FTM. Casablanca sous les projecteurs!

 

FTM. Casablanca sous les projecteurs! Le film: Number One c’est Aziz, macho chez lui comme au travail jusqu’au jour où, frappé par le sortilège, il devient féministe malgré lui.

FTM. Casablanca sous les projecteurs!La réalisatrice, Zakia Tahiri (plus connue comme actrice) a fait de cette fable une comédie pétillante et émouvante avec en toile de fond les batailles pour l’émancipation des femmes et en prime une brochette d’acteurs, stars de la TV marocaine.


Un livre et un film à découvrir absolument. Des auteurs à rencontrer.
lundi 1er février à Grasse.
18h30 Palais des Congrès Rencontre et signature avec Mahi Binebine
20h30 Cinéma Studio projection de Number One en présence de Zakia Tahiri, la réalisatrice (entrée ciné 5,50)

FTM. Casablanca sous les projecteurs!Le livre: une bande de gamins et leur club de foot Les Etoiles dans le bidonville de Sidi Moumen avec une décharge de 100 ha pour horizon. L’histoire se déroule juste avant les attentats de mai 2003.

C’est le sujet du livre évènement que Mahi Binebine nous offre en cette rentrée 2010 : Les étoiles de Sidi Moumen (Flammarion) ou comment on devient une bombe humaine.
 
FTM. Casablanca sous les projecteurs!Artiste plasticien de renommée mondiale, ancien prof de maths, l’auteur confirme, avec ce 8ème livre, son talent d’écrivain tant il réussit, avec un sujet à risque, à capter le lecteur jusqu’au bout, sans pathos, ni culpabilité, ni complaisance. Une écriture tout en finesse pour une histoire forte ou la candeur de l’enfance le dispute à la terreur des « saigneurs ».

Mahi Binebine poursuivra sa tournée avec le FTM à Marseille, Gardanne, Ajaccio et Bastia.

 



Possibilité d’interview
Contacts / Renseignements
Latifa Madani
04 93 36 28 18
ftmed@wanadoo.fr
www.ftmed.org

 


 

(27/01/2010)

 

 

 

Related Posts

Salles obscures au Maroc: bientôt le clap de fin?

29/01/2013

salmar_110L’apparente vitalité du cinéma marocain dissimule un état des lieux tout autre: peu à peu les salles de cinéma disparaissent du pays. Si la production maintient un cap satisfaisant, c'est à l'autre bout de la chaîne, la distribution et l'exploitation, que le bât blesse.

Hebdomadaires

12/02/2004

Les grivoiseries du mois d’avril dans la presse

07/05/2004

Les grivoiseries du mois d’avril dans la presseOn dit que les Marocains ne lisent pas la presse? C’est vrai en général. Mais il leur arrive parfois, comme en ce mois d’avril, de fréquenter assidûment les kiosques, de s’arracher certaines publications. A quelques jours d’intervalle, deux publications furent épuisées, en l’espace de quelques heures. Ce qui est un phénomène rare au Maroc. Et lorsqu’on ne trouvait plus les journaux, des amis serviables en faisaient des copies et nous les faxaient. Pendant plusieurs jours, les gens, qui raffolent des histoires sortant de l’ordinaire, ne parlaient que du contenu des articles de ces journaux. Plus sérieusement, la presse en ce mois d’avril s’est surtout préoccupée des réformes constitutionnelles en perspective. Tout le monde en parle, à droite comme à gauche, l’Etat comme la société civile. A force d’en parler, on va peut-être finir par les engager, ces réformes tant attendues.