Brève considération géopoétique: où commencent Orient et Occident?

 

Brève considération géopoétique: où commencent Orient et Occident?
Jalel El Gharbi

Il n’est pas très confortable d’être un passionné d’Occident quand on est oriental et il n’est pas confortable d’être épris d’Orient quand on est occidental. Dans un cas on passe pour être à la solde des puissances étrangères et dans l’autre cas, on est estimé victime de ce prisme déformant qu’est l’exotisme.
Il n’est pas très confortable d’être.
Peut-être est-il doublement difficile d’être lorsque on porte en soi cette double appartenance qu’on peut délibérément avoir choisi de cultiver.
Sans le vouloir, j’ai usurpé un nom (El Gharbi, en arabe l’occidental) et pour rien au monde je ne le changerais.
Où commence l’Orient commence l’Occident. Mais ce singulier me gêne. On devrait dire les Orients et les Occidents. Dans le Coran, ces mots se déclinent au duel et au pluriel. Puis, à la réflexion, qu’importent Orient et Occident ? J’essaie par là de paraphraser le grand poète Ibn Arabi (né à Murcie, cet Occident de l’Orient en 1165 et mort à Damas cet Orient de l’Occident en 1241). J’aime à citer ces vers du poète:

«L’éclair venant d’Orient, il y aspira
S’il était apparu en Occident, il y eut aspiré
Quant à moi, je suis épris du petit éclair et de sa perception
Je ne suis épris d’aucun lieu, d’aucune terre»


Et il me plait de corriger ces vers ainsi: j’aime tous les lieux où se réalisent ces renversantes épiphanies du beau. Ce sont les mosaïques du Bardo, de Sienne, de Damas, les sculptures de Rome, les colonnes de Baalbek, une peinture à Paris ou à Londres, un manuscrit enluminé à Istanbul. Je cherche à dire que le beau exige un cheminement, des voyages et une spiritualité. Un pélerinage. Une spiritualité du beau demande à naître. Une autre logique demande à naître dont j’esquisse pour vous quelques traits, vous verrez que ce sont les canons même de la poésie:
Pour affirmer mon arabité, je la renie ; pour renier mon occidentalité je la cultive. Ni l’un ni l’autre, c'est-à-dire et l’un et l’autre. Aujourd’hui, il s’agit d’être à l’image de l’olivier coranique, ni oriental ni occidental c’est-à-dire tout à la fois oriental et occidental.
Je suis ce que je nie! Un autre cogito est à inventer qui ferait dépendre l’être du non être, qui dirait la contiguïté entre l’être et le néant et qui serait abolition des frontières entre l’affirmation et la négation.
Les frontières ne sont pas les limites d’un monde; elles sont appel au franchissement, appel à la transgression, tentations de l’ailleurs. Les frontières attisent mon désir de les franchir. Les frontières sont un adjuvant du désir.
C’est à la faveur de cette rêverie que je m’adonne souvent à un brouillage des cartes pour entretenir ce rêve de ce que j’ai appelé un jour «Orcident» ou «Occirient».
Donc: où commence l’Orient commence le rêve, l’onirisme. Où commence l’Orient commence l’Occident, ses rêves, son onirisme: la frénésie exotique du XIXème était avant tout frénésie d’images venues d’ailleurs, ou frénésie d’images du même travesti sous les signes de l’autre, surdéterminé par la distance. Delacroix peignait des bains qui tiennent des boudoirs. Baudelaire cherchait ses rêves d’Orient du côté de la Hollande.
On est tous l’Orient de l’autre, l’occident de l’autre. L’autre revient au même. L’autre n’est pas. Il n’est même pas autre.
Plus les cartes géographiques comportent d’erreurs, plus elles sont belles. Je préfère les portulans historiés aux cartes d’aujourd’hui dont l’exactitude est affligeante.
Un éloge de l’erreur est à écrire. Si je ne me trompe pas.
Il me reste à dire que je ne perds pas de vue le caractère foncièrement utopique de cette rêverie. Je n’oublie pas que nous nous sommes installés depuis les Croisades et les entreprises coloniales dans une logique de rapport de force et d’occultation de l’apport de l’autre. Dans la rive Sud de la Méditerranée, ce rapport de force trouve son illustration la plus douloureuse dans la question palestinienne qui exige une solution équitable, il peut être illustré également par l’abîme qui sépare le Nord et le Sud. Aujourd’hui les nouveaux manichéens, ceux pour qui le monde est divisible par deux (nous/les autres, autrement dit les forces du bien et l’axe du mal) ont plus d’un argument qui leur permettent de recruter leurs adeptes. Ces arguments se sont l’injustice, l’absence de démocratie et la misère. Notre nombre est-il en train de décroître nous qui pensons que le monde n’est pas divisible par deux?
Dans ce monde qui a retrouvé le confort des dichotomies manichéennes, il convient de saluer
ceux qui par leur naissance brouillent les identités!
ceux qui par leur culture brouillent les pistes!
ceux qui par leurs amours ont choisi d’autres contrées!
ceux qui par leur désir, leur rêve ont un jour aspiré à une altérité sans laquelle le monde serait inhabitable!
le 5 mai 2006
Jalel El Gharbi

Related Posts

La révolution vaut bien un Harlem Shake

12/03/2013

harlem110La diffusion du nouveau «buzz» «Harlem Shake» est devenu en Egypte et en Tunisie un nouveau terrain d’affrontement entre les tenants des «bonnes mœurs» et les jeunes générations, aux aspirations plus libertaires.

Web Arts Résistances

14/06/2016

marsiglia-110Pour son 15ème anniversaire, Babelmed présente le projet W.A.R - « Web Arts Résistances » et sa nouvelle plateforme, ainsi que les premières vidéos réalisées par l’équipe de Tabasco Video, documentant un choix d’expériences citoyennes et artistiques en Région Provence-Alpes-Côte. A cette même occasion, seront ouvertes les inscriptions aux Ateliers vidéo destinés aux jeunes journalistes citoyens désireux de participer à la rédaction marseillaise animée par Tabasco Video et par Babelmed. Jeudi 16 juin 2016, de 10.00 à 12.00 à la Villa Méditerranée, Marseille.

La petite leçon d’histoire de Farouk Mardam Bey

10/04/2006

Farouk Mardam-Bey, intellectuel syrien, directeur éditorial de Sindbad-Actes Sud, directeur de la Revue d’Etudes Palestiniennes, et conseiller culturel à l’IMA est venu présenter, à la Galassia Gutenberg, l’oeuvre de Samir Kassir. Une véritable «petite leçon d’histoire» durant laquelle il a commenté un à un les ouvrages de son ami libanais.