La Fabrique Culturelle des Abattoirs a deux ans

 

Depuis leur ouverture au public en avril 2009 à l’occasion des «transculturelles», les abattoirs sont devenus un lieu culturel reconnu à l’échelle de Casablanca. En deux ans, ces lieux ont accueilli plus de 60 activités couvrant différentes disciplines artistiques et cumulant près de 400.000 participants.
La Fabrique Culturelle des Abattoirs a deux ans
Ceci a été possible grâce à la mobilisation d’une poignée de professionnels ayant pour but l'intérêt général et regroupés dans le collectif des abattoirs. Ils se sont substitués aux institutions, et ont amené ainsi la preuve que malgré la faiblesse des moyens, il est possible d'établir et de réussir des partenariats et de faire fonctionner le lieu avec une vision claire, concertée et professionnelle, malgré l’état de l’espace et les conditions de travail.

La fabrique culturelle des abattoirs a accueilli en deux ans des concerts de musique, du théâtre, de la danse, des workshops de design et de mode, des ateliers, des débats et conférences… confirmant ainsi la destination de cet espace, un espace public à vocation culturelle, ouvert, libre, et dédié à terme à la création, à la formation et à la diffusion. Il est temps de faire un bilan d’étape, de présenter ce qui a été fait et ce qui reste à faire, d’informer sur les réussites et les faiblesses du processus, et surtout de préciser les grands enjeux en termes de réhabilitation, d’équipement, de programmation et de gestion pour que la fabrique culturelle devienne ce vrai équipement dont toute la population a besoin. Il est temps d’arrêter de bricoler.

Au moment où le Maroc bouge. Où de plus en plus de revendications expriment une exigence de dignité, de respect, et davantage de responsabilité et de citoyenneté. Le rôle de la culture est fondamental dans ce processusde construction de soi. Cela passe notamment par l’accès à la culture au plus grand nombre, la liberté d’expression et de création.

 



Conférence de presse:
Mercredi 4 mai à 18H00
Fabrique Culturelle des anciens abattoirs de Casablanca, Hay Mohammadi – Casablanca


Contact Presse:
Aadel Essaadani: aadel@casamemoire.org / 06 1977 1977

Related Posts

La campagne d’évangélisation au Maroc

22/02/2005

Le Journal hebdomadaire a publié en janvier un dossier intéressant sur ce qu’on pourrait appeler désormais la «communauté chrétienne marocaine». On connaissais l’existence d’une communauté juive, depuis bien avant l’islamisation du pays. Actuellement, elle se réduit à quelques milliers d’individus, après l’exode massif des années 60, surtout vers Israël et le Canada.

«La poésie en ses jardins», les Rencontres de poésie de Marrakech

29/03/2006

«La poésie en ses jardins»,  les Rencontres de poésie de MarrakechDu 30mars au 1er avril 2006 à Marrakech Pour la 3ème édition des rencontres Internationales de poésie de Marrakech et pour fêter dignement l’arrivée du printemps, L’Institut français de Marrakech propose de célébrer la beauté des jardins à travers le merveilleux langage de la poésie.

La fabrique des anciens abattoirs de Casablanca, exutoire de la jeunesse marocaine

22/06/2017

AAbatto0 0-110A Casablanca, des anciens abattoirs de grande envergure sont reconvertis en fabrique culturelle. Un lieu fantasmagorique devenu l'exutoire d'une jeunesse résistante en plein mouvement dans l'urbanité chaotique de la ville. Reportage sur un lieu atypique et unique en son genre au Maroc.