Le Salon du livre de Paris pris en otage par les autorités marocaines

paris livre-545

Invité d’honneur du prochain Salon du livre de Paris, du 24 au 27 mars, le Maroc a retenu trente-quatre écrivains pour le représenter. La sélection, qui entend refléter « la diversité et le dynamisme de la création » est cependant sévèrement contestée par plusieurs auteurs et éditeurs. Si quelques grands noms de la littérature marocaine d’expression française, comme Leïla Slimani, Tahar Benjelloun ou Abdellah Taïa seront présents, d’autres, comme l’historien Abdallah Laroui, ou Abdesslam Cheddaddi, dont l’Ibn Khaldoun figure dans la collection la Pléiade de Gallimard, n’y figurent pas.

 

Plus surprenant encore, la littérature carcérale, pourtant riche et abondante – près de deux cents titres depuis vingt-cinq ans – est quasiment absente. Ainsi, Ahmad Marzouki, l’auteur du best-seller Tazmamart, cellule 10 (près de cent mille exemplaires vendus) n’a pas été invité. Il vient pourtant d’être traduit en italien et de publier un recueil de nouvelles.

Tout en se réjouissant que le salon soit « une bonne occasion de faire connaître la littérature marocaine », des écrivains et éditeurs1 connus pour leur franc-parler et qui n’ont pas été invités ont dénoncé dans un communiqué publié au mois de janvier « des anomalies et irrégularités » qui devaient, selon eux, être « corrigées ».

 

Les signataires contestent d’abord le choix du commissaire Younès Ajarrai « dans la mesure où il n’a aucune légitimité à s’occuper d’un stand d’honneur au Salon du livre de Paris ». Patron des éditions Tarik, Bichr Bennani précise à OrientXXI : « Il n’a aucune expérience dans l’édition et la littérature, il a été responsable du stand Maroc au dernier salon de Genève, qui a été un véritable fiasco. Il a été salarié du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) et collabore aujourd’hui avec le Conseil national des droits de l’homme (CNDH), deux organismes créés en 2007 et 2011 par le Palais. Difficile dans ces conditions d’être libre de ses choix ! »

« On ne comprend pas, poursuivent les contestataires, pourquoi il n’a pas été fait un appel d’offres ou au moins une consultation restreinte pour la sélection d’un commissaire ou plutôt d’une société qui aurait mieux assuré une qualité de services pour des objectifs précis, avec peut-être un meilleur prix. La procédure existe au Maroc à l’instar des autres pays avancés et cela protège mieux les intérêts du citoyen ».

 

Le choix du libraire Yacine Retnani, membre du conseil d’administration de l’Association internationale des libraires francophones, qui assurera la représentativité des livres marocains au salon, suscite tout autant de réserves : « Un cahier des charges avec, là aussi, une consultation restreinte aurait certainement donné un autre résultat dans l’intérêt des éditeurs et des auteurs qui ne savent rien des obligations du libraire retenu ». Fils d’Abdelkader Retnani, Yacine a été choisi, toujours selon ce que nous a dit Bichr Bennani, en raison « des bons liens que son père entretient avec les officiels français. Comme par hasard, des auteurs comme Abdelhak Serhane ou Ghita Al-Khayat, signataires du communiqué et tous deux en conflit avec son père, n’ont pas été retenus ».

 

Les signataires déplorent encore que Yacine Retnani ne propose pas dans sa librairie casablancaise Au carrefour des livres d’ouvrages non francophones alors que plusieurs auteurs d’expression arabe ou amazighe seront présents. Il vend par ailleurs, notent-ils, très peu de livres d’auteurs marocains, son compte étant arrêté chez le principal distributeur marocain de livres locaux.

Critiquant le caractère « anti-démocratique » de la sélection, les signataires estiment par ailleurs « tout simplement scandaleux » que les principaux concernés (écrivains, éditeurs, penseurs, philosophes, etc …) n’aient pas été associés à la programmation culturelle et à une « réflexion-action » autour du livre marocain à l’étranger.

 

Faut-il programmer des auteurs d’Action directe ?

