0norientour, road trip artistique

L'idée est simple: Ghita Chilla,Oumayma Ajarrai, Hajar Chokairi et Mehdi Drissivont parcourir pendant 5 mois 7 pays arabes pour offrir un panorama des réalités culturelles et artistiques locales. Ils chroniqueront chemin faisant lieux et personnes qui racontent, à travers la création, des sociétés au-delà du prisme réducteur des extrémismes et de la géopolitique.

Parce que le monde arabe n'est pas que violence, que les gens continuent à créer, à innover, et que la culture est un terreau de résistance qu'il faut soutenir et diffuser, ces explorateurs et exploratrices appellent tous les curieux à soutenir leur initiative par des dons, à partir de 5 euros…

Les contenus seront publiés dans le webmagazine www.onorient.com, média alternatif promouvant les arts et la réflexion émanant de la jeunesse de cette région.

onorie 545

 


 

LES EXPLORATEURS

onorie 120aGhita CHILLA- Marocaine & Néerlandaise - Etudiante en Géoéconomie et Intelligence stratégique à IRIS Sup.

Enfant de troisième culture, entre le Maroc, les Pays-Bas et la France, Ghita adapte sa vision du monde à son déracinement chronique, accompagné par une passion brûlante pour la culture orientale. Ses bagages bien posés à Paris, elle a développé un vif intérêt pour l’Histoire, les problématiques identitaires et les enjeux sociétaux du Maghreb et du Moyen-Orient.

Lisez ses articles :http://onorient.com/author/gchilla

 

onorie 120bHajar CHOKAIRI, 22 ans, Marocaine - Etudiante à HEC Paris - L3 en Philosophie à la Sorbonne.

Animée par la volonté de faire voyager sa double culture entre les arts et les sciences humaines; Hajar se nourrit avidement du renouveau oriental et a un vif intérêt pour les problématiques identitaires et sociologiques. Imprégnés d’un passage aux Etats-Unis et d'une insatiable soif de connaissance, ses articles sont, comme vous vous en doutez les mémoires d'une jeune fille pas tout à fait rangée.

Lisez ses articles:http://onorient.com/author/hajar

 

onorie 120cOumayma AJARRAI, 22 ans, Marocaine - Etudiante à HEC Paris - L3 en Histoire du Cinéma à l’université Paris Panthéon-Sorbonne.

Férue d'art contemporain et de cinéma, Oumayma vit avec cette quête constante du beau. De son origine marocaine, son présent parisien et de son passage par le Japon, elle garde cette sensibilité esthétique et cette curiosité incommensurable qui font valser son crayon. Portée par son ambition dévorante de participer à la promotion des cultures arabes elle défend leur diversité en conjuguant sa scolarité à un activisme associatif.

Lisez ses articles :http://onorient.com/author/oumaima

 

onorie 120dMehdi DRISSI- 25 ans, Franco-Algérien - Etudiant à l'IAE de Lille - M2 Marketing Digital - Photoreporter | Ses travaux:  One Shot For The Road

“Digital native” de l’équipe, Mehdi jongle entre développement web et community management pour garantir la meilleure visibilité à notre interface. Photographe depuis 2 ans, il est Lauréat aux Golden Blog Awards Paris - Catégorie Image et Design. Il affectionne le photoreportage et la photographie de rue, deux disciplines qui lui ont apprit à se faire discret pour capter l'instant et transmettre sa vision de la vie.

 


 

Pour en savoir plus et soutenir Onorientour:

https://fr.ulule.com/onorientour/

27/07/2015

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

3e édition de la Biennale Internationale «Arts in Marrakech»

11/11/2009

3e édition de la Biennale Internationale «Arts in Marrakech»La 3e édition de la Biennale “Arts in Marrakech” sera présente dans divers endroits de la ville marocaine, du 19 novembre 2009 au 20 janvier 2010.

Un rapport accablant sur la situation des enfants de la rue marocains à Melilla

18/09/2016

melilla-110Dans l’enclave espagnole, les mineurs étrangers non-accompagnés, en majorité marocains, sont régulièrement maltraités. Une situation tristement connue mais dépeinte cette fois-ci en détail par l’association espagnole Harraga dans un récent rapport. (Ebticar/le Desk)

La femme marocaine, un peu libérée par la loi, mais toujours prisonnière de son image

15/03/2004

La femme marocaine,  un peu libérée par la loi,  mais toujours prisonnière de son imageL’ennemi peut-être le plus redoutable du changement est l’image qu’on se donne encore de la femme. Alors qu’elles envahissent pratiquement toutes les sphères de l’activité sociale, alors même que dans l’enseignement leurs effectifs dépassent souvent ceux des hommes, le système éducatif continue à perpétuer une image dégradante des femmes, loin des schémas de l’égalité hypothétique vantée par le nouveau code.