«Hammam Baghdadi», théâtre d’Irak, de Jawad El Assadi

hammam 300Jawad El Assadi, metteur en scène «Hammam Baghdadi» décrit la vie en Irak plus proche du projet sociétal en devenir à la Taliban afghan, car l’Irak,- selon ses dires- est remplie de fondamentalismes incompréhensibles, fermant les portes de la Vie… 

«Hammam Baghdadi est mon approche théâtrale de mon vécu en Irak, par un essai d’analyse sociologique et psychologique et à moindre degré d’analyse politique, raconte Jawad El Assadi. Aussi, poursuit-il, ce spectacle est un constat de toute couche sociale marginalisée dans tous les pays arabes. Les deux personnages ne sont que deux écritures dialectiques , représentant le passage de l’Irak de la dictature du Pt Saddam , «  à l’américaine » Le premier personnage est axé sur le pragmatisme et la course vers la réalisation de ses propres ambitions, au risque de s’allier avec le Diable- quant au second personnage, il trompe son monde par une fausse propagande de l’avènement d’ «une démocratie  et d’une vie civile»

 

hammam 110El Teatro (Tunis)

http://www.elteatro.net

Chedli Kallela, Tunis, Tunisie

+216 71 894 313

Dates : 16-17-18- 19-23-24-25 Avril

Heure : à 19.30 ( sauf le Dimanche 19 Avril à 17H)

 

Texte et mise en scène : Jawad EL ASSADI

Avec : Hayder Abou Hayder- Khalil HARKANI

Scénographie : Jawad EL ASSADI

Régie plateau : Sabri ATROUS

 


 

 

Related Posts

TOCCATA

04/12/2006

Aussi composai-je vélocement ce mot que j’expédiai aussitôt à AME: «J’appelle silence la parole ou du moins l’amour de la parole qui s’est tue avant de traverser l’espace et le temps pour devenir réalité. Alexandre». (Extrait de TOCCATA, nouvelle d’Aymen Hacen)

Festival Au sud du cinéma

17/01/2006

Festival Au sud du cinémaDu 27 janvier 2006 au 05 février 2006 Institut Français de Coopération (IFC), Tunis, Tunisie Le film de la cinéaste tunisienne Moufida Tlatli, Les silences du palais, ouvrira le festival, suivi d’un débat avec Jean-Michel Frodon, directeur de la rédaction des Cahiers du Cinéma.

La lutte des ouvrières de l’usine Mamotex : de l’autogestion à la désillusion

12/11/2016

photo-0-110Avec une industrie textile en déclin et la destruction de milliers d’emplois dans le secteur, le destin des 65 ouvrières de l’usine Mamotex à Chebba semblait scellé jusqu’à ce qu’elles obtiennent, en mars 2016, l’autogestion provisoire de leur usine : une première en Tunisie et une expérience inédite pour ces ouvrières, qui a pourtant vite tourné à la désillusion. Inkyfada