Casablanca

 

D’Anfa à Casablanca
Casablanca[…] Nous passons des misérables bidonvilles à Anfa, devenue le quartier le plus chic, des modernes immeubles luxueux aux demeures traditionnelles, vues de l’intérieur, privilège dont a bénéficié Yves Jeanmougin car les étrangers ont rarement l’occasion d’y pénétrer. Il nous montre la mosquée Hassan II, la seule à être bâtie sur la mer, la plus grande du monde, dotée du plus haut minaret. Il ressuscite des bâtiments qui ont disparu comme l’Eden Rock. Plus loin, un ange sculpté nous annonce le cimetière chrétien d’El Hank, puis près du parc de la Ligue arabe, l’ancienne cathédrale du Sacré-Cœur est devenue récemment un centre culturel marocain, non loin duquel vivent encore quelques Européennes d’un âge avancé, nées pendant la colonisation.

Dans l’ensemble, Yves Jeanmougin, fidèle à lui-même, privilégie les habitants, pauvres et riches, dans leur diversité, leur vie quotidienne, les jours de fête, lors de cérémonies comme la circoncision, les fiançailles, les mariages ou les deuils…

 

Casablanca

 

À Anfa, on découvre à l’hippodrome que les blédards ont remplacé les bourgeois. Les croyants qui prient à la synagogue, près de l’immense cimetière juif, nous rappellent que la communauté du Maroc reste encore la plus nombreuse du monde arabe et que le Musée judéo-marocain, créé en 2000 par Simon Lévy à Casablanca, est le seul en terre d’Islam. Non loin, des élèves d’une école coranique font pendant à ceux d’une école publique. Tandis que des rues sont bondées de Casablancais qui accomplissent la prière du vendredi, la photo d’un Chinois confirme que ses compatriotes ont commencé à pénétrer en Méditerranée ! Les vendeuses de poissons et le marché aux grains suggèrent senteurs et saveurs, puis des restaurants nous rappellent la succulence de la cuisine marocaine : la typique soupe harira, la pastilla, entrée unique en son genre qui mélange salé et sucré, les différents couscous et tagines, les pâtisseries dont les plus connues sont le makroud, berbère, et les kaab el ghazal, cornes de gazelles, arabo-andalouses, accompagnés du thé à la menthe servi selon l’élégant rituel marocain.

 

Casablanca

 

Au terme de ce périple, je suis persuadé que, paradoxalement, cet album fera découvrir aux habitants et aux familiers de Casablanca des aspects qu’ils ignorent. Pour ceux qui ne connaissent pas cette ville, il est une merveilleuse invitation au voyage. Pour tous enfin, il est une incitation au dialogue et à l’échange.

 



Casablanca
Préface de Paul Balta
Photographies de Yves Jeanmougin
Texte de Youssef Fadel
Livre broché 36 x 24 cm / 208 pages / 190 photographies en bichromie / Tarik éditions (2007), 45 €
Les photographies publiées dans ce livre ont été prises entre 1997 et 2006.
Ce livre est disponible (franco de port pour les envois en France métropolitaine) auprès de:
Métamorphoses, Friche la Belle de Mai 41 rue Jobin 13003 Marseille

meta@metamorphoses-arts.com
www.metamorphoses-arts.com

Related Posts

L'excursion tangéroise et le colloque

17/05/2010

Le dimanche, comme prévu, nous sommes accueillis, Serge et moi, par Yto Barrada, la directrice de la Cinémathèque de Tanger, elle-même photographe, la quarantaine, une femme dynamique, débordant d'enthousiasme.

Une vie consacrée aux musiques du Maroc

02/09/2011

Une vie consacrée aux musiques du MarocIzza Genini vient de publier un coffret de 3 DVD regroupant la presque totalité des films qu’elle a réalisés sur les musiques du Maroc.

Rihla, sur les sentiers culturels du monde arabe

08/11/2017

rihla 110Que veut-dire être arabe aujourd’hui ? Comment se saisir d’une telle question sans multiplier les interrogations à l’infini, ni divaguer dans le labyrinthe identitaire des ressentis et des vécus? C’est en se lançant sur « les sentiers culturels du monde arabe » qu’Oumayma Ajarai, Ghita Ghilla ,Hajar Chokairi et Mehdi Drissi sont partis en quête de réponses. C’était il y a deux ans après avoir réussi à lever les fonds pour leur Rihla.