Un Dimanche Littéraire consacré au grand écrivain égyptien Naguib Mahfuz

maf 545

L'iReMMO vient d’annoncer sa collaboration avec Lettres d’Orient. Cette association célèbre le patrimoine littéraire du Maghreb et du Moyen-Orient pour en faire découvrir la richesse lors de cafés littéraire.

 

maf 200« Les fils de la Medina » de Naguib Mahfouz

Au commencement se trouve le "Fondateur", Gabalawi. Il vit avec ses cinq fils dans la "Grande Maison", en plein quartier populaire du vieux Caire, la Gamaliyya. La vie dans la Grande Maison est douce et paisible jusqu’au jour où deux d’entre eux, Adham et Idriss, en sont chassés. Gabalawi décide alors de se retirer du monde. Il ne se préoccupe plus du sort du quartier qui subit la domination d’Intendants corrompus et la brutalité d’avides "Futuwwas" qui font régner la terreur. Successivement, des figures valeureuses vont tenter de provoquer la chute des tyrans, guidés par la dernière phrase du roman : "Patience, disaient-ils. Tout a une fin, même l’oppression ! Le soleil finira par se lever, et nous verrons la chute du tyran : l’aube viendra, pleine de lumière et de merveilles…"



Intervenante:

Rima Sleiman, ancienne élève de l' École normale supérieure de Lyon, elle est agrégée d'arabe et docteur en Littérature Générale et Comparée. Elle est actuellement maître de conférence à l'Institut National des Langues et des Civilisations Orientales (INALCO).

l'iReMMO - 7 rue des Carmes 75005 Paris (Maubert Mutualité) - 01 43 29 05 65 – www.iremmo.org

 


 

Related Posts

Nawal el Saadawi. Portrait d’une militante

09/03/2013

nawal_110«Je continuerai à écrire. J’écrirais même si on m’enterrait. J’écrirais sur les murs, si on me confisquait crayons et papiers. J’écriai par terre, sur le soleil et sur la lune. L’impossible ne fait pas partie de ma vie.» Nawal el Saadawi.

Albert Cossery: de l’usage révolutionnaire de la dérision

25/06/2008

Albert Cossery: de l’usage révolutionnaire de la dérisionAlbert Cossery n'est pas le seul auteur égyptien francophone. Mais il est probablement le seul à avoir transporté à Paris l’Egypte, dans ses bagages, comme on transporte un trésor ancien, qu’on ne se lasse pas de fouiller.

Albert Cossery s’en est allé

18/07/2008

Albert Cossery s’en est alléEn juin dernier, Albert Cossery nous quittait. A 94 ans, le romancier égyptien laissait sa chambre du Louisiane à Paris où il s’était installé, quelques soixante ans plus tôt, pour faire vivre, sous les griffes acérées de sa poétique, les petites gens du Caire. A lire ce dossier signé Daikha Dridi, Yassine Temlali et Marie-José Hoyet.