Mazg, moteur de la bande dessinée en Égypte

« Manga » au Japon ou « Comics » aux États-Unis, c’est l’expression « qissa mussawwara », ou « histoire illustrée » qui désigne la bande dessinée en Égypte. Et, si l’histoire de Mazg était racontée dans une bande dessinée, le cartouche de la première vignette indiquerait sans doute : « c’est au premier étage d’un bâtiment d’une rue animée du quartier de Wust el Balad, en plein cœur du Caire, que se tient notre histoire.»

 

//Bande dessinée

 

À l’origine de ce projet trois jeunes femmes, Nogla Kora et deux sœurs, Mona et Sara El Masry. Mona, qui se définit comme une « activiste culturelle » avait déjà mis un pied dans l’univers de la bande dessinée. Tandis qu’elle travaillait au sein du centre d’aide juridique Hisham Mubarak, elle a participé à la production du magazine El-Doshma qui aborde la question des droits de l’Homme. Sara travaillait elle aussi au sein de la société civile. Auprès du Centre de soutien aux technologies de l’information d’abord, puis pour l’Association égyptienne pour la liberté de pensée et d’expression (AFTE). Avant de rejoindre Mazg, Nogla Kora, exerçait quant à elle dans le domaine de l’art-thérapie et ce avant d’occuper le poste de directrice au sein de l’école d’art « El Darb El Ahmar » au Caire, qui forme les enfants issus de quartiers défavorisés au cirque, à l’art et à la musique.

Fin 2012, « déprimées » comme l’explique Sara El Masry, par le sort réservé aux droits de l’Homme dans le pays, elles ont décidé de fonder leur propre organisation artistique. Dès le départ, elles ont choisi de focaliser leur attention sur une seule discipline. C’est alors qu’elles ont songé à la bande dessinée. Pour Sara el Masry, « la bande dessinée permet d’aborder un grand nombre de sujets. Et l’utilisation de la fiction est un bon moyen de délivrer simplement des idées que ce soit auprès des adultes ou aussi auprès des plus jeunes, puisque c’est un support facilement accessible.» D’autant plus que ce support «permet d’exprimer des idées par l’image parfois  en se passant même de mots», comme l’ajoute Sara. Un puissant moyen d’expression donc qui offre une grande liberté. À condition de ne pas être freiné par la censure.

Magdy El Shafee en a fait l’expérience avec la publication de son roman graphique Metro, qui retrace le parcours de Shihab, un jeune informaticien qui décide de faire un braquage pour rembourser ses dettes. Dans les rues fourmillantes du Caire, les personnages s’expriment dans un langage cru, utilisant parfois des expressions franches et vulgaires du dialecte égyptien sous le crayon de Magdy El Shafee qui laisse parfois apparaître le corps nu d’une femme. Des éléments suffisants pour que l’album soit censuré pour atteinte à la morale, seulement deux mois après sa sortie en 2008. Une décision qui a été effective jusqu’en 2013 et qui n’est sans doute pas étrangère au contenu très politique de l’ouvrage qui aborde sans détour la corruption et l’injustice dans le pays.

La liberté d’expression, un sujet particulièrement sensible en ce moment en Egypte. Selon l’AFTE (Association for Freedom of Thought and Expression), plus d’une centaine de sites internet sont actuellement bloqués dans le pays et ce, depuis plusieurs mois. Une censure ciblée qui touche en particulier des médias indépendants, portant ainsi atteinte à la liberté expression et à un de ses corollaires, la liberté d’information. En 2014, Mazg a d’ailleurs organisé l’atelier « Info Comics » consacré au droit à l’information, avec le concours d’un organisme de soutien aux techniques de l’information. Un projet qui s’est conclu par la réalisation de deux numéros d’un magazine intitulé Houwa allak feen ? (Et il t’a dit où?). Une journaliste à la recherche d’un Minotaure, un poulet justicier et revanchard en quête de réponses, des feuilles de papier qui parlent… Un recueil d’histoires courtes introduit par l’article 68 de la Constitution égyptienne à propos de l’accès à l’information et de la protection des données.

