Reaper Sound Records, premier label algérien indépendant de musique

ping-pong-545pp1

 

Un groupe de jeune joue au Ping Pong dans une grande salle. Sur la porte d’entrée, est inscrit le mot «incubateur». Nous sommes au Cyber parc de Sidi Abdallah, à 25 km à l’ouest d’Alger, les jeunes autour de la table sont des porteurs de projets en phase d’incubation. La table de Ping Pong se trouve dans un des espaces récréatifs de la nouvelle cité technologique de la capitale.

Ils sont deux à porter le désir de produire des musiciens indépendants de la scène algérienne. Ils sont conscients de la difficulté de se faire une place dans le monde du label musical déjà tout acquis aux anciennes maisons de productions telles que Sun house édition, Disco Maghreb et d’autres majors. Mais qu’à cela ne tienne : les deux amis Zakaria Mohamed Brahami et Omar Haddad se sont lancés à corps perdus dans une aventure périlleuse et inédite en Algérie.

 

//VIDEO "Reaper Sound Records, Premier label indépendant de musique Algérien."

 

Reaper Sound Record (RSR) s’oriente essentiellement vers des jeunes artistes en mal de soutien et de financement : métal, rap, blues, rock, musique moderne, et même de l’instrumental. RSR est un label engagé.

 

ping-pong-545pp2

 

Les fondateurs défendent une vision indépendante et libre de la création, une liberté face à l’état comme source de financement, mais aussi une liberté face à l’ambiance artistique actuelle qui suffoque sous le diktat de la production commerciale.

 


 

Reportage vidéo

Badra Hafiane / Nabil Alloua

Liens

https://www.facebook.com/search/top/?q=mayhem%27s%20art%20and%20music

https://www.facebook.com/MayhemCorporation/

Related Posts

Nahla, un objectif à la main, un objectif en tête

13/07/2018

Nahla est une jeune bloggeuse dont la chaîne YouTube lancée en 2014 compte plusieurs dizaines de milliers d'abonnés.

L’Algérie, terre d’é(im)migration

10/05/2010

L’Algérie,  terre d’é(im)migrationL’Algérie a beau être riche, elle continue d’être le pays d’émigration qu’elle était déjà au début du 20e siècle, lorsque la colonisation poussait les Algériens autochtones à un exode massif vers la métropole française.

Jacqueline Risset, Assia Djebar : regards croisés

10/02/2015

assia 110Deux grandes dames des lettres viennent de quitter la scène littéraire où elles avaient oeuvré à travers l’écriture, la traduction, le cinéma et l’enseignement pendant quatre décennies. Babelmed republie le témoignage de Jacqueline Risset sur l’élection de son amie à L’académie Française.