Territoires et frontières d’Anne-Marie Filaire

 

L’Institut français de Fès accueille du 12 au 30 avril, en résidence d’artistes à Dar Batha, la photographe Anne-Marie Filaire. Cette résidence se soldera par une exposition, du 28 avril au 30 mai à la Galerie de l’Institut français de Fès, de ses travaux récents. Une recherche où les territoires et les frontières parlent d’eux.
Territoires et frontières d’Anne-Marie Filaire

Anne-Marie Filaire, photographe d’investigation, explore les territoires et les frontières afin d’en dégager une identité.
Photographe de paysages depuis une vingtaine d’année, son sujet (récurent) est principalement les zones frontières, matérialisée ou non, la capture d’un entre-deux témoins de l’activité humaine comme entre la Palestine et Israël , le Cambodge , le Vietnam , l’Erythrée ou le Yémen.

Son travail photographique mené comme une enquête donne à lire des images où se matérialise l’histoire d’un lieu et son évolution. « Je m’intéresse à la notion de temporalité dans un paysage », perçu comme changeant, mobil, en perpétuel mouvement.

Elle débute la photo en Auvergne, son pays natal. En 1999 a lieu son premier voyage en Israël, elle effectuera par la suite un travail sur le mur entre Israël et la Palestine érigé en 2004, ces images allient la précision documentaire d’une analyse géopolitique et la puissance poétique d’une vision plus large.
Des publications regroupent son travail effectué au Liban, au Cambodge, aux Emirats Arabes Unis, en Israël…

Elle explore aujourd’hui une nouvelle dimension (facette) de sa thématique des zones frontalières :
Son travail en cours sur l’environnement des adolescentes dans le monde Arabe met en lumière un autre type de frontière, de mur à briser, plus diffus mais pas moins réel :
Le passage charnière de l’adolescence à l’âge adulte.

Ce travail a débuté au Moyen-Orient avec l’exposition : « BEDROOMS », des photos de portes de chambres closes des filles des Emirates. Le fantasme naît du dissimulé, du caché
La résidence à Dar Batha est l’occasion de poursuivre ce travail en se penchant sur l’environnement des adolescentes marocaines, à travers des portraits ,des interviews…

Exposition de Anne Marie Filaire du 28 avril au 30 mai, Galerie de l’Institut français de Fès

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Un rapport accablant sur la situation des enfants de la rue marocains à Melilla

18/09/2016

melilla-110Dans l’enclave espagnole, les mineurs étrangers non-accompagnés, en majorité marocains, sont régulièrement maltraités. Une situation tristement connue mais dépeinte cette fois-ci en détail par l’association espagnole Harraga dans un récent rapport. (Ebticar/le Desk)

Chère huile d’argan

26/01/2007

Chère huile d’arganDans le sud-ouest du Maroc, région de prédilection de l’arganier, on a coutume de donner au nouveau-né à peine sorti du ventre de sa mère une cuillerée du précieux nectar que l’on extrait du fruit de cet arbre épineux. Une façon très locale de souhaiter longue vie au nourrisson mais aussi la preuve de la grande valeur diététique de l’huile d’argan.

La paix en Méditerranée, à quelles conditions?

07/07/2009

La paix en Méditerranée,  à quelles conditions?Le REMU organise, du 5 au 12 juillet à la Faculté Ain Sebaâ de Casablanca, la première édition de l’Université Libre de la Méditerranée. Une soixantaine d’étudiants et de professeurs s’interrogeront et débattront sur les conditions de la paix en Méditerranée.