Culture alternative à Alger : un renouveau en quête d'espace

alger-inky 545

Alger, la blanche, Alger la belle, la rebelle. Quinze ans après la fin du cycle de violence qui a fait rage dans tout le pays, la capitale sort de sa torpeur.A côté des événements culturels officiels, institués par l'Etat, une culture alternative se développe, des artistes s'expriment, à leur manière, et tentent de faire vivre leur art. Ils racontent dans un triptyque ce renouveau. Trilogie en image autour de l’émergence d’une culture alternative à Alger. Avec une jeunesse qui tient à se faire une place, dans un microcosme disséminé qui tente de se rassembler, dans un pays où la jeunesse représente 70% de la population.


 

Partie1: Culture Alternative algéroise "MAKE ART NOT ABATTOIRS"

alger-inky 545 yt 1


 

Partie 2: Culture Alternative algéroise, QUAND LA CULTURE MANQUE " D’ESPACES… ! "

alger-inky 545 yt 2 


 

Partie 3: Culture Alternative algéroise "Rana n’exsistiou"

alger-inky 545 yt 3 


 

Réalisation Mohamed ALYANI - Rafika BENDERMEL

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

L’appel du Collectif «20 ans barakat» pour l’égalité des droits en Algérie

13/11/2004

L’appel du Collectif «20 ans barakat» pour l’égalité des droits en AlgérieDénonçant l’avant-projet d’amendements du Code de la Famille qui maintient les discriminations subies par les femmes algériennes, le collectif barakat lance un appel pour la promulgation de lois égalitaires.

Nouvelle génération des écrivains algériens. Adlène Meddi ou l’esthétique de la cruauté

17/01/2012

Nouvelle génération des écrivains algériens. Adlène Meddi ou l’esthétique de la cruautéAdlène écrit dans son temps et pour son temps mettant sa plume là où cela fait mal. Parce qu’il faut poser les bonnes questions pour avoir les bonnes réponses

Indigènes de Rachid Bouchareb

22/11/2006

Indigènes de Rachid BoucharebIndigènes de Rachid Bouchareb est un hommage magistral aux centaines de milliers de Maghrébins qui, pendant la colonisation, ont pris part aux innombrables campagnes militaires de l’armée française. «Il a fallu vingt-cinq versions pour arriver à dépasser l'Histoire et [se] concentrer sur la matière humaine, sur les petits détails du quotidien qui restituent la vie mieux que tous les discours», affirme le metteur en scène. Cette volonté de «dépasser l’Histoire» pour les besoins de la fiction n’a pas manqué de produire quelques malheureux contresens.