Band of Gnawa

  Band of Gnawa Band of Gnawa évoque le fameux groupe "Band of Gypsys" crée par Jimi Hendrix en 1969. De nombreux artistes et groupes rock des années 70, tels que Hendrix, Led Zeppelin, les Beatles ont été directement influencés par les musiques d’Afrique, du Maghreb et particulièrement par celles des Gnawa

Initié par Loy Ehrlich (Hadouk Trio) avec Louis Bertignac (Téléphone), Cyril Atef (M, Bumcello), Akram Sedkaoui et un jeune maâlem (maître) gnawi d'Essaouira, BAND OF GNAWA revisite quelques grands standards de Rock'n'roll des 70's (entre autres: Come Together des Beatles, Message to Love d’Hendrix, Sympathy of the Devil des Stones etc.), avec la volonté d'un véritable métissage avec les musiques gnawa dont ces groupes se sont souvent inspirés.
Band of Gnawa c’est tout d’abord une création musicale avec 4 musiciens gnawa et 4 musiciens d’influence pop rock: Loy Ehrlich, initiateur et directeur du projet, au clavier et à la basse; Louis Bertignac, à la guitare; Cyril Atef, à la batterie et aux percussions; Akram Sedkaoui, au chant; Saïd Boulhimas, talentueux jeune maâlem d’Essaouira, au Gumbri (basse traditionnelle), accompagné de ses 3 musiciens, aux chœurs et aux percussions.

C’est aussi une résidence d'artistes, du 3 au 9 juin 2007, qui réunira tous les musiciens à Essaouira.

C’est enfin deux concerts. Le premier au Festival Gnaoua et Musiques du Monde à Essaouira le 21 juin. "Band of Gnawa" donnera sa première représentation publique sur la grande scène du Festival, à l'occasion de la célébration des 10 ans du festival et de la fête de la musique
Le second à Paris, le 27 juin, au Cabaret sauvage du Parc de la Villette.

Rédaction Babelmed
(05/06/2007)

Related Posts

L’orientalisme à l’honneur à Marrakech

05/05/2010

L’orientalisme à l’honneur à MarrakechL’Institut français de Marrakech propose une exposition et une série de manifestations autour de l’orientalisme en mai et juin.

Maroc: alerte aux faucons. Entretien avec Nadia Salah, directrice des rédactions d'Eco-Medias

04/09/2007

Nadia Salah, directrice des rédactions d'Eco-Medias a accordé un entretien à Arab Press Network, repris ici dans babelmed. Elle y pointe du doigt les faucons qui menacent la liberté de la presse, dénonce les financements occultes, explique pourquoi les gratuits sont voués à une courte vie et dévoile le tout dernier projet de son groupe qui a fait de la diversification son mot d'ordre.

La démocratie pour sortir du despotisme ou «Du passé faisons table rase»

02/02/2004

La démocratie pour sortir du despotisme ou «Du passé faisons table rase»Héritage et rupture dans la pensée politique arabo-musulmane de Mohamed Mouaqit est à mon sens l’essai le plus intéressant de l’année 2003. L’auteur y fait preuve d’une audace et d’une subtilité dans l’analyse des plus précieuses.