 

//Kallek fin, nom du magazine de bande dessinée

 

La bande dessinée, un art populaire en Egypte

Les cigares du pharaon, Astérix et Cléopâtre, Le mystère de la grande pyramide…Qu’il s’agisse du duo Goscinny-Uderzo, d’Hergé, ou encore de Jacobs et bien d’autres, l’Égypte a toujours beaucoup inspiré les dessinateurs et scénaristes de bande dessinée. En revanche, la bande dessinée égyptienne est quant à elle moins célèbre que les albums qui évoquent l’histoire du pays. Pourtant, le 9e art est très populaire et a une longue histoire en Égypte même si, avant Metro, il était réservé à un public enfantin et n’était diffusé que dans des magazines pour enfants ou sous forme de petits feuilletons publiés dans les journaux.

Dans le documentaire Comics Bil masri (Bandes dessinées en égyptien), produit par Mazg, les dessinateurs et scénaristes de bande dessinée commencent d’ailleurs par énoncer leurs héros d’enfance favoris. Mickey, Astérix, Tintin, Superman, Corto Maltese…Beaucoup de héros étrangers, souvent traduits en langue arabe, mais ils citent aussi des héros locaux qui se trouvaient dans des publications régionales telles que Majid ou Samir.

Al-awlad (les garçons), la première bande dessinée sérialisée originale du monde arabe a d’ailleurs été publiée en Égypte en 1923. Jusqu’aux années 1990, la production destinée aux enfants a été très prolifique dans le pays. Mais, à la fin des années 1990, un « véritable trou noir » a marqué la bande dessinée égyptienne. C’est en ces termes que Sara qualifie cette période durant laquelle la plupart des dessinateurs et scénaristes ont émigré, créant un vide dans le pays. La production ne se réalisait alors qu’à travers de grandes institutions ou magazines et la production indépendante coûtait trop cher, une situation décourageante pour les acteurs du secteur.

Les années 2000 ont marqué un tournant. Metro, le roman graphique de Magdy El Shafee, sorti en 2008, a ouvert la voie à la bande dessinée destinée aux adultes en Égypte et même dans toute la région. Puis, d’autres initiatives ont pris le relais. TukTukGarage, plusieurs magazines dédiés à la bande dessinée destinée aux adultes ont vu le jour et plusieurs histoires dessinées ont commencé à fleurir sur internet. Sharif Adel, publie par exemple Al-Ragol al-Barbatoze depuis 2011. Il s'agit d'une bande dessinée en ligne qui aborde la vie quotidienne, la politique ou la société égyptienne. Ahmed Saad, très suivi sur les réseaux sociaux, publie quant à lui régulièrement des comic strips sur sa page Facebook tandis que les dessins pleins d’humour de Coffee & Cigarettes Comics (C&C) sont diffusés en anglais sur Tumblr.

Encouragées par le fleurissement d’initiatives autour d’une bande dessinée égyptienne qui n’était plus seulement réservée aux enfants Sara, Mona et Nogla ont alors lancé Mazg. L’aventure a commencé par l’organisation d’un forum autour de la bande dessinée en Égypte. Elles ont réuni dessinateurs, éditeurs, fans et scénaristes de bande dessinée afin de déterminer quelles étaient les problématiques et les besoins pour le développement du 9ème art dans le pays.

 

Pour un 9ème art dans toute l’Égypte

L’un des objectifs à l’origine de la création de Mazg était aussi de sortir du centralisme cairote dont souffre la culture en Égypte. Originaires de Mansoura, une ville de taille moyenne située à un peu plus d’une centaine de kilomètres au nord-est du Caire, les trois fondatrices du projet ont fait l’expérience du profond problème de centralisation qui touche le pays, en particulier quand il s’agit de s’investir dans une activité artistique.

Ainsi, elles ont lancé une tournée de workshops dans différents gouvernorats à travers le pays. Au cours de ces ateliers, une section est dédiée à l’apprentissage de l’écriture tandis qu’une autre est consacrée au dessin. Dans un second temps, scénaristes et dessinateurs sont invités à travailler ensemble. Pour la première édition, qui a connu un franc succès, elles se sont rendues à Mansoura, à Alexandrie, ainsi qu’à Minya et Sohag, deux villes du centre du pays. Dans ces villes, c’était la première fois que de tels ateliers étaient organisés et que les habitants étaient invités à faire de la bande dessinée. À Sohag «c’était même la première fois que la plupart des gens entendaient parler de bande dessinée, il ne savaient pas ce que c’était» ajoute Sara. À la fin, les participants les plus talentueux ont été rassemblés pendant trois jours au Caire, encadrés par le dessinateur égyptien Magdy El Shafee et le danois, Thomas Petterson pour travailler à la réalisation d’un magazine, L’Express, rassemblant plusieurs histoires originales.

