Exil

4-cederna-545

Revue marocaine défendant les valeurs de laïcité et de liberté d’expression, la ligne éditoriale de «La vague culturelle  /elmawja» à laquelle contribuent chercheurs, écrivains, artistes, philosophes et critiques de différents pays, est basée sur la promotion d’une pensée libre et critique, affranchie de tout obscurantisme, extrémisme et intolérance. La poésie, l’art, la culture; la défense des droits de l’homme, et surtout de la femme, nourrissent les pages de la revue au fil de ses numéros.

Le dernier numéro de «La vague culturelle  /elmawja» est dédié à l’exil et offre une réflexion sur la circulation des personnes, des idées, des cultures, des langues… Instruments de lutte contre la terreur et conditions sine qua non pour penser l’avenir dans une perspective de paix et de liberté de création.

 

La section en français s’ouvre avec un poème du directeur Mohamed Moksidi, « Alors», suivi de :

-          « Université /hospitalité : fragments d’errances et d’espoirs », par Camilla Maria Cederna ;

-          « L’accueil des étudiants réfugiés à l’Université de Lille »  par Philippe Vervaecke, premier vice-président de l’Université de Lille, SHS ;

4-cederna-300-          Dessins d’Anne Gourouben, artiste engagée dans la cause des réfugiés ;

-          Deux poèmes de Babak Inaloo (« I can’t answer to your stupid question », « Je n’ai rien dans mon sac ») ;

-          « L’exil, cette discontinuité dans l’être. A propos du programme Non-lieux de l’exil », par Alexandra Galitzine-Loumpet , anthropologue;

-          « Le glossaire des mobilités culturelles (2014)», textes choisis par Norah Dei Cas-Giraldi, spécialiste des littérature de l’Amérique du Sud;

-          « L’exil du vrai », par Nadia Tazi, philosophe;

-          « Dispatrio/Dispatriation », par Camilla M. Cederna ;

-          « Exil et littérature », par Silvia Tatti, professeur de littérature italienne (Rome, La Sapienza) ;

-          Exil/Destierro, poème d’Annamaria Mayol, traduction de Silvia Guzzi ;

-          « L’essaim », poème de Valerio Magrelli ;

-          « Parla’me ta mànget/Parle-pas comme un bourge », texte de Kossi Komla-Ebri, traduction de Giovanna-Paola Vergari ;

-          « Traversée/ S’entrouvent les nids », poème de Simona Polvani ;

-          « Chaos Lybia : the photographer as witness, between report and memory », http://www.palazzovelliexpo.it/chaos-libya-dal-28-aprile-al-22-maggio-2016/), Riccardo Venturi ;

-          « Ma patrie est le Piémont » de Primo Levi, traduit par C. M. Cederna, et, « Si c’est un homme », poème traduit en français (C. M. Cederna) et arabe (Mohamed Moksidi) ;

-          « L’appel », poème de Said Benjelloun ;

-          « Cité métaphore », poème de Kacem Loubay ;

-          « Je reste moi-même », poème de Luana Fabiano.

 

Dans la section en langue arabe :

- « L’humanisme de l’être humain dans la vision morale de Raghib el Asfahani », par Taoufik Rochdi ;

- « La Mémoire opprimée et l’exil de l’identité culturelle », par Ali Aoubicha ;

- « Les poètes Troubadours en Atlas », par Mohamed el-Ayachi ;

- « Dames autours de la lumière de la lune », par Mohamed Mahmoud (Egypte) ;

- « La sortie de la Syrie », par Fatima Yassine (Syrie) ;

- « Pourquoi notre père a transporté notre maison », par Sarmad Salim (Iraq) ;

- « Le chemin vers le Nebraska, un chemin vers l’illusion », par Abdellah Saoura ;

- « La fonction de l’artiste et sa contribution au développement de la structure psychique de la société », par Rachid Bakhouz ;

- « Opsomanie », par Khalid el-Ayachi ;

- « Loin à l’intérieur de nous », par Zahra Ziraoui ;

- «Les mers », par Ali Azhaf ;

- « Combat ouvert contre un crocodile », par Said Montassibe ;

- « L’art de la poésie », par Vicente Huidobro, traduction de Lhssan el-Kiri ;

- « Fenêtres », par Mohamed Chiki ;

- « Tsiganes », par Jumana Jaber (Palestine/Cuba) ;

- « Cheaibia talal : l’art brut incarné dans un corps infantile », par Azzeddine Bourga ; - « Plusieurs chats habitent ma tête », par Khalifa Darii ;

- « Le poème en prose arabe et la dualité d’el-Wazn et el-Iqaa », par Rachid Talbi ;

- « Des maisons abandonnées », par Mahmoud Errimaoui (Jordanie) ; 

- « Mon ancienne patrie n’est plus une patrie », par Salah Faik (Iraq), entretien réalisé par Mohamed Moksidi ;

- « L’immigration dans la littérature arabe contemporaine », par Omar ec-charni (Tunisie), entretien réalisé par Said Boukhlit;

- « Festival des cultures et des arts de Casablanca » ;

- « Le salon de livre de Khouribga ».

L’équipe :

Mohamed Moksidi (directeur), Azzeddine Bourga (directeur adjoint), Camilla Maria Cederna (coordinatrice générale et responsable de la rédaction internationale) ; Mohammed Elayachi (secrétaire général) ; Abdelouahd Kafih (secrétaire de la rédaction) ; comité de rédaction : Taoufik Rochdi, Mohmmed Ouljamaa, Rachid Talbi, Nacer Soussi, Mohamed Chiki, Rachid Fajjaoui ; supervision artistique : Ahmed Bentajer, Abdelhak Amazouz et Rachid Bakhouz.

Les derniers numéros :

  1. La poésie contre Daesh (2015)
  2. Sexualité : Corps, religion, art (2015)
  3. Culture et pouvoir (2015)
  4. L’amour triomphe de la mort (2016)
  5. Art et liberté (2016)
  6. Passages / Terrorisme (2016)
  7. Exils (mars 2017)
  8. Droits des femmes, égalité, contre la violence contre les femmes (à paraître)

 


 

 

Pour tous renseignement et souscription contacter :

vague.culturelle@gmail.com

Tél : +212675106303

http://elmawja.com/

 

 

 

Related Posts

Ticket Fund de la Fondation Prince Claus

24/06/2015

claus 110Pour favoriser la mobilité des artistes et des opérateurs culturels des pays du sud de la Méditerranée, la Fondation Prince Claus, basée aux Pays-Bas, soutient les frais de déplacement par le biais de son Ticket Fund (Fonds de Billets). Les demandes - au plus tard 8 semaines avant le départ - sont acceptées et traitées toute l'année.

En Europe, la société civile alerte

08/02/2010

En Europe,  la société civile alertePartout sur le Vieux continent, l’étranger est désigné comme le responsable de tous les maux. Face à cette criminalisation croissante de l’immigrant, des collectifs de divers pays se mobilisent autour d’actions de boycott.

Des tsiganes aux Roms, mythologies anciennes et nouvelles

14/04/2015

tsi rom 110S’il est possible de dresser dans l’hexagone un inventaire des discours de rejet sur plus de deux siècles contre les «tsiganes», c’est aujourd’hui la figure des «Roms» et, en particulier, la « question Rom » qui canalisent les stéréotypes et alimentent la stigmatisation.