Tunisie. La société civile face aux défis de la transition

Depuis le printemps 2011 et le renversement du régime de Ben Ali, la Tunisie apparaît en quête de repères et expérimente un relatif foisonnement de la vie démocratique. Tout juste auréolé du prix Nobel de la paix en octobre 2015 qui récompense le travail de la société civile au cœur des défis de la transition (syndicats, ONG, associations, médias alternatifs, etc.), le pays reste confronté à d’incessantes menaces et instabilités.

 

Le socle de « résistance culturelle » dans son ensemble (artistes, blogueurs, journalistes, cinéastes, caricaturistes, musiciens etc.), très actif lors du renversement du régime, rencontre aujourd’hui toutes les difficultés de la reconstruction : faible transparence de l’Etat, «réflexes » de l’ancien régime à tous les niveaux de l’administration, montée des extrêmes et désespoir de la jeunesse.

 

La coalition que forme aujourd’hui le parti islamiste Ennahdha aux côtés du gouvernement moderniste de Nidaa Tounes confirme la fragilité actuelle de l’échiquier politique tunisien. Mais cette instabilité doit être mise en balance avec ce que l’on pourrait appeler un « apprentissage pratique » de la démocratie représentative qui suppose un temps d’adaptation et une évolution des mentalités.

 

 

Dans cet apprentissage, la société civile et les médias citoyens peuvent apparaître comme occupant la « première ligne » de défense des libertés politiques récemment acquises, grâce à une liberté d’expression retrouvée, fidèle à la dynamique insufflée par la révolution.

 

Mais quelles difficultés rencontrent ces acteurs de la démocratie au quotidien? Quel rôle joue actuellement ces organisations auprès des citoyens dans cette phase d’expérimentation que connaît la Tunisie? Quel rapport entretiennent-elles face aux autorités gouvernementales du pays? Quelles évolutions notables depuis le soulèvement populaire des printemps arabes?

 

C’est bien pour mettre en lumière ces questions que ce documentaire part à la rencontre d’acteurs incontournables de la démocratie tunisienne.

 

 

//Tunisie La société civile face aux défis de la transition VF  
 

Olivier Roux
 
[P]ose ta bombe | [P]ose ta bombe, Charlotte Ricco, Elodie Sylvain, concours JJEM, Miss Tic, Miss Claw, Kashink, festival Sbagha Bagha  [P]ose ta bombe | [P]ose ta bombe, Charlotte Ricco, Elodie Sylvain, concours JJEM, Miss Tic, Miss Claw, Kashink, festival Sbagha Bagha  [P]ose ta bombe | [P]ose ta bombe, Charlotte Ricco, Elodie Sylvain, concours JJEM, Miss Tic, Miss Claw, Kashink, festival Sbagha Bagha
logo-villa mediterranee 250                logo avitem 200
 
 
 
 

Related Posts

Zeyneb Farhat, maîtresse en sa demeure

10/03/2013

zeineb_110Rencontre avec Zeyneb Farhat, femme de théâtre, féministe, militante de la cause palestinienne, responsable avec son mari, le metteur en scène Taoufic Jebali, de El Teatro, un des rares lieux de création indépendants en Tunisie.

Rochdi Belgasmi ou quand la danse contemporairne tunisienne se ressource

09/08/2012

roch_110Le premier contact avec le travail chorégraphique de Rochdi Belgasmi procure une sensation de surprise mêlée d’interrogation(s). Dans Transe, corps hanté, l’artiste danse sur une bande son qu’il a, lui-même, soigneusement préparée.

Fleur d’oubli, conjuguer le monde arabe au présent

05/10/2006

Fleur d’oubli,  conjuguer le monde arabe au présentLe succès récent de films tunisiens auprès du grand public laisse penser que la société tunisienne est en quête d’une représentation d’elle-même. Mais ces films posent aussi la question de savoir comment se défaire des clichés au travers desquels les occidentaux ont longtemps perçu le monde arabe.