Place de l’islam, Daech, causes de l’extrémisme religieux : ce que pensent les Nord-Africains

place-islam1-545

La majorité des populations des cinq pays d’Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte) revendiquent l’importance de l’islam dans leur vie quotidienne, selon un sondage réalisé par l’institut tunisien Sigma en collaboration avec l’Observatoire arabe des religions et des libertés, pour le compte de la Fondation Konrad-Adenauer.

  

Ils sont aussi très nombreux à affirmer avoir une pratique régulière de la religion : plus de huit sondés sur dix en Egypte et en Libye affirment, par exemple, prier « régulièrement ». Au Maroc et en Libye comme en Egypte ou en Algérie, plus de 96 % des sondés disent observer le jeûne pendant le Ramadan.

  

A l’exception de la Tunisie, l’application de la charia comme unique source d’inspiration de la loi est fortement revendiquée dans les pays de la région : plus de 78 % des Libyens sondés et 54,9 % des Marocains y sont favorables. En parallèle, la majorité des sondés revendiquent la séparation des sphères politique et religieuse.

  

Quel que soit le pays, ils sont plus de neuf sondés sur dix à avoir une image  « très mauvaise » ou « plutôt mauvaise » de l’organisation de l’Etat islamique. Une majorité écrasante l’associe directement au terrorisme : 89,5 % en Egypte et 96,1 % en Tunisie pour ne citer que ces deux exemples. La majorité des personnes sondées estiment par ailleurs que la “ mauvaise interprétation de l’islam”  est la principale cause de l’extrémisme religieux, bien qu’ils en attribuent en majorité la responsabilité à “ l’Occident” .

  

L’enquête a été réalisée en décembre 2015 via des interviews téléphoniques assistées par ordinateur sur un échantillon de 1000 citoyens majeurs de chaque pays. L’erreur maximale d’échantillonnage par pays étant de 3 %.


 

Imad Stitou@StitouImad

Réalisation :
Mohamed Drissi K. Direction artistique
Badr Yagami Infographie

 

 

 

 

 

 

Related Posts

L’action des partis, des associations et des syndicats

28/09/2011

L’action des partis,  des associations et des syndicatsLe développement rapide de la scène politique prédit un avenir meilleur pour la Tunisie. Le retour à une vie politique embrigadée comme ce fut le cas par le passé est quasi du domaine de l'impossible.

Amina est à l'avant-garde ! Ne la lâchez pas !

03/04/2013

amina_110À l'heure où la pétition lancée pour le soutien d'Amina franchit la barre des 110.000 signatures, la timidité, pour ne pas dire le silence des voix des organisations des droits humains en Tunisie et ailleurs fait peur...

Harcèlement médiatique

10/11/2011

Harcèlement médiatiqueLes journaux parus après le 14 Janvier, comme Asada (l'écho), le quotidien Almouharrer (le rédacteur), Al Oula (la première) , ou Al Irada (la volonté), et d'autres encore, subissent des harcèlements de la part de certains lobbies et barons des médias, dont les intérêts convergents vers l'extermination de tous les journaux publiés après la révolution.