Tunisie. La société civile face aux défis de la transition

Depuis le printemps 2011 et le renversement du régime de Ben Ali, la Tunisie apparaît en quête de repères et expérimente un relatif foisonnement de la vie démocratique. Tout juste auréolé du prix Nobel de la paix en octobre 2015 qui récompense le travail de la société civile au cœur des défis de la transition (syndicats, ONG, associations, médias alternatifs, etc.), le pays reste confronté à d’incessantes menaces et instabilités.

 

Le socle de « résistance culturelle » dans son ensemble (artistes, blogueurs, journalistes, cinéastes, caricaturistes, musiciens etc.), très actif lors du renversement du régime, rencontre aujourd’hui toutes les difficultés de la reconstruction : faible transparence de l’Etat, «réflexes » de l’ancien régime à tous les niveaux de l’administration, montée des extrêmes et désespoir de la jeunesse.

 

La coalition que forme aujourd’hui le parti islamiste Ennahdha aux côtés du gouvernement moderniste de Nidaa Tounes confirme la fragilité actuelle de l’échiquier politique tunisien. Mais cette instabilité doit être mise en balance avec ce que l’on pourrait appeler un « apprentissage pratique » de la démocratie représentative qui suppose un temps d’adaptation et une évolution des mentalités.

 

 

Dans cet apprentissage, la société civile et les médias citoyens peuvent apparaître comme occupant la « première ligne » de défense des libertés politiques récemment acquises, grâce à une liberté d’expression retrouvée, fidèle à la dynamique insufflée par la révolution.

 

Mais quelles difficultés rencontrent ces acteurs de la démocratie au quotidien? Quel rôle joue actuellement ces organisations auprès des citoyens dans cette phase d’expérimentation que connaît la Tunisie? Quel rapport entretiennent-elles face aux autorités gouvernementales du pays? Quelles évolutions notables depuis le soulèvement populaire des printemps arabes?

 

C’est bien pour mettre en lumière ces questions que ce documentaire part à la rencontre d’acteurs incontournables de la démocratie tunisienne.

 

 

//Tunisie La société civile face aux défis de la transition VF  
 

Olivier Roux
 
[P]ose ta bombe | [P]ose ta bombe, Charlotte Ricco, Elodie Sylvain, concours JJEM, Miss Tic, Miss Claw, Kashink, festival Sbagha Bagha  [P]ose ta bombe | [P]ose ta bombe, Charlotte Ricco, Elodie Sylvain, concours JJEM, Miss Tic, Miss Claw, Kashink, festival Sbagha Bagha  [P]ose ta bombe | [P]ose ta bombe, Charlotte Ricco, Elodie Sylvain, concours JJEM, Miss Tic, Miss Claw, Kashink, festival Sbagha Bagha
logo-villa mediterranee 250                logo avitem 200
 
 
 
 

Related Posts

#PanamaPapers . La société oubliée de Noomane Fehri et Mahmoud Trabelsi

08/05/2016

pan2maggio-110Noomane Fehri, actuel ministre tunisien des Technologies de la communication et de l’Économie numérique, est cité dans les Panama Papers en tant que directeur éphémère d’une société créée dans les Îles Vierges Britanniques en 1994 par Mahmoud Trabelsi, un homme d’affaires et ami du ministre. Cette société est dissoute le 21 novembre 2011, un jour avant la séance inaugurale de l’Assemblée nationale constituante. Inkyfada

Révolution, le baby blues de la “Tunisian girl”

01/07/2011

Révolution,  le baby blues de la “Tunisian girl”Lina Ben Mhenni fend le brouhaha d’un pas décidé. Assistante d’anglais à l’université de Tunis, sa journée sera consacrée au examens. Frange enfantine, regard grave, silhouette gracile, à 28 ans la jeune femme est devenue une star de la blogosphère maghrébine. Interview.

Tunisie: la réponse des électeurs à la terreur

28/07/2014

kasser 110Même si elle n’exclut pas d’autres frappes terroristes, la Tunisie se tient unie nonobstant toutes les divergences, toutes les ombres qui planent sur certains partis et elle se prépare aux élections en quoi elle voit une réponse au terrorisme qui récuse tout le système démocratique parce qu’il rêve d’un chimérique et tout aussi califat.