« Gitanistan », voyage parmi les rom du Salento

gitanistan 290Oronzo, fils de Giuseppe Rinaldi, alias « Seppu lu Zingaru » (Seppu le tsigane), est aujourd’hui boucher après s’être occupé pendant des années de commerce de chevaux. Sa famille, dans les années 1970 achetait et vendait environ 300 bêtes par semaine.

Claudio Giagnotti, connu de tous sous le nom de « Cavallo » (cheval), est son neveu, il est aussi musicien et producteur. Avec son groupe « Mascarimirì », il s’est fait une place dans le panorama de la word music, au delà de la péninsule.

En 2010, avec l’album « Gitanistan » il commence un voyage personnel à la découverte des racines de sa propre famille. En réalisant le film éponyme, il décide d’entrer dans le foyer de plusieurs familles rom pour raconter les histoires d’une communauté silencieuse, tellement bien intégrer dans la région que ses membres ont fini par devenir “invisibles”.

Lorsque, il y a plusieurs siècles, les premiers groupes rom entrèrent en contact avec les Pouilles, ils surent en effet comprendre et satisfaire les besoins de la population locale. Ainsi de génération en génération, leurs influences réciproques a donné vie à des traditions « mixtes » aujourd’hui encore très répandues, comme celle par exemple de manger « de petits morceaux de cheval » devenus depuis un plat typique ou, encore, de célébrer la “pizzica scherma”, un rite à l’ancienne qui permettait aux hommes de “régler leurs comptes” autour d’un bûcher, avant les grandes foires agricoles estivales.

L’humilité et l’énergie des protagonistes du film ont été pour moi une source d’inspiration aussi bien au niveau de la réalisation du documentaire qu’au niveau personnel”, écrit Cavallo dans ses notes de tournage. “Je m’avancerais à dire que cette histoire offre des éléments intéressants pour améliorer la société dans laquelle nous vivons. Elle se veut un exemple pour les rom qui s’obstinent à vouloir être marginaux, et un exemple pour ces personnes qui voient dans la diversité l’origine des ennuis et de la déstabilisation”. 

 


 

Crédits:

Sujet, scénario et réalisation : Gigi De Donno, Claudio “Cavallo” Giagnotti;

Producteur : Gigi De Donno, Claudio “Cavallo” Giagnotti, Paolo “Sbrango” Marzoni;

Directeur de la photographie : Alessandro “Luvagnone” Marti;

Editing video: Corrado Iuvara, Davide Ricchiuti;

Visual Effects & Color Correction: Ameleto Cascio;

Visual Communication: Progetty;

Production : Italie et France 2014;

Produit par : Maxman Freim Dilinò.  

 
 
 
 
 
 
 

Related Posts

Qui était Al-Nimr, l’icône chiite exécutée par l’Arabie Saoudite ?

11/01/2016

nimr 110L’Arabie Saoudite a fait exécuter 47 personnes, dont ce cheikh chiite. Des Iraniens ont incendié son ambassade à Téhéran en représailles. L’Arabie Saoudite a annoncé la rupture de ses relations diplomatiques avec Téhéran. (Ebticar/le Desk)

Liberté de la Presse: Kalima à la barre

23/07/2007

Liberté de la Presse: Kalima à la barrePeut-on poursuivre pour diffamation une publication interdite et dont le site Internet est inaccessible dans le pays où l'action en justice est intentée? Il faut croire que ce paradoxe n'en est pas un pour le tribunal de Tunis qui a récemment convoqué Omar Mestiri, directeur de la rédaction du journal Kalima, la seule publication tunisienne qui couvre les scandales de corruption que les autres journaux taisent. (article publié sur le site de l’APN)

La matraque, le fouet et les télévisions satellitaires arabes

06/03/2008

La matraque,  le fouet et les télévisions satellitaires arabes21 pays arabes viennent de ratifier une charte pour réguler les télévisions satellitaires. Une avalanche de règles tournées en dérision par le célèbre humoriste marocain Bziz sur le plateau d’Al Jazeera.