« Gitanistan », voyage parmi les rom du Salento

gitanistan 290Oronzo, fils de Giuseppe Rinaldi, alias « Seppu lu Zingaru » (Seppu le tsigane), est aujourd’hui boucher après s’être occupé pendant des années de commerce de chevaux. Sa famille, dans les années 1970 achetait et vendait environ 300 bêtes par semaine.

Claudio Giagnotti, connu de tous sous le nom de « Cavallo » (cheval), est son neveu, il est aussi musicien et producteur. Avec son groupe « Mascarimirì », il s’est fait une place dans le panorama de la word music, au delà de la péninsule.

En 2010, avec l’album « Gitanistan » il commence un voyage personnel à la découverte des racines de sa propre famille. En réalisant le film éponyme, il décide d’entrer dans le foyer de plusieurs familles rom pour raconter les histoires d’une communauté silencieuse, tellement bien intégrer dans la région que ses membres ont fini par devenir “invisibles”.

Lorsque, il y a plusieurs siècles, les premiers groupes rom entrèrent en contact avec les Pouilles, ils surent en effet comprendre et satisfaire les besoins de la population locale. Ainsi de génération en génération, leurs influences réciproques a donné vie à des traditions « mixtes » aujourd’hui encore très répandues, comme celle par exemple de manger « de petits morceaux de cheval » devenus depuis un plat typique ou, encore, de célébrer la “pizzica scherma”, un rite à l’ancienne qui permettait aux hommes de “régler leurs comptes” autour d’un bûcher, avant les grandes foires agricoles estivales.

L’humilité et l’énergie des protagonistes du film ont été pour moi une source d’inspiration aussi bien au niveau de la réalisation du documentaire qu’au niveau personnel”, écrit Cavallo dans ses notes de tournage. “Je m’avancerais à dire que cette histoire offre des éléments intéressants pour améliorer la société dans laquelle nous vivons. Elle se veut un exemple pour les rom qui s’obstinent à vouloir être marginaux, et un exemple pour ces personnes qui voient dans la diversité l’origine des ennuis et de la déstabilisation”. 

 


 

Crédits:

Sujet, scénario et réalisation : Gigi De Donno, Claudio “Cavallo” Giagnotti;

Producteur : Gigi De Donno, Claudio “Cavallo” Giagnotti, Paolo “Sbrango” Marzoni;

Directeur de la photographie : Alessandro “Luvagnone” Marti;

Editing video: Corrado Iuvara, Davide Ricchiuti;

Visual Effects & Color Correction: Ameleto Cascio;

Visual Communication: Progetty;

Production : Italie et France 2014;

Produit par : Maxman Freim Dilinò.  

 
 
 
 
 
 
 

Related Posts

Ouvrez l’Europe# OpenEurope

05/08/2015

open 110A l’initiative de Mediapart, plusieurs médias européens dont Babelmed, des ONG, et des associations participent pour tout l’été à une opération spéciale pour mieux rendre compte du drame des migrants et relayer les multiples initiatives de solidarité qui se font jour dans toute l’Europe.

Vivre à Mitte Soheil, les yeux rivés sur Milan

10/05/2010

Vivre à Mitte Soheil,  les yeux rivés sur MilanMitte Soheil connaît, depuis le début des années 90, un exode juvénile massif vers les pays du nord de la Méditerranée. Les jeunes émigrants sont mus par le désir de transformer leur condition. En dépit des difficultés du parcours, du coût élevé du voyage et des multiples périls de l’expérience migratoire, accoster sur la « rive de l’opulence » demeure un rêve pour les habitants du village.

Recherche. Le temps des torches humaines

06/12/2012

rivera_111

Ce qui frappe le plus ce n’est pas la survenue du phénomène de l’auto-immolation qui existe depuis bien longtemps mais sa densification, son extension géographique et sa signification. C’est à ce phénomène que s’attaque l’anthropologue italienne Annamaria Rivera.