Un Maroc, deux confessions…

Un Maroc, deux confessions…
le cimetière juif à Casablanca

 

16 mai 2003. Deux symboles de la présence juive à Casablanca sont pris d’assaut par les terroristes: le Cercle d’alliance israélite et la «miaâra» (le cimetière juif vieux de plus d’un siècle situé dans l’ancienne médina). Dans les deux attaques, aucun citoyen marocain de confession juive n’a péri. Et pour cause: l’attaque a eu lieu la nuit du vendredi au samedi qui marque la traditionnelle fête du shabbat où les membres de la communauté juive restent chez eux. Personne donc n’était présent au Cercle d’alliance. Quant au cimetière, cela faisait plusieurs années qu’il était fermé. Les terroristes, originaires tous du bidonville de Sidi Moumen, n’avaient vraisemblablement pas été briefés là-dessus.

«Nous sommes tous des frères…»

 

Un Maroc, deux confessions…
Return de Mohammed V au Maroc

 

Au lendemain des attentats, les habitants du quartier Verdun qui abrite la majorité des habitants juifs de la capitale économique ne croyaient pas leurs yeux. Jamais, un attentat n’avait ciblé cette communauté très attachée au Maroc. «Comment ont-ils osé attaquer nos frères?», lance amer, Abdelilah la quarantaine, natif et résident du quartier. Plusieurs années se sont passées après ces attaques meurtrières, mais cet homme qui a toujours vécu dans le même quartier ne parvient pas à comprendre les véritables motivations de ceux qui se sont explosés en face de l’Alliance. «Nous acons toujours vécu en harmonie avec nos frères juifs. Ils mangent notre couscous et on raffole de leur skhina (mélange de veau, du blé, du riz et de pommes de terres). Qu’ils aillent s’exploser en Palestine. Cela a beaucoup plus de sens», lance-t-il furieux. Le mot est ainsi lancé. «Les terroristes qui ont ciblé les symboles de la judaïté à Casablanca ne savaient probablement pas que le Maroc possède aussi une histoire juive», explique l’historien Maâti Mounjib. Et d’ajouter: «Ces jeunes de Sidi Moumen ont une culture politique très faible. Ils voulaient tuer du juif pour mériter le paradis. Pour eux comme dans l’imaginaire collectif marocain, juifs et israéliens vont de pair.» Le conflit israélo palestinien, surtout après l’Intifada et les images de Palestiniens tués par les soldats israéliens, ont fini par entériner cette confusion.
La présence juive au Maroc est ancestrale. Elle remonte à plus de deux mille ans. La fin de la présence musulmane en Andalousie marque en même temps une forte migration des communautés juives d’Espagne vers le Maroc. Cette communauté représentait durant les années 40 du siècle passé près de 300.000 personnes. La création de l’Etat d’Israël en 1948 allait nettement changer la donne. Il faut préciser que dans un contexte de la seconde guerre mondiale marquée par la Shoah, les juifs marocains ont été à l’abri des exactions. «Le Sultan Mohammed V a refusé que les lois antijuives de Vichy s’appliquent aux juifs du Royaume. C’est pour cette raison qu’il est considéré par les juifs du monde entier comme un des Justes», soutient ce leader de la communauté juive au Maroc. Les cagues d’immigration commencent donc quelques mois après la proclamation de l’Etat d’Israël, mais s’intensifient sous le règne de Hassan II. Une migration vers l'Etat hébreu pour les plus pauvres. Et vers la France et le Canada pour les plus nantis. «Les juifs marocains ont quitté le Maroc aussi pour des raisons économiques. D’ailleurs, les Marocains de confession musulmane font de même», assure le même leader.

Un million de résidents marocains à l’étranger juifs

 

Un Maroc, deux confessions…
Simon Lévy

 

Aujourd’hui, ils sont quelques milliers à vivre au Maroc principalement à Casablanca. On estime leur nombre entre 3000 et 7000. A la tête du musée du judaïsme marocain (seul musée de Casablanca!), Simon Lévy, également militant du Parti du progrès et du socialisme (ex- parti communiste) pointe du doigt le vrai problème : Les écoles n’enseignent pas que le peuple marocain a également une histoire et une composante identitaire juive. «Depuis 1967, les manuels scolaires d’histoire occulte la dimension juive au Maroc», renchérit l’historien Maâti Mounjib. «Même quand on évoque la communauté marocaine vivant à l’étranger, on ne parle que des trois millions de musulmans alors qu’un autre million juif, vivant à l’extérieur du Royaume, se considère toujours comme marocain», a à maintes reprises martelé Simon Lévy. Ces derniers reviennent chaque année se recueillir sur les tombes de leurs ancêtres. Et malgré les exodes successifs qui ont vidé le Royaume de ses juifs, ils sont nombreux à venir célébrer la hiloula (moussems juifs), rendant ainsi hommage aux centaines de saints juifs enterrés un peu partout au Maroc. Des marabouts qui sont parfois vénérés par les deux communautés, juive et musulmane...

 


 

Hicham Houdaïfa
(10/12/2008)

 

 

 

 

Related Posts

Génération M6: jeunesse désenchantée

06/03/2010

Génération M6: jeunesse désenchantéeIls s’appellent Simo, Meriem ou Marwane. Ils se disent réalistes, se voient leaders dans leurs métiers d’ici dix ans. D’autres rêvent d’être parents. Mais derrière ces notes d’espoir, beaucoup de pessimisme apparaît dans leurs propos. Enquête auprès de dix jeunes citadins.

«Je voudrais vous raconter…»: Dalila Ennadre à la rencontre des femmes marocaines

09/02/2006

«Je voudrais vous raconter…»: Dalila Ennadre à la rencontre des femmes marocainesProjection samedi 18 février à 20h30, Institut Français d'Agadir. A deux ans de l'entrée en vigueur du nouveau Code de la famile, Dalila Ennadre interroge, dans son film documentaire, la réalité cachée de 70% des femmes marocaines. Comment ces dernières, pour la plupart analphabètes, peuvent-elles avoir accès à leurs droits dans une société où, de surcroit, les intégristes s'opposent farouchement à toute évolution libératoire du statut de la femme?

Un rapport accablant sur la situation des enfants de la rue marocains à Melilla

18/09/2016

melilla-110Dans l’enclave espagnole, les mineurs étrangers non-accompagnés, en majorité marocains, sont régulièrement maltraités. Une situation tristement connue mais dépeinte cette fois-ci en détail par l’association espagnole Harraga dans un récent rapport. (Ebticar/le Desk)