Ticket Fund de la Fondation Prince Claus

claus 250La mobilité est au cœur du développement culturel, mais le manque de fonds limite souvent la capacité de voyager des artistes et des acteurs culturels des pays du sud de la Méditerranée, voire d’autres continents…

Estimant que « le développement et le progrès ne peuvent être réalisés que par les personnes, dans un environnement respectueux de leur culture, langue et mode de vie », la Fondation Prince Claus, basée à Amsterdam aux Pays-Bas, a créé le Ticket Fund, un mécanisme qui couvre les frais de déplacement (billet d'avion en classe économique ou billet de train) pour soutenir l'échange interculturel des artistes et des acteurs culturels.

Le Ticket Fund est spécifiquement conçu pour les artistes, les opérateurs impliqués dans les nouvelles formes de cultures émergentes ainsi que les représentants d’organisations artistiques indépendantes vivant dans les pays inclus dans la liste du CAD-OCDE, c.à.d. les pays et les territoires éligibles pour recevoir l'aide publique au développement. Parmi eux : l'Algérie, l'Egypte, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Palestine et la Tunisie. La priorité est accordée aux candidats ou candidates ayant moins de 35 ans, n’ayant pas plus de 10 ans de carrière et travaillant dans des domaines artistiques et culturels contemporains, y compris le renforcement des capacités culturelles.

Des lignes directrices détaillées (en anglais) peuvent être téléchargées ici.

 


 

Contenu produit en collaboration avec Med Culture

 

 

 

Related Posts

Les musulmans en Europe: un rapport sur 11 villes de l’UE

22/12/2009

Les musulmans en Europe: un rapport sur 11 villes de l’UELes musulmans face à une discrimination inquiétante en Europe. C’est ce que révèle un rapport publié récemment publié par l’Open Society Institute. Plus de 2 000 entretiens approfondis en tête à tête et plus de 60 groupes cibles questionnés dans 7 pays européens.

Une tragédie annoncée

22/04/2015

tragedia 110Il aura fallu que quelques 1500 personnes périssent en Méditerranée en moins d’une semaine pour que l’Europe réagisse à cette tragédie annoncée sur laquelle ses institutions sommeillaient depuis le remplacement de «Mare Nostrum» par «Triton» en novembre 2014.

Les femmes de Raqqa: travailler pour résister à l’Etat Islamique

20/11/2016

raqqa-110“Ils ont peut-être réussi à nous cacher derrière ces voiles noirs, à nous cloîtrer dans nos maisons, mais ils n’ont pas réussi à nous casser le moral et à nous enlever notre force de volonté. On aime encore la vie et le travail”, raconte Nuria. Enab Baladi