Notre représentant en Turquie placé en détention: signez la pétition pour sa libération

Notre représentant en Turquie placé en détention : signez la pétition pour sa libération

Le représentant de Reporters sans frontières en Turquie depuis 1996, Erol Önderoglu, a été placé en détention provisoire hier par un tribunal d'Istanbul, avec deux confrères. Il est poursuivi sur la base de trois articles publiés par le journal Özgür Gündem le 18 mai 2016. Ils traitaient de luttes d'influence entre diverses forces de sécurité turques et des opérations en cours contre les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est anatolien.

Depuis vingt ans, Erol Önderoglu se bat sans relâche pour défendre les journalistes persécutés. Sa rigueur et sa droiture, reconnues dans le monde entier, en ont fait une personnalité de référence en la matière. En s'en prenant à lui, c'est toute la profession que les autorités turques cherchent à intimider.

Emprisonné au terme d'une audience à huis clos, emmené les menottes aux poignets, Erol Önderoglu est aujourd'hui victime des abus qu'il a toujours dénoncés.

C'est désormais à nous de nous mobiliser en sa faveur

Nous exigeons des autorités turques la remise en liberté immédiate et inconditionnelle d'Erol Önderoglu et de ses confrères Ahmet Nesin et Sebnem Korur Fincanci.
 
 
Signez la pétition  :
 
logo RSF H68

 

 

 

 

Related Posts

A lire encore sur la Turquie des créateurs...

13/06/2004

A lire encore sur la Turquie des créateurs...Le monde a publié le 29 mai dernier un long reportage sur la scène culturelle turque. Nous en proposons ici plusieurs extraits.

Un scandale de corruption fait trembler la Turquie

31/01/2014

corru tk 110wwwUne enquête sur la corruption impliquant des fils de ministres et des hommes d’affaire de haut vol pousse des milliers de turcs à descendre dans la rue.

Turquie-Arménie: quel travail de mémoire?

30/03/2007

Difficile de parler de Turquie sans évoquer ses relations avec l’Arménie, en ces temps où la France et les Etats-Unis considèrent l’adoption de lois rendant illégale la «négation du génocide arménien». Là est la pomme de discorde car le Gouvernement turc, s’il en est venu récemment à reconnaître l’existence de douloureux événements et même de « massacres », ne saurait accepter la notion de « génocide ».