«Premiers gestes. Jeune cinéma de Méditerranée»

Née il y a quelques mois à Marseille, Archipels Images est une association culturelle dont la vocation est de promouvoir la culture cinématographique en France et à l'étranger, notamment autour de La Méditerranée, à travers des œuvres originales.

Fondée sur l’engagement collectif et l’action participative, Archipels Images est portée par plusieurs personnalités telles que Tahar Chikhaoui, professeur universitaire et critique de cinéma tunisien.

Ce découvreur de talents, lanceur d’idées et tisseur de liens, qui navigue depuis plusieurs années entre Marseille et Tunis, a accepté entre deux cabotages de répondre aux questions de Babelmed.

gestes 300On a le sentiment qu'un combat militant sous-tend l'action d'Archipels Images ?

L’action que nous comptons mener nous semble pouvoir participer à dessiner de nouveaux territoires, au niveau symbolique, des horizons futurs à travers notamment de nouvelles modalités de sélection, de diffusion, de programmation, de débat, et de nouvelles formulations discursives sur cinéma. Mais cela n’est possible qu’à condition de savoir repérer les oeuvres dont les propositions sont les plus ouvertes sur le futur, notre futur commun. Et ces oeuvres existent  mais elles ne sont pas toujours visibles, l’espace étant « occupé » par des produits commerciaux ou d’archaïsmes culturels.

Quels sont vos objectifs ?

Nous souhaitons créer de nouveaux espaces à différents niveaux : une nouvelle forme de circulation de films dans de nouveaux lieux, la création de nouveaux liens avec les publics, à travers diverses actions participatives (ateliers de réalisation, d’écriture, de critique, de programmation, etc.) et l’élaboration de nouveaux discours sur le cinéma à travers un site actuellement en construction qui, nous l’espérons, deviendra un site de référence.  Enfin, un programme de développement de projets privilégiant de nouvelles hypothèses créatrices.

Comment se présente « Premiers gestes. Jeune cinéma de Méditerranée » ? Une de vos toutes premières initiatives?

Le programme est constitué essentiellement de premiers films de jeunes réalisateurs de la Méditerranée (Algérie, France, Egypte, Italie, Liban, Syrie et Tunisie). En plus des projections, pour la plupart en présence des réalisateurs, et des débats qui les suivront et qui seront animés par les membres de nos trois associations partenaires (Archipels Images, Nachaz-Dissonances et la FTCC), les organisateurs ont prévu deux ateliers à Tunis : un atelier de tournage qui sera animé par Claudia Mollese et Hassen Ferhani et un atelier d’analyse filmique et de critique animé par moi-même, Hajer Bouden et Insaf Machta. L’atelier de tournage de Menzel Bourguiba sera lui animé par Jilani Saadi. Une table ronde réunira tous les cinéastes invités pour approfondir les questions discutées lors des débats autour des films. et elle aura pour objet d’interroger la force de la représentation du jeune cinéma méditerranéen et la faiblesse de sa diffusion.

 


 

Les films :

Courts métrages tunisiens

Diaspora de Alaeddine Aboutaleb (animation)

Zakaria de Leyla Bouzid (fiction, France/Tunisie)

Chouf de Imen Dellil (documentaire)

Terre brûlée de Chiraz Fradi (fiction)

Bidoun de Jilani Saadi (documentaire expérimental)

Le Sergent immortel de Ziad Kalthoum (documentaire, Syrie)

Dans ma tête un rond-point de Hassen Ferhani (documentaire, Algérie/France)

Terra di nessuno de Jean Boiron-Lajous (documentaire, France)

Trêve de Myrima El Hajj (documentaire, Liban/France)

Amara de Claudia Mollese (documentaire, Italie)

Mother of the unborn de Nadine Salib (documentaire, Egypte/EAU)

La Route du pain de Hicham Alladdaqi (documentaire, Maroc)

Bla cinima de Lamine Ammar-Khodja (documentaire, Algérie/France)

Bidoun 2 de Jilani Saadi (fiction, Tunisie)

 


 

Télécharger le programme complet:

Premiers Gestes.pdf

Télécharger la présentation d’Archipels Images:

https://www.facebook.com/archipelsimages/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Le Retour de l’éléphant, de Abdelaziz Belkhodja

28/06/2004

Le Retour de l’éléphant,  de Abdelaziz BelkhodjaAbdelaziz Belkhodja nous prévient dès la première page, voici un livre engagé: dans cinquante ans, le pétrole des arabes sera épuisé. Cent ans d’or noir, la plus grande fortune de l’histoire, ils l’auront dilapidée, comme le font les héritiers écervelés au lieu d’élever leur communauté au firmament de la civilisation.

Ali Abassi, écrivain hybride

08/10/2004

Ali Abassi,  écrivain hybrideUniversitaire, romancier et essayiste tunisien, Ali Abassi ne fait pas partie du petit cercle restreint d’auteurs maghrébins de langue française consacrés par les grandes maisons d’édition parisiennes. Il n’en faut pas moins faire sa connaissance au plus vite. Nous proposons ici un auto-portrait de l’auteur et un extrait inédit de son prochain roman.

Mamdouh Bahri. Le jazz, c'est AUSSI ma musique!

12/09/2006

Mamdouh Bahri. Le jazz,  c'est AUSSI ma musique!Rencontre avec un musicien qui s'est battu contre ceux qui lui disaient: "le jazz, ce n'est pas votre musique", et qui se produit aujourd'hui dans le monde entier.