Tunisie. La société civile face aux défis de la transition

Depuis le printemps 2011 et le renversement du régime de Ben Ali, la Tunisie apparaît en quête de repères et expérimente un relatif foisonnement de la vie démocratique. Tout juste auréolé du prix Nobel de la paix en octobre 2015 qui récompense le travail de la société civile au cœur des défis de la transition (syndicats, ONG, associations, médias alternatifs, etc.), le pays reste confronté à d’incessantes menaces et instabilités.

 

Le socle de « résistance culturelle » dans son ensemble (artistes, blogueurs, journalistes, cinéastes, caricaturistes, musiciens etc.), très actif lors du renversement du régime, rencontre aujourd’hui toutes les difficultés de la reconstruction : faible transparence de l’Etat, «réflexes » de l’ancien régime à tous les niveaux de l’administration, montée des extrêmes et désespoir de la jeunesse.

 

La coalition que forme aujourd’hui le parti islamiste Ennahdha aux côtés du gouvernement moderniste de Nidaa Tounes confirme la fragilité actuelle de l’échiquier politique tunisien. Mais cette instabilité doit être mise en balance avec ce que l’on pourrait appeler un « apprentissage pratique » de la démocratie représentative qui suppose un temps d’adaptation et une évolution des mentalités.

 

 

Dans cet apprentissage, la société civile et les médias citoyens peuvent apparaître comme occupant la « première ligne » de défense des libertés politiques récemment acquises, grâce à une liberté d’expression retrouvée, fidèle à la dynamique insufflée par la révolution.

 

Mais quelles difficultés rencontrent ces acteurs de la démocratie au quotidien? Quel rôle joue actuellement ces organisations auprès des citoyens dans cette phase d’expérimentation que connaît la Tunisie? Quel rapport entretiennent-elles face aux autorités gouvernementales du pays? Quelles évolutions notables depuis le soulèvement populaire des printemps arabes?

 

C’est bien pour mettre en lumière ces questions que ce documentaire part à la rencontre d’acteurs incontournables de la démocratie tunisienne.

 

 

//Tunisie La société civile face aux défis de la transition VF  
 

Olivier Roux
 
[P]ose ta bombe | [P]ose ta bombe, Charlotte Ricco, Elodie Sylvain, concours JJEM, Miss Tic, Miss Claw, Kashink, festival Sbagha Bagha  [P]ose ta bombe | [P]ose ta bombe, Charlotte Ricco, Elodie Sylvain, concours JJEM, Miss Tic, Miss Claw, Kashink, festival Sbagha Bagha  [P]ose ta bombe | [P]ose ta bombe, Charlotte Ricco, Elodie Sylvain, concours JJEM, Miss Tic, Miss Claw, Kashink, festival Sbagha Bagha
logo-villa mediterranee 250                logo avitem 200
 
 
 
 

Related Posts

Poubelles, les points noirs de la Tunisie

12/09/2014

inky pub 110xxx yyyEntre blocage et nécessité de réformer le système, la collecte des poubelles est devenue un calvaire aussi bien pour les citoyens que pour les agents municipaux. (Inkifada/Ebticar)

«Sarkha» ou le cirque du cri

29/06/2011

«Sarkha» ou le cirque du criCrier pour ébranler, crier pour se révolter contre le marasme ambiant: tel est le parti-pris de la compagnie Najma. Issue de l’association d’artistes des trois premières promotions de l’Ecole Nationale des Arts du Cirque de Tunis créée en 2003, cette formation est accueillie par le festival Cirque en chantier de l’Ile Seguin. Avec son spectacle «Sarkha», elle inaugure une pratique artistique étrangère à la Tunisie: le cirque.

L’attente des femmes de Djerba

01/07/2012

sais_110Après avoir traité dans son premier film de la condition des femmes au début du siècle en Tunisie, Moufida Tlatli choisit pour son second long-métrage, une autre histoire de femmes prises en étau entre modernité et tradition.