4èmes rencontres internationales des cinémas arabes

aflam 2016-300Le cinéma sous toutes ses formes

Aujourd’hui plus que jamais la diffusion de « l’image en mouvement » se déploie sur tous les supports, agissant comme l’expression immédiate de la protestation, de l’engagement, du témoignage, de la résistance, et parfois même de la survie. A la fois trop et mal couvert par le flux des images des médias ou des réseaux sociaux, le « monde arabe », traversé par des conflits et une violence chaque jour plus proche, est omniprésent dans notre quotidien.
Le cinéma a cette capacité de faire émerger une sensibilité, un rapport différent à la réalité, et au monde. Il s’inscrit dans une autre lecture de l’histoire dont la valeur tient à la singularité du vécu et de l’écriture cinématographique de chacun des cinéastes.

Les films de ces deux dernières années nous entraînent dans l’histoire d’hommes et de femmes qui, ici ou là-bas, se remettent en question et luttent pour une vie meilleure. Pour illustrer ce propos certains réalisateurs ont choisi de jouer avec l’absurde ou le burlesque. D’autres pratiquent l’exercice du huis clos, qui tout à coup transforme en drame une situation ordinaire et révèle malaise ou conflits.

 

L’hommage rendu à Salah Abou Seif, précurseur et virtuose d’un âge d’or du cinéma égyptien permet de prendre du recul pour aborder les problématiques des films d’aujourd’hui.

L’invitation d’une « cousine » venue de Turquie, choisie avec Films Femmes Méditerranée, répond, à la volonté des Rencontres d’Aflam de repousser les frontières et d’ouvrir au voisinage et au partage.

Dans ce même esprit de la Rencontre les Café-ciné ouverts à tous, ou encore la Master class organisée avec le Centre Norbert Elias et le master documentaire d’Aix-Marseille Université, permettront de croiser les interventions des réalisateurs avec celles de chercheurs et d’intellectuels, tandis que la section Un critique, deux regards engagera une réflexion de fond sur le cinéma et ses enjeux de sens, d’une rive à l’autre. Une réflexion qu’auront mené les lauréats de WarshatAflam, l’atelier d’Aflam et leurs tuteurs pour aboutir à la présentation des projets de films de ces réalisateurs en herbe à des professionnels.

Mais la particularité des Rencontres d’Aflam tient d’abord à son ancrage marseillais, et à la volonté d’associer tous les publics. Ceci grâce au volet pédagogique des activités d’Aflam tout au long de l’année : formation et initiation, tissage étroit de liens avec les milieux associatifs et les centres de formation, les établissements scolaires qui aboutiront ici à des ateliers de programmation, de critique de films…Une fois de plus, nous souhaitons que ce festival soit une célébration pour tous autour de la découverte de ce que les cinéastes et leurs films nous révèlent de nous-mêmes et du monde.

 


 

Delphine Leccas, directrice artistique et Solange Poulet présidente d’Aflam

 

 

 

 

 

Related Posts

«Qui si je crie pour m’entendre?: emission du 13h30 sur les naufrages en mediterranée

26/04/2015

88 110Le 13h30 c’est le rendez-vous irrégulier, mais toujours à la même heure, en direct du studio de Grenouille. La semaine dernière, Emmanuel Moreira s’est entretenu avec Flore Murard-Yoanovitch et Letizia Gallo sur la tragédie des naufrages des migrants en Méditerranée.

Libérer Nadir Dendoune

13/02/2013

nadir2_110La mobilisation se poursuit pour obtenir la libération de Nadir Dendoune, journaliste français emprisonné en Irak depuis le 23 janvier, de manière totalement arbitraire.

Rassemblement samedi 16 février à 14 h 30, devant l’ambassade d’Irak.

Paris : Exposition « Je suis de là-bas… Je suis d’Alep… » & « Des affiches…Un récit »

08/03/2017

Expo souria-110A l’occasion du 6ème anniversaire de la Révolution Syrienne l’Association Souria Houria avec le soutien de la Mairie du 20éme Vous invite au vernissage le jeudi 9 Mars 2017 de 17h à 19h30 de l’exposition a la Mairie du 20éme.