentiers culturels du monde arabe » qu’Oumayma Ajarai, Ghita Ghilla ,Hajar Chokairi et Mehdi Drissi sont partis en quête de réponses. C’était il y a deux ans après avoir réussi à lever les fonds pour leur Rihla.

Maroc: la littérature pour dire les années de terreur

28/01/2004

Maroc: la littérature pour dire les années de terreurDepuis le début du nouveau règne au Maroc (1999), les récits fleurissent sur la répression pendant les années de plomb: la terreur entretenue par le régime et sa police au mépris de toutes les lois, la torture dans les lieux tristement célèbres comme Dar Lmokri à Rabat ou Derb Moulay chérif à Casablanca, les nombreuses disparitions non encore élucidées et l’enterrement des citoyens dans les bagnes-oubliettes du désert en plein vingtième siècle (Tazmamart, Kalaa Mgouna).

De l’usage des charniers au Maroc (I)

03/01/2006

Le mot charnier désignait dans le passé un lieu de sépulture commun, socialement admis. Dans son acception moderne, le terme désigne plutôt une fosse commune où on enterre les morts à la hâte ou dans le secret.