Israël: mythes et légendes à l’épreuve de la vérité historique

 

Israël: mythes et légendes à l’épreuve de la vérité historiqueDans les couloirs de l’université de Tel Aviv, où il enseigne depuis de longues années l’histoire contemporaine, certains de ses collègues et amis ne le saluent plus, tandis qu’en France le livre a subi un véritable boycott (1).

Pourtant cet essai volumineux a déjà commencé son tour du monde. Il est aujourd’hui traduit dans une dizaine de langues, dont l’arabe, après avoir régné, plusieurs mois d’affilé, en tête du top ten des livres les plus vendus en Israël.

Présent à la première rencontre de l’ULM (université Libre de la Méditerranée) à Casablanca où il a donné une conférence devant un parterre d’universitaires venus de 16 pays du pourtour de la Méditerranée, Shlomo Sand s’est également prêté à l’interview collective d’une vingtaine d’étudiants avant de se laisser happer par la multitude de rendez-vous qui lui avaient été concoctés avec le public et la presse marocaine.

Israël: mythes et légendes à l’épreuve de la vérité historiqueLe personnage est médiatique. Regard rieur, gesticulations accompagnant des floppées de mots, goût prononcé pour la provocation, ce juif d’origine autrichienne, débarqué bébé à Jaffa en 1948, n’hésite pas à déclamer haut et fort son antisionisme et à dénoncer le racisme anti arabe qui existe dans son pays.

Mais pourquoi son dernier livre a-t-il choqué à ce point? “J’ai voulu decomposer l’historiographie de mon pays en m’attaquant aux grands mythes d’Israël", explique Shlomo Sand. “J’ai pris l’histoire nationale telle qu’elle nous est proposée et j’ai tenté de démontrer qu’il s’agissait de légendes et de mythes, qu’il ne fallait pas confondre la bible avec un livre d’histoire, qu’il était grand temps de la remettre au rayon théologie.”

Pour l’historien israélien, le peuple juif n’existe pas, c’est une invention qui remonte à 150 ans et qui participe à la fabrication d’un passé imaginaire dont le but est de consolider le sentiment national en Israël. “Tous mes étudiants sont persuadés d’être des descendants du royaume de David, que les juifs auraient été, il y a deux mille ans, contraints de s’exiler, et bien l’exode, ce fondement même de l’identité juive, n’a jamais existé. C’est pourquoi on ne trouve aucun livre de recherche scientifique s’attaquant au sujet. En fait, l’écart entre l’historiographie professionnelle et l’imaginaire collectif est immense”.

La diaspora juive, que l’on relie de manière erronée à cet exode, trouve, selon l’universitaire, son explication ailleurs.Ainsi, le judaïsme qui fut une religion très prosélytiste aurait produit de nombreuses conversions qui se seraient à leur tour répandues un peu partout dans le monde.

En s'en prenant aux représentations officielles, Shlomo Sand remet en cause la légitimité meme d'un Etat Ebreu. “Le peuple juif n’existe pas”, ne se lasse-t-il pas de répéter: “comment un peuple qui n’avait pas de langue, pas de culture commune, si ce n’est une religion, pourrait-il exister. Or la religion ne suffit pas. Parle-t-on par exemple de peuple chrétien? Non.”

Si l’antisionisme de l’historien est accueilli favorablement par son auditoire arabe, ce dernier ne mâche toutefois pas ses mots sur la douloureuse question du droit au retour de quelques 6 millions de Palestiniens sur leur terre. “Israël ne peut être la patrie de tous les juifs du monde, elle ne peut se déclarer juive et démocrate en même temps, c’est antinomique, car en imposant une dimension juive à l’Etat d’Israël, on finit par exclure 1,4 million d’Arabes israéliens. Ceci étant dit, l’Etat d’Israël est difficilement en mesure d’accueillir le retour de 6 millions de Palestiniens.”

