Territoires et frontières d’Anne-Marie Filaire

 

L’Institut français de Fès accueille du 12 au 30 avril, en résidence d’artistes à Dar Batha, la photographe Anne-Marie Filaire. Cette résidence se soldera par une exposition, du 28 avril au 30 mai à la Galerie de l’Institut français de Fès, de ses travaux récents. Une recherche où les territoires et les frontières parlent d’eux.
Territoires et frontières d’Anne-Marie Filaire

Anne-Marie Filaire, photographe d’investigation, explore les territoires et les frontières afin d’en dégager une identité.
Photographe de paysages depuis une vingtaine d’année, son sujet (récurent) est principalement les zones frontières, matérialisée ou non, la capture d’un entre-deux témoins de l’activité humaine comme entre la Palestine et Israël , le Cambodge , le Vietnam , l’Erythrée ou le Yémen.

Son travail photographique mené comme une enquête donne à lire des images où se matérialise l’histoire d’un lieu et son évolution. « Je m’intéresse à la notion de temporalité dans un paysage », perçu comme changeant, mobil, en perpétuel mouvement.

Elle débute la photo en Auvergne, son pays natal. En 1999 a lieu son premier voyage en Israël, elle effectuera par la suite un travail sur le mur entre Israël et la Palestine érigé en 2004, ces images allient la précision documentaire d’une analyse géopolitique et la puissance poétique d’une vision plus large.
Des publications regroupent son travail effectué au Liban, au Cambodge, aux Emirats Arabes Unis, en Israël…

Elle explore aujourd’hui une nouvelle dimension (facette) de sa thématique des zones frontalières :
Son travail en cours sur l’environnement des adolescentes dans le monde Arabe met en lumière un autre type de frontière, de mur à briser, plus diffus mais pas moins réel :
Le passage charnière de l’adolescence à l’âge adulte.

Ce travail a débuté au Moyen-Orient avec l’exposition : « BEDROOMS », des photos de portes de chambres closes des filles des Emirates. Le fantasme naît du dissimulé, du caché
La résidence à Dar Batha est l’occasion de poursuivre ce travail en se penchant sur l’environnement des adolescentes marocaines, à travers des portraits ,des interviews…

Exposition de Anne Marie Filaire du 28 avril au 30 mai, Galerie de l’Institut français de Fès

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

FTM. Casablanca sous les projecteurs!

27/01/2010

FTM. Casablanca sous les projecteurs!Le Festival TransMéditerranée présente, le 1er février à Grasse, un livre et un film en compagnie de leurs auteurs. La star sera aussi la ville de Casablanca dans un Maroc en pleine mutation.

Ces Marocains qui sèment la terreur

04/04/2004

Ces Marocains qui sèment la terreurLes attentats du 11 mars à Madrid poussent à réfléchir à la nature et l’évolution de cette nouvelle forme de terrorisme mondialisé qui porte le label d’Al-Qaïda. C’est une forme nouvelle parce que relativement récente.

Miniatures: les «texticules» de YAE

22/02/2005

Miniatures: les «texticules» de YAELes Français ont depuis longtemps leur BHL. Nous, au Maroc, nous avons depuis quelques temps notre YAE. Le seul point commun entre ces deux personnages si différents est d’appartenir au monde de la littérature et d’avoir des noms un peu trop long qu’on abrège par les initiales. Bien sûr, pour faire appel à ce procédé, il faut que le personnage soit suffisamment médiatisé. Dans le cas précis de l’auteur marocain, on pourrait penser que c’est lui-même qui a lancé l’abréviation en publiant l’an dernier le Journal de YAE, un ensemble de textes écrits en réaction aux événements du 16 mai à Casablanca.