L’ESAV de Marrakech: un espace culturel ouvert, un pole d’excellence…

 

 

L’ESAV de Marrakech: un espace culturel ouvert, un pole d’excellence…Les talents ne manquent pas côté rive sud de la Méditerranée. Les réalisateurs et les artistes maghrébins sont là pour nous le rappeler. Seulement voilà les formations manquent cruellement tandis que les conditions de production et de diffusion sont encore lacunaires. C’est donc pour pallier ce deficit, et en particulier l’absence d’écoles formant des professionnels de haut niveau dans les domaines du cinema, de la television, du multimedia et du graphisme que l’ESAV est née, il y a trois ans.

Véritable pôle d’excellence, unique en Afrique, l’ESAV propose des filières de 3 ou 5 ans ouvertes aux jeunes se destinant aux métiers de la communication et de l’audiovisuel. l’ESAV se veut avant tout une école d’art où l’accent est mis sur le regard des étudiants artistes. Ce sont donc de jeunes professionnels qui auront aiguisé un point de vue sur le monde et élaboré une approche esthétique qui sortiront de cette école.

L’ESAV est aussi un espace culturel ouvert au public et aux différents acteurs culturels de la ville de Marrakech. Tous les soirs ont lieu des projections suivies de débats animés par les étudiants, les enseignants et les professionnels du cinema. Ce lieu de croisements et d’échanges permet également de se familiariser avec les différentes pratiques artistiques, grâce à la présence permanente d’artistes internationaux en résidence de création : graphistes, plasticiens, chorégraphes, musiciens…On ne s’étonnera donc pas de voir figurer, parmi les parrains de l’école, des réalisateurs aussi prestigieux que Jean-pierre Jeunet et Martin Scorsese, Abbas Kiarostami et claude Miller, Wim Wenders et Abderrahmane Sissako.

L’ESAV est très largement soutenue par la Fondation Suisse Susanna Biedermann. Un partenariat a été initié avec l’université Cadi Ayyad de Marrakech, première université marocaine à s’impliquer dans un projet d’enseignement privé. L’Inas de Bruxelles, l’Ecole Supérieure d’audiovisuel de Toulouse, l’école supérieure des beaux arts de Genève, ou encore la London Film School sont les partenaires pédagogiques de l’ESAV.

Le siège de l’ESAV est à la mesure de ses ambitions artistiques et pédagogiques. Conçu par Max Alioth et réalisé par Khalil Bennati, il abrite plusieurs salles de cinema, de projection et d’analyse filmique, deux plateaux de tournage, un auditorium de mixage, un studio d’enregistrement, un studio photo, vingt salles de montages, une médiathèque, des ateliers d’artistes et de graphisme, des espaces d’exposition, et une salle informatique….

Le souci d’équité et l’esprit de mixité sociale qui animent l’école se traduisent, entre autres, par un fonds de bourses conçues pour aider les étudiants de familles à faible revenu.

Bref, toutes les conditions semblent avoir été reunies, dans un même lieu, pour former des professionnels de haut vol.

*Pour en savoir plus sur l’ESAV, et télécharger les dossiers d’inscription: www.esavmarrakech.com

 

 


(27/04/2009)

Related Posts

De l’usage des charniers au Maroc (I)

03/01/2006

Le mot charnier désignait dans le passé un lieu de sépulture commun, socialement admis. Dans son acception moderne, le terme désigne plutôt une fosse commune où on enterre les morts à la hâte ou dans le secret.

Le Maroc en route vers la révolution?

08/03/2011

Le Maroc en route vers la révolution? Les noms de végétaux fleurissent dans le monde arabe, au Maroc, la révolution baptisées « des coquelicots » est espérée par certains et rejetées par d’autres. Le Royaume observe, scrute, se renseigne mais, pour l’heure, le vent de liberté du Maghreb a du mal à souffler sur le Maroc.

Partir, de Tahar Ben Jelloun

12/07/2006

Partir,  de Tahar Ben JellounAu moment où une vaste conférence ministérielle sur la maîtrise des flux migratoires se conclut à Rabat, la lecture du dernier ouvrage de prolixe écrivain marocain donne à entendre une autre voix. Nul ne sait quand et comment les paroles lisses de la diplomatie mettront un peu d’humanité sur la tragédie quotidienne des clandestins venus d’Afrique, en attendant Tahar Ben Jelloun nous livre, en version romancée certes, un peu de l’imaginaire et du désir de tous ceux qui, du côté de Tanger, rêvent de «brûler» le détroit et de tenter leur chance vers l’Espagne et la vaste Europe.