Latif Lahlou, cinéaste passionné et engagé

 

Latif Lahlou, cinéaste passionné et engagéC’est devant une salle comble que Latif Lahlou a présenté son dernier long métrage, Les Jardins de Samira , sorti en 2007 et pour lequel il a reçu le prix du meilleur scénario lors du dernier Festival des films du monde à Montréal. Pourtant, le cinéaste assure que son ambition n’est pas de décrocher des distinctions. «Je réalise des films qui posent des questions, qui suscitent la réflexion et qui participent à une prise de conscience. Je ne fais pas de films pour les festivals» affirme cet artiste passionné qui n’a d’ailleurs pas hésité à demander le retrait de son film de la compétition du festival international d’Alexandrie à cause «des comportements inconvenables» des organisateurs à l'encontre du cinéma marocain. Cinéaste sans compromis, Latif Lahlou met en scène des personnages qui vont au bout de leurs désirs, malgré les obstacles érigés par la société. C’est le cas de Samira qui refuse l’abstinence sexuelle imposée par un mari impuissant en nouant une relation torride avec le neveu de celui-ci. Second film réalisé en 1975, La Compromission décrivait déjà les rapports difficiles d’un couple. «Ce film traite de la question des luttes ouvrières dans une usine. Le mari se compromettait avec le patron mais la femme défendait la classe ouvrière...moi, je suis très politisé car j'étais militant de gauche et donc je ne peux pas concevoir un travail artistique qui n'ait pas un écho politique dans l'équipe...» explique le cinéaste marocain.

Une dimension sociale et universelle

 

Latif Lahlou, cinéaste passionné et engagé
Latif Lahlou

 

Outre l’aspect politique, c’est surtout la dimension sociale qui sous tend le cinéma de Lahlou. «La société marocaine souffre énormément des tabous, de la culture féodale…» indique-t-il. Pourtant, pas question pour Latif Lahlou de faire dans le documentaire. «C'était absolument à éviter car je n'ai pas à donner des solutions. Les Jardins de Samira était un cas. Ce qui m'intéresse, c'est d'analyser le drame de ces deux êtres qui souffrent terriblement. Le problème de l'impuissance reste un tabou. On n'en parle pas au Maroc.» Hormis quelques détracteurs, les marocains ont accueilli favorablement le dernier long métrage de ce cinéaste subversif et audacieux. Peut-être parce que l’histoire de cette femme libre, prisonnière des traditions, dépasse largement les frontières du Maroc. Certains y voient des analogies avec Mascarade du cinéaste algérien Lyes Salem. «C’est vrai qu’il existe des préoccupations maghrébines communes» reconnaît Latif Lahlou. Et d’ajouter «mes films ont une connotation universelle et donc multiculturelle. Mais je ne suis pas un prophète. Je n'ai pas de message à transmettre. Je veux observer la société et faire partager mon approche avec les spectateurs...»

 


Sarah Ben Ammar
(11/05/2009)

 

Related Posts

Sonnette d’alarme pour l’échéance de Francfort

29/03/2004

Sonnette d’alarme pour l’échéance de FrancfortLa polémique fait rage autour de l’«Année Arabe» à la foire du livre de Francfort, la plus grande et prestigieuse rencontre mondiale autour du livre. Selon Hassan Daoud, les Arabes risquent d’arriver trop tard à la Foire car ils ne sont plus dans le creuset d’une même culture.(Version Arabe)

Les cinémas du Maroc sur l'Ecran de Saint-Denis

30/04/2007

Les cinémas du Maroc sur l'Ecran de Saint-DenisAprès le cinéma du réel en janvier, le festival de Pantin côté court en avril, c’est au tour de la salle L’Ecran à Saint-Denis, au nord de Paris, de présenter du 10 au 13 mai prochain une sélection de films marocains (10 longs et 9 courts). A l’inverse des deux premières manifestations précitées, à l’Ecran, la programmation d’un panorama marocain est désormais un rendez-vous annuel. Fort du succès de l’an dernier, le directeur de cette salle art et essais, Boris Spire, dévoile les intentions à l'origine de cette manifestation et ses ambitions. Dix pass sont offerts par L’Ecran aux internautes de babelmed.

Casa Negra, le mythe détourné

03/01/2009

Casa Negra,  le mythe détournéEpoustouflant, vivant, dur et même cruel parfois, le dernier film de Nourreddine Lakhmari ne laisse pas indifférent.