Appel de soutien au Cirque tzigane Romanès

Romanes 250Le climat raciste qui sévit en France est de plus en plus alarmant. Aujourd’hui, c’est le cirque Romanès qui en fait les frais, et demain ? Cette misérable altérisation des groupes sociaux - tantôt les musulmans, tantôt les gens du voyage- est devenue inacceptable. Alors que depuis 20 ans, le cirque était accueilli dans la capitale par la Mairie de Paris pour faire «rayonner et mieux connaître la culture tzigane en France », ces spectacles semblent de plus en plus compromis. Le cirque tzigane Romanès a donc lancé un appel pour stopper les violences racistes et les actes vandales dont il est victime depuis qu’il s’est installé dans le Square Parodi (16ème arrondissement). Plus de 1500 signatures ont été jusqu’à présent recueillies pour défendre leur sécurité et leur dignité. A l’instar des membres du cirque Romanès, de nombreux signataires sont « des gens du spectacle ». Un signal encourageant dans un pays de plus en plus traversé par la haine de l’autre.

 

Signer l’appel publié dans Mediapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/les-invites-de-mediapart

 

Romanes 545 

Déclaration

Cela fait vingt ans que le Cirque tzigane Romanès, unique en Europe, est implanté à Paris avec le soutien de la Mairie de Paris. Il nous permet de faire notre métier d’artistes en faisant rayonner et mieux connaître la culture tzigane en France. Nos spectacles ont déjà été accueillis par des milliers de spectateurs.

Depuis vingt ans, nous avons été déplacés dans divers lieux, de la Place Clichy (18e) à la Porte de Champerret (17e) en fonction de la disponibilité des terrains. En tant que Gitans Tziganes, nous avons souvent dû faire face à la méconnaissance de notre culture, voire parfois à des réactions  agressives. Nous avons toujours relevé le défi de la peur de l’autre et du racisme.

Installés depuis le mois de juin 2015 dans un nouveau lieu, au Square Parodi dans le 16e arrondissement de Paris, nous faisons face, chaque jour, à un réel vandalisme qui nous fait comprendre que nous ne sommes pas les bienvenus pour certains.

Chaque jour depuis deux mois, nous sommes confrontés à des actes de délinquance odieux, nos portes et fenêtres de caravanes sont défoncées, nos canalisations d’eau percées, notre branchement internet incendié, toutes nos archives photos ainsi que nos costumes de scène ont été volés, etc. Sans compter les multiples procédures judiciaires déposées contre nous, par diverses associations locales.

Lorsque ce site nous a été proposé par la Mairie de Paris, au vu de la pénurie de terrains, nous n’avons pas eu d’autre choix que d’accepter cette proposition.

A ce stade, la situation est grave car notre avenir professionnel est menacé ainsi que notre sécurité. Pour ces raisons, nous demandons à toutes les bonnes volontés de nous soutenir en signant notre appel afin que cessent ces actes racistes. Nous demandons juste qu’on nous laisse faire notre métier d’artistes qui consiste à accueillir chaleureusement tous les publics et à faire découvrir la culture tzigane, dans toute sa beauté et son intégrité.

 
14/10/2015
 
 
 
 

Related Posts

PARIS: débat «les attaques chimiques en Syrie»

26/10/2017

strip-souria110En juin 2017, à partir des témoignages de scientifiques syriens exilés qui avaient participé à la fabrication des armes chimiques dont dispose l’armée de Bachar al-Assad, René Backmann a reconstitué pour Mediapart l’histoire secrète de tout un complexe militaro-scientifique...

Rencontres du cinéma européen 2016: Visages de la corruption

31/10/2016

mucem-ott16-110En janvier dernier, les Rencontres du cinéma européen se sont penchées sur ce cinéma italien qui, il y a quarante ans, dénonçait génialement une réalité faite de scandales, de passe-droits et de petits arrangements entre amis.

Un festival au féminin pluriel

27/02/2006

Un festival au féminin plurielIl faut une sacrée dose d’enthousiasme pour se réveiller un beau matin et décider de créer un festival contre l’exclusion et pour la tolérance. C’est précisément le défi que s’est fixé, il y a bientôt dix ans, Claudine Drame, fondatrice et présidente de cette manifestation dont la prochaine édition se déroulera du 2 au 8 mars à Paris. Cette septième édition se déclinera autour des thèmes de la discrimination, de l’exclusion et de l’intolérance dont les femmes sont victimes.