Appel de soutien au Cirque tzigane Romanès

Romanes 250Le climat raciste qui sévit en France est de plus en plus alarmant. Aujourd’hui, c’est le cirque Romanès qui en fait les frais, et demain ? Cette misérable altérisation des groupes sociaux - tantôt les musulmans, tantôt les gens du voyage- est devenue inacceptable. Alors que depuis 20 ans, le cirque était accueilli dans la capitale par la Mairie de Paris pour faire «rayonner et mieux connaître la culture tzigane en France », ces spectacles semblent de plus en plus compromis. Le cirque tzigane Romanès a donc lancé un appel pour stopper les violences racistes et les actes vandales dont il est victime depuis qu’il s’est installé dans le Square Parodi (16ème arrondissement). Plus de 1500 signatures ont été jusqu’à présent recueillies pour défendre leur sécurité et leur dignité. A l’instar des membres du cirque Romanès, de nombreux signataires sont « des gens du spectacle ». Un signal encourageant dans un pays de plus en plus traversé par la haine de l’autre.

 

Signer l’appel publié dans Mediapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/les-invites-de-mediapart

 

Romanes 545 

Déclaration

Cela fait vingt ans que le Cirque tzigane Romanès, unique en Europe, est implanté à Paris avec le soutien de la Mairie de Paris. Il nous permet de faire notre métier d’artistes en faisant rayonner et mieux connaître la culture tzigane en France. Nos spectacles ont déjà été accueillis par des milliers de spectateurs.

Depuis vingt ans, nous avons été déplacés dans divers lieux, de la Place Clichy (18e) à la Porte de Champerret (17e) en fonction de la disponibilité des terrains. En tant que Gitans Tziganes, nous avons souvent dû faire face à la méconnaissance de notre culture, voire parfois à des réactions  agressives. Nous avons toujours relevé le défi de la peur de l’autre et du racisme.

Installés depuis le mois de juin 2015 dans un nouveau lieu, au Square Parodi dans le 16e arrondissement de Paris, nous faisons face, chaque jour, à un réel vandalisme qui nous fait comprendre que nous ne sommes pas les bienvenus pour certains.

Chaque jour depuis deux mois, nous sommes confrontés à des actes de délinquance odieux, nos portes et fenêtres de caravanes sont défoncées, nos canalisations d’eau percées, notre branchement internet incendié, toutes nos archives photos ainsi que nos costumes de scène ont été volés, etc. Sans compter les multiples procédures judiciaires déposées contre nous, par diverses associations locales.

Lorsque ce site nous a été proposé par la Mairie de Paris, au vu de la pénurie de terrains, nous n’avons pas eu d’autre choix que d’accepter cette proposition.

A ce stade, la situation est grave car notre avenir professionnel est menacé ainsi que notre sécurité. Pour ces raisons, nous demandons à toutes les bonnes volontés de nous soutenir en signant notre appel afin que cessent ces actes racistes. Nous demandons juste qu’on nous laisse faire notre métier d’artistes qui consiste à accueillir chaleureusement tous les publics et à faire découvrir la culture tzigane, dans toute sa beauté et son intégrité.

 
14/10/2015
 
 
 
 

Related Posts

Le Livre de Damas et des Prophéties

21/11/2012

stella_110Le Livre de Damas et des Prophéties, tiré de deux pièces de Saadallah Wannous, traite des sociétés syrienne et israélienne d’aujourd’hui. Mise en scène de Fida Mohissen. Une table ronde sur l’écriture de Saadallah Wannous est également programmée. Les 23, 24, 25 novembre, théâtre Jean-Vilar, Vitry.

Festival Itinérances Tsiganes - 9ème édition

09/11/2015

itinerances 110La maison des Passages et l’Association L’ARTAG (Association Régionale des Tsiganes et de leurs Amis Gadgés) s’apprêtent à accueillir, du 25 novembre au 5 décembre en région Rhône Alpes, le Festival Itinérances Tsiganes, une des principales manifestation en France à valoriser les cultures tsiganes.

France - Droit des personnes noires et arabes

03/10/2013

human 110COMMUNIQUE

France - Droit des personnes noires et arabes : "La France ne peut pas être une exception" - Human Rights Watch

"Un seul message : l’Etat a toujours raison, et la police a le feu vert pour discriminer"