Festival Issni N Ourgh International du Film Amazighe/ 2016

fest-amaz-270A l’instar des autres arts, le cinéma est une production culturelle et sociale mais aussi une industrie. De ce fait, il est intimement lié à la société qui le produit et en reflète l’histoire, les différents aspects, les enjeux et les mutations. Il peut même se projeter dans son futur proche ou lointain. En même temps, il ne se contente pas de jouer le rôle de miroir, plus ou moins fidèle, de la vie des hommes et des sociétés, il les influe, les oriente et exerce sur eux un pouvoir certain, impulsé par les différents intervenants dans la production d’une œuvre cinématographique (producteurs, réalisateurs, acteurs, scénaristes,…). Faut-il rappeler que l’œuvre de Charlie Chaplin (1889-1979), qui a duré plus de 60 ans, refléta les problèmes généraux de son époque ou que le cinéma hollywoodien est, aujourd’hui, considéré comme le premier vecteur de la diffusion de la culture américaine dans le monde ?

Mais si le cinéma a ce pouvoir puissant de donner à voir des instantanés de la vie des sociétés, il faut savoir raison garder en en analysant les tenants et les aboutissants car, c’est souvent que le cinéma véhicule des stéréotypes et des préjugés relevant des conditions générales d’une production cinématographique et des rapports de domination qui s’exercent entre producteur et objet de production. Ainsi pouvons-nous dire, la « réalité » reflétée par le cinéma est toute relative.

L’expérience filmographique amazighe a commencé au début des années 1990, avec un retard d’un siècle par rapport à la naissance du cinéma mondial (fin XIXe siècle). Elle reflète, elle aussi et à sa manière, les conditions générales de sa naissance. Loin de toute reconnaissance et de facto de tout soutien officiel, ce que l’on appelle « cinéma amazighe », initié et développé par des amateurs, représente le « cinéma des exclus », ou pour dire autrement « le cinéma de la marge ». Sans aucune formation dans le domaine, le « cinéma amazighe » a vu le jour en réaction à l’exclusion de l’Être amazighe, de sa langue et de sa de sa culture à l’écran. Il s’agit donc pour cette cinématographie d’un acte militant qui coïncide avec l’émergence d’un mouvement identitaire amazighe. Vingt cinq ans plus tard, ce cinéma en est encore à la représentation des différents aspects de la vie des sociétés amazighes, avec une prédominance de la vie rurale.

 


 

Email : festivalissninourgh@gmail.com

fest-amaz-545

    Dates à retenir :

  • 08 Juillet 2016: Envoie du résumé (Titre et 500 mots)
  • 15 Juillet 2016: Décision du comité scientifique.
  • 01 Septembre 2016: Envoie du texte final de la communication
  • 01 Novembre 2016: Publication du livre
  • 05 Novembre 2016: Tenue de la journée d’étude.

NB: La prise en charge des intervenants venus en dehors d’Agadir est assurée (transport, hébergement et restauration (2nuités)

 



 

Related Posts

Aziz Lkhattaf à la Galerie Noir sur Blanc de Marrakech

03/10/2012

z_aziz_110La galerie NOIR SUR BLANC présente une exposition des travaux récents de l’artiste peintre Aziz Lkhattaf. Marrakech, du 12 octobre  au 2 novembre 2012.

«Street Carnaval» à Casablanca

29/10/2015

street 110Street Carnaval" est une performance artistique créée pour être jouée dans l'espace public et sur les esplanades. Elle combine danse, chant, expressions corporelles, jeu, contes à la joie du carnaval. Elle traite la discrimination et le harcèlement sexuel contre les femmes. Elle arrive à Casablanca après avoir été jouée trente cinq fois en Egypte.

FICAM 2005

13/04/2005

FICAM 2005Festival International du Cinéma d'Animation de Meknès Du 14 au 20 avril 2005 Meknès, Maroc Pour cette édition 2005 trois axes sont prévus: la programmation cinématographique, bien sûr, avec une rétrospective, des hommages, une sélection de films récents, une section de films classiques, des formations et des séances scolaires, des expositions. Parmi les hommages, celui à l’un des maîtres du film d’animation en France, le réalisateur Jean-François Laguionie.