Interdiction des deux représentations de "b7al b7al" à Tanger!

arterial 545

Malgré l'information des autorités locales par courrier et le respect de la procédure administrative, nous avons été notifiés, samedi 4 juillet, 15 minutes avant le spectacle, et après installation technique et des comédiens, que ce dernier ne pouvait pas avoir lieu ce soir-là. Le lendemain matin, dimanche 5 juillet, après un entretien avec le caïd du 4ème arrondissement de la ville de Tanger, celui-ci nous a informés de la décision d'interdiction de la seconde représentation également, émanant selon lui de la Wilaya de Tanger.

Cette interdiction survient alors que la communauté des migrants de la ville de Tanger vit des événements regrettables, violents, à caractère raciste et en opposition avec les valeurs humanistes et les droits humains universels. Une pièce théâtrale telle que "b7al b7al" est une action positive, qui favoriserait l'apaisement des tensions et initierait ou/et renforcerait le dialogue autour de la question de la migration, entre marocains et sub-sahariens.

Nous déplorons cette interdiction et nous ne la comprenons pas. Le spectacle "b7al b7al" est issu d'un projet dont l'objectif, à travers le théâtre, est celui d'offrir aux migrants sub-sahariens au Maroc un espace d’expression, de sensibiliser le public aux problèmes des minorités et de briser les préjugés et les stéréotypes liés au racisme.

L’espace public doit être accessible aux acteurs culturels, aux artistes et aux organisations de la société civile, sans entraves, ni contraintes, car cela permet à la fois de rapprocher l'art des citoyens et de débattre, de manière ludique, autour de sujets de société importants. Nous rappelons que le rôle des autorités publiques est de faciliter cet accès et d'assurer la sécurité - des artistes et des citoyens -, dans la neutralité et le respect de la libre expression artistique et populaire, droits garantis par la constitution.

"B7al b7al" a été conçue dans le cadre du projet Mix City, porté par l'association Racines, en partenariat avec le Théâtre de l'Opprimé - Casablanca et The Minority Globe, et en collaboration avec l'association Visa Sans Frontières à Tanger.

Pour rappel, Mix City s’inscrit dans le cadre du programme "Diversité, Drame et développement", co-financé par l’Union Européenne dans le cadre du programme Medculture, le Fond Prince Claus pour la culture et le développement, la Fondation SwedishPostcode et la Fondation Heinrich Böll; et mis en œuvre par Minority Rights Group International, l’Institut du Forum Civic et l’Institut Andalus.

Nous nous excusons de ce contretemps, auprès de notre public et de nos partenaires, et vous donnons rendez-vous pour les autres dates de la tournée : http://www.racines.ma/node/734

 

 


 

Contact presse:

Aadel EssaadaniCoordinateur général de Racines

GSM: +212 6 19 77 19 77

Email: aadel@racines.ma

 

 

 

 

Related Posts

Liberté d’expression au Maroc, la fin d’une ère le début d’une autre…

30/12/2013

galvan 110Procès, boycott et emprisonnement des journalistes : des méthodes qui continuent de peser sur la liberté d’expression au Maroc. La presse était plus libre durant les années 2000, au début du règne du roi Mohammed VI, qu’aujourd’hui. Seuls quelques sites web d’information et des bloggeurs indépendants continuent à faire de la résistance.

Jawhara, fille de prison: Une chronique des années de plomb qui raconte le passé au présent antérieur

22/03/2004

Jawhara,  fille de prison: Une chronique des années de plomb qui raconte le passé au présent antérieurJawhara de Saad Chraïbi sur les années de plomb n’a pas réussi a touché le public marocain. Le film est en effet globalement défavorable parce que, pour ceux nombreux qui ont vécu la période ou en ont souffert, il n’est pas parvenu à présenter une construction dramatique qui illustre pertinemment l’époque.

2003: une année dure pour les droits de l’Homme au Maroc

27/12/2003

2003: une année dure pour les droits de l’Homme au MarocA la satisfaction, toute extérieure et de principe, de savoir que le nouveau règne compte parmi ses objectifs principaux la démocratisation et la modernisation du pays, répond la déception de voir que dans la pratique les choses évoluent très lentement.