Interrogé sur le site français Actualitté, Younes Ajarrai a défendu sa position : « Ces choix sont très simples, il fallait prendre des gens emblématiques de la littérature et de la culture marocaine, des gens incontournables au niveau national et international, car on va représenter le pays. »Le commissaire a nié que des acteurs du livre marocain aient contesté « sérieusement et publiquement la liste... Je vous mets au défi de me citer une seule source sérieuse et publique contestant cette liste (…) Les échos que j’ai reçus sont plutôt élogieux quant à la cohérence, la diversité et l’équilibre de cette liste ». Néanmoins, Younès Ajarrai se montre agacé par l’insistance d’Actualitté et estime qu’il n’a pas plus de raison de justifier ses critères de choix que ne l’aurait « un programmateur de festival ou un commissaire de salon en France, ou ailleurs. J’ai l’habitude de programmer dans un certain nombre de pays, et jamais personne n’a osé me poser cette question. Mais on ose lorsque c’est le Maroc ! » À ceux qui lui reprochent d’avoir fait l’impasse sur la littérature carcérale, le commissaire rétorque « à titre de plaisanterie » par une remarque douteuse : Il propose de « suggérer au commissaire français de programmer les auteurs d’Action directe à (au salon de) Francfort l’année prochaine ». Les survivants de Tazmamart et des années de plomb apprécieront la comparaison…

 

Comme les autres signataires, Ghita El-Khayat, psychiatre et anthropologue, auteure d’une trentaine de livres, se demande pout quelles raison il y a « des noms totalement inconnus » dans une sélection qui « semble avoir été opérée en dépit du bon sens ». Tous aimeraient connaître les critères qui ont abouti à ces auteurs et, devant l’absence d’auteurs critiques du régime, se demandent « si la liste a été soumise pour validation ».

 

« On retrouve dans la liste, a affirmé Mme El-Khayat au site Actualitté, tous ceux qui siphonnent les subventions marocaines, francophones et françaises. » Elle se demande si « les oublis inouïs » qu’on observe ne sont pas liés à « la relation grandissante de l’édition à l’argent » Cela, poursuit-elle, « me convainc que je vis dans le tiers-monde (…) Non seulement notre pays fait l’objet d’une censure et d’une répression forte mais la répression des idées, de la culture et du plaisir s’observe également chez les éditeurs (…) Il est assez invraisemblable que la “puissance” de la médiocrité de ceux qui parviennent à obscurcir l’intelligence annihile ce (celles/ceux) qui a du talent, ce qui est courageux, ce qui est underground, ce qui est vivant et violent... Au profit de ce qui est convenu, miséreux et occupe le haut du pavé ! »

Pour sa part, Bichr Bennani déplore enfin « le laxisme » de l’ambassade de France et du Syndicat national de l’édition français (SNE) qui ont été « de toutes les décisions » et qui, à l’instar du ministère de la Culture marocain, « n’ont pas bougé le petit doigt pour rendre plus équilibrée la sélection et moins occulte la programmation culturelle. Soixante ans après l’indépendance, on en vient à se demander, conclut-il, pour quelles raisons les autorités françaises veulent-elles à tout prix promouvoir la médiocrité et donner une telle image du Maroc ».

 


 

Ignace Dalle

Related Posts

Film: J’ai vu tuer Ben Barka

12/11/2005

Film: J’ai vu tuer Ben BarkaIl était grand temps. Grand temps que le cinéma restitue ce qui reste l’un des épisodes les plus troubles des relations franco-marocaines, l’enlèvement et l’assassinat de Mehdi Ben Barka à Paris le 29 octobre 1965. Commémoration sous forme d’inauguration par le Maire de Paris d’une place au nom du charismatique leader tiers-mondiste, colloque au Lucernaire, et sortie du film de Serge Le Péron, voilà de quoi raviver le souvenir de ce douloureux épisode des années 60.

Välimeri (mer du milieu)

03/04/2008

Välimeri (mer du milieu)Dimanche 6 avril 2008 - Grimaldi Forum MonacoSpectacle au croisement des arts lyriques et des arts contemporains, Välimeri est un spectacle rare, où la musique s’écrit d’après les images proposé par la compagnie Doubles Résonances.

Scène ouverte

06/09/2008

Scène ouverte23-25 octobre, Marseille.Des rives de la Méditerranée, la conférence se penchera sur deux thèmes principaux: la culture dans les relations extérieures de l’Union européenne et le rôle de la société civile dans l’élaboration des politiques culturelles européennes.