Ticket Fund de la Fondation Prince Claus

claus 250La mobilité est au cœur du développement culturel, mais le manque de fonds limite souvent la capacité de voyager des artistes et des acteurs culturels des pays du sud de la Méditerranée, voire d’autres continents…

Estimant que « le développement et le progrès ne peuvent être réalisés que par les personnes, dans un environnement respectueux de leur culture, langue et mode de vie », la Fondation Prince Claus, basée à Amsterdam aux Pays-Bas, a créé le Ticket Fund, un mécanisme qui couvre les frais de déplacement (billet d'avion en classe économique ou billet de train) pour soutenir l'échange interculturel des artistes et des acteurs culturels.

Le Ticket Fund est spécifiquement conçu pour les artistes, les opérateurs impliqués dans les nouvelles formes de cultures émergentes ainsi que les représentants d’organisations artistiques indépendantes vivant dans les pays inclus dans la liste du CAD-OCDE, c.à.d. les pays et les territoires éligibles pour recevoir l'aide publique au développement. Parmi eux : l'Algérie, l'Egypte, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Palestine et la Tunisie. La priorité est accordée aux candidats ou candidates ayant moins de 35 ans, n’ayant pas plus de 10 ans de carrière et travaillant dans des domaines artistiques et culturels contemporains, y compris le renforcement des capacités culturelles.

Des lignes directrices détaillées (en anglais) peuvent être téléchargées ici.

 


 

Contenu produit en collaboration avec Med Culture

 

 

 

Related Posts

Les guerres de l’eau: une notion à revisiter

15/07/2009

Les guerres de l’eau: une notion à revisiterLes rives méridionale et orientale de la Méditerranée sont les territoires mondiaux les plus exposés au déficit hydrique. Article publié dans “le mensuel de l’Université”.

Liban: Une émancipation «en cachette»

06/03/2008

Liban: Une émancipation «en cachette»L’image d’une gent féminine libanaise libérée est celle que la capitale donne aux touristes. Mais elle loin de refléter les réalités complexes d’un pays aux identités multiples, pour ne pas dire schizophrène.

Vivre à Mitte Soheil, les yeux rivés sur Milan

10/05/2010

Vivre à Mitte Soheil,  les yeux rivés sur MilanMitte Soheil connaît, depuis le début des années 90, un exode juvénile massif vers les pays du nord de la Méditerranée. Les jeunes émigrants sont mus par le désir de transformer leur condition. En dépit des difficultés du parcours, du coût élevé du voyage et des multiples périls de l’expérience migratoire, accoster sur la « rive de l’opulence » demeure un rêve pour les habitants du village.