ONORIENT présente ‘Rihla sur les sentiers culturels du monde arabe’

En 2015, une partie de l’équipe d’ONORIENT se lançait dans l’ONORIENTOUR. Cette initiative visait à aller à la rencontre d’artistes et acteurs culturels de six pays du “monde arabe”. Retranscrites dans des publications quotidiennes sur la plateforme, leurs pérégrinations ont également donné naissance au road-documentaire Rihla, sur les sentiers culturels du monde arabe.

Rihhla-545

 

La “Rihla” désigne dans la littérature arabe un déplacement physique et un voyage existentiel. Dans une version 2.0, la Rihla des jeunes explorateurs tente de dépeindre la diversité du monde arabe. Face à des discours simplistes ou exploités à des fins politiques, Rihla sur les sentiers culturels du monde arabe donne la parole auxdits “citoyens arabes”. Qu’est-ce qu’être “arabe” ? Cette question se révèle comme un chemin pour percer la richesse des sentiments identitaires dans la région. Loin des préjugés orientalistes, Rihla, sur les sentiers culturels du monde arabe soulève une question identitaire riche et complexe sur une trame de fond artistique.

Rihhla-545bis

Dates des prochaines projections :

2 novembre 2017 à 19:00, projection en première partie du concert Lekhfa au Hasard Ludique

5 décembre 2017, projection à la Colonie

Related Posts

GEO ART - Re-Thinking Beirut. Reconstruction, art et société

11/05/2007

GEO ART - Re-Thinking Beirut. Reconstruction,  art et sociétéEn mai, notre rubrique «Géoart» suit l’exposition «Re-thinking Beirut» et se penche sur une ville continuellement menacée de destruction matérielle et dont la mémoire est indissolublement liée à cette image brisée. Beyrouth ou une ville complexe, kaléidoscope des cultures de la mosaïque libanaise qui féconde en même temps et en permanence une réalité artistique, politique et sociale vive et contradictoire.

«Bamako», le procès illustré de la misère africaine

03/01/2008

«Bamako»,  le procès illustré de la misère africaineLe long-métrage d’Abderrahmane Sissako ne ressemble à rien de connu. Mêlant le documentaire militant et la fiction légère, il entend être le «procès illustré» des responsables de la «misère de l’Afrique»: les pays industriels et leurs bras armés, le FMI et la Banque mondiale.

De retour de Cannes, Suleiman, Nassim, Riad et les autres...

05/06/2009

De retour de Cannes,  Suleiman,  Nassim, Riad et les autres...On ne peut plus imaginer une vraie dynamique de renouvellement de l'art cinématographique, en France en tout cas, sans une inspiration outre-Méditerranéenne.