“Je suis attaché à cette terre que nous avons volée mais qui n’en demeure pas moins ma patrie. Je suis très pessimiste sur l’avenir de la region, mais s’il y a une solution, elle commence par cesser de tout confondre. C’est pourquoi j’affirme que notre histoire ne peut se se fonder sur l'ancien testament. Seul l’Etat d’Israël existe, il faut le “désioniser” en attendant la création de deux Etats.”

Israël: mythes et légendes à l’épreuve de la vérité historiqueEn Israël, Shlomo Sand n’est pas le seul intellectuel à avoir malmener les mythes sionistes. D’autres historiens comme Idith Zertal (2), Benny Morris, Ilan Pappé, ou encore Tom Segev, ont sérieusement désacralisé l’histoire officielle de leur pays. Leurs travaux portent essentiellement sur l’utilisation de la shoah dans la construction de l’Etat d’Israël, ou sur la “Naqbah” (catastrophe en arabe), c’est à dire l’expulsion massive des Palestiniens de leurs villages par les milices sionistes.

Shlomo Sand a raison d’être pessimiste. A Tel Aviv, la ville dont il se plait à louer les mérites d’ouverture, les vieux panneaux routiers sont au fur et à mesure remplacés par une nouvelle ségnalitique désormais dépouillée de la langue arabe. Mais c’est pourtant à Tel Aviv que des intellectuels comme Schlomo Sand permettent encore de nourrir quelques lueurs d’espoirs pour la paix au Moyen Orient.

 


(Propos recueillis par les étudiants de l’ULM, Casablanca juillet 2009)


(1) Comment le peuple juif fut inventé , Fayard, 2008.
En France, le livre a subi une sorte de censure jusqu’aux massacres de Gaza, lorsqu’indignés, journalistes et éditeurs ont tenté de mieux cerner une question qui leur avait échappé, il a été alors largement médiatisé.

(2) La nation et la mort: La Shoah dans le discours et la politique d'Israël , Paris, Éditions La Découverte, 2008.

 



Pour en savoir plus, lire l’article de Shlomo Sand « Déconstruction d’une histoire mythique. Comment fut inventé le peuple juif paru dans le Monde Diplomatique (août 2008).
http://www.monde-diplomatique.fr

 

 

 

Related Posts

Hassan II, le folklore, la langue et la culture

16/05/2005

C’est le volet le plus fertile et le plus intéressant de l’analyse de la personnalité de Hassan II. La double étiquette de modernisateur et de traditionaliste fait l’ambivalence du personnage du roi, ambivalence que l’auteur explique par la formation que reçut le prince

Les grivoiseries du mois d’avril dans la presse

07/05/2004

Les grivoiseries du mois d’avril dans la presseOn dit que les Marocains ne lisent pas la presse? C’est vrai en général. Mais il leur arrive parfois, comme en ce mois d’avril, de fréquenter assidûment les kiosques, de s’arracher certaines publications. A quelques jours d’intervalle, deux publications furent épuisées, en l’espace de quelques heures. Ce qui est un phénomène rare au Maroc. Et lorsqu’on ne trouvait plus les journaux, des amis serviables en faisaient des copies et nous les faxaient. Pendant plusieurs jours, les gens, qui raffolent des histoires sortant de l’ordinaire, ne parlaient que du contenu des articles de ces journaux. Plus sérieusement, la presse en ce mois d’avril s’est surtout préoccupée des réformes constitutionnelles en perspective. Tout le monde en parle, à droite comme à gauche, l’Etat comme la société civile. A force d’en parler, on va peut-être finir par les engager, ces réformes tant attendues.

Tiraillements religieux au Maroc

16/11/2007

Tiraillements religieux au MarocDans un Maroc engagé dans une vraie voie démocratique, il arrive néanmoins au religieux de s’emparer de la réalité en interprétant les grands événements pour imposer ses credo, c’est le cas des islamistes face au Tsunami. Enfin, le terreau des mentalités y est meuble et laisse germer facilement d'incongrues tentatives d’évangélisation venues de l’occident.