 

//L'express, bande dessinée

 

Encouragées par le succès rencontré lors de leur première tournée, elles ont décidé de réitérer l’expérience. Ainsi, de nouveaux workshops seront organisés dans le pays avec le soutien de la fondation Friedrich-Ebert à partir du mois d’août 2017. Des ateliers sont prévus à Mansoura, Louxor et Assouan avant un rendez-vous au Caire pour la production d’un nouveau magazine.

Mais Mazg est avant tout un organisme de conseil qui souhaite contribuer au développement de la diffusion de la culture de la bande dessinée. Ainsi, une grande partie du travail de ses membres consiste à mettre en relation les artistes entre eux ou avec des organisations qui souhaitent utiliser cet art pour diffuser des idées. Il s’agit surtout d’encourager l’utilisation de ce média comme moyen d’expression. Par exemple, l’organisation féministe égyptienne Nazra s’est adressée à Mazg dans le but de réaliser une bande dessinée abordant la question du féminisme. Mazg a alors servi d’intermédiaire afin de mettre l’organisation en relation avec un artiste pour que le projet soit mené à bien. Les activités de Mazg ne s’arrêtent pas là. Des expositions sont également organisées dans leurs locaux du centre-ville du Caire, la bédétèque est accessible au public et des auteurs ou dessinateurs sont régulièrement invités pour prendre la parole.

Ainsi, grâce à Mazg mais aussi à d’autres initiatives parallèles, comme le CairoComix Festival dont la troisième édition aura lieu du 22 au 24 septembre 2017, la bande dessinée est en plein essor en Égypte. Le 9ème art n’a donc pas fini de dessiner son histoire dans le pays. Une histoire que Mazg a d’ailleurs l’intention de conserver et de mettre à disposition sous forme d’une archive en ligne nommée Wiki Comics et qui devrait être disponible prochainement.

Océane Besombes

Onorient

 

Fumetti-Cairo-545-art68

 

 


 

Océane Besombes/Onorient

 

 

Reportage réalisé dans le cadre du projet WAR avec le soutien de la Fondation Anna Lindh et de la Fondation de France  
 
 

Related Posts

Violences inouïes contre les journalistes: Reporters sans frontières manifeste devant l’ambassade d’Egypte à Paris

05/02/2011

Violences inouïes contre les journalistes: Reporters sans frontières manifeste devant l’ambassade d’Egypte à ParisVendredi 4 février 2011, à 12 heures, des militants de Reporters sans frontières, organisation internationale de défense de la liberté de la presse, ont manifesté leur colère devant l’ambassade d’Egypte en France. Ils sont venus clamer leur indignation face aux violences systématiques qu’ont subies les journalistes depuis le 2 février.

La modernité tronquée, l’Egypte remet le voile

27/05/2004

La modernité tronquée,  l’Egypte remet le voileLe phénomène des artistes égyptiennes qui abandonnent leurs activités professionnelles et prennent le voile est plus que jamais d’actualité dans le monde artistique et culturel en Egypte. Après Souhair Ramzi, Chams Albaroudi, Chadia, Hala Alsafi et tant d’autres dans les années 90, les nouvelles recrues de la caravane des «repenties», s’élèvent désormais à 32 actrices et chanteuses. Certaines de ces jeunes femmes n’avaient pourtant que peu d’années de carrière, alors que le phénomène touchait auparavant des artistes en fin de carrière. Dans tous les cas de figure, on est en droit de s’inquiéter: l’Egypte se voilerait–elle tout entière?

«Je suis jeune mais j’ai déjà mille ans»(*)

08/03/2010

«Je suis jeune mais j’ai déjà mille ans»(*)A quoi aspire la jeunesse égyptienne aujourd’hui? Les 18-29 ans vieillissent avant l’âge, prématurément. Ils ne rêvent plus d’épanouissement personnel ou de grand départ à la découverte du monde. Leurs ambitions sont contrariées et leurs rêves refluent devant d’écrasantes conditions économiques, qui n’ont épargné aucun domaine de la vie.