Saïb Musette: "L'Algérie doit commencer à organiser ses flux migratoires comme le font déjà la Tunisie et le Maroc".

Pour le sociologue et chercheur au Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD), Mohamed Saib Musette, il faut arrêter de vouloir lutter contre la migration pour recadrer ce phénomène dans l’ère de la mondialisation, créer les conditions nécessaires et mettre en place une organisation des départs et des retours des compétences maghrébines.

"On ne doit plus rester dans la défensive, il faut passer à l’offensive maintenant", affirme le chercheur interrogé par Souhila Benali. "Le brain-drain (fuite des cerveaux) doit devenir le "brain-gain" (cerveaux gagnants) souligne le sociologue qui vient de publier un ouvrage collectif intitulé "De la fuite des cerveaux à la mobilité des compétences? (une vision du Maghreb)".

Quel meilleur medium que la musique pour rapprocher les peuples. C'est que ce que fait le chanteur Toto du groupe Dakha Band qui raconte la migration en chansons et se raconte au micro de Souhila Benali. 

Ecouter l’émission de Radio M :

saib 545 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Chère huile d’argan

26/01/2007

Chère huile d’arganDans le sud-ouest du Maroc, région de prédilection de l’arganier, on a coutume de donner au nouveau-né à peine sorti du ventre de sa mère une cuillerée du précieux nectar que l’on extrait du fruit de cet arbre épineux. Une façon très locale de souhaiter longue vie au nourrisson mais aussi la preuve de la grande valeur diététique de l’huile d’argan.

Un «électron libre» naît au Maroc

09/03/2005

Un «électron libre» naît au Maroc«Electron libre» est le nom de la première revue internationale de poésie au Maroc, qui vient de voir le jour sous les auspices des Editions Marsam et de son directeur - poète Jalal Hakmaoui.Elle propose les poèmes traduits en français d'une vingtaine d'auteurs, marocains, ou étrangers

Nouvelle condamnation pour Tel Quel

03/01/2006

Nouvelle condamnation pour Tel QuelUne nouvelle condamnation très lourde pour le journal indépendant marocain Tel Quel laisse pressentir que la liberté d'expression, un des plus grands acquis de l'ère Mohammed VI, est gravement menacée. Nous publions l’appel de nos confrères marocains condamnés par la Cour d’appel de Casablanca à deux mois de prison avec sursis et une amende de 72.000 euros.