#Diapo: les murs de ma ville, Beyrouth…

« Oasis sur mer pour les Arabes, la ville est, pour les Occidentaux, l’Arabie la plus familière. L’exotisme en version minimaliste, l’aventure dans le luxe ­ ou son pastiche ­, l’Orient compliqué dans le confort des langues et des usages. Toutes les levantineries qui horripilaient naguère le colonel Lawrence, en quête de « purs » Arabes, se conjuguent pour faire de Beyrouth une escale commode sur le chemin du dépaysement, et plus souvent le décor d’un entre­deux assez éloigné pour figurer le Voyage et suf isamment plaisant pour dissuader de le poursuivre plus avant. » Samir Kassir, Histoire de Beyrouth.

diapo bey 545b

diapo bey 545a

diapo bey 545e 

diapo bey 545f

diapo bey 545g

diapo bey 545c

diapo bey 545h

 

Entre urbanisme sauvage et gentrification décomplexée, Beyrouth semble être restée à mi­chemin entre l’Orient et l’Occident. Mais, à l’instar de ces consœurs arabes, les rues de la capitale libanaise évoluent également au rythme de graffeurs. L’usage est principalement aux pochoirs. Mettons immédiatement de côté le phénomène de récupération commerciale qui, comme n’importe quelle dynamique mainstream, tente d’absorber toute culture underground à son profit. Reste alors des murs décorés, voire ­ pour certains pans ­ littéralement recouverts, par des peintures à caractère esthétique ou politique. Abordée parfois avec humour, parfois avec gravité, ces graffs sont biensouvent l’expression de ce qui tiraille la société libanaise. Voici quelques photos prises dans les  principaux axes de Mar Mikhael et Gemmayze dans le quartier d’Ashrafieh.

 

diapo bey 545i 

diapo bey 545n

diapo bey 545m

diapo bey 545l 

 

Note de l’auteure : les pochoirs d’appartenance à des partis politiques, particulièrement dans ce quartier chrétien à tendance phalangiste, ont volontairement été occultés.

 

Article publié dans le cadre de Labomed animé par Radio Grenouille avec de jeunes journalistes en formation. Activité inscrite dans le projet «Nouveaux Médias et jeunes Journalistes en Méditerranée » porté par l’association Babelmed et soutenu par la Région Paca.

 


 

http://www.radiogrenouille.com/vues-sur-mer/diapo-les-murs-de-ma-ville-beyrouth/

 
 
 
 

Related Posts

«Murmures», des photos pour dire Non à la guerre!

16/06/2010

«Murmures»,  des photos pour dire Non à la guerre!Faire corps avec son instrument. Viser et ouvrir le feu. Afin de défendre ou de réhabiliter la Mémoire, on peut prendre des photographies comme on prendrait les armes.

Le Musée privé Robert Mouawad ou les trésors d’Henri Pharaon

03/04/2009

Le Musée privé Robert Mouawad ou les trésors d’Henri PharaonLe Musée privé du richissime diamantaire libanais Robert Mouawad a été, de 1891 à 1993, la propriété de la non moins fortunée famille Pharaon. Cette « folie » gothique a été le symbole de l’indépendance puis de la guerre du Liban. Retour sur un passé aujourd’hui sublimé…

Images du Liban, Liban d’images

23/07/2007

Images du Liban,  Liban d’imagesLa guerre, Beyrouth, murs en ruines. Il s’agit bien d’une rétrospective du cinéma libanais. Pour sa cinquième édition du 3 au 14 Juillet 2007, le festival de cinéma de la ville de Paris a choisi le pays des cèdres comme pays à l’honneur. Une soixantaine de films des quinze dernières années, courts et longs métrages, documentaires et art vidéo, films essais et d’animation étaient au programme...