Attaque meurtrière en plein Tunis

Des hommes en armes ont attaqué le musée du Bardo au cœur de la capitale tunisienne, tuant une vingtaine de personnes. Les forces de l’ordre ont donné l’assaut et éliminé les deux assaillants.

Vingt personnes ont été tuées (principalement des étrangers et deux Tunisiens), ainsi que les deux assaillants, lors de l’assaut du musée par des hommes en armes et au cours de la prise d’otages qui s’est ensuivie, mercredi 18 mars dans la matinée. Une quarantaine de personnes ont également été blessées. Selon la présidence tunisienne, les dix-sept touristes qui ont trouvé la mort sont polonais, italiens, allemands, espagnols et français.

 

bardo 545

 

D’après les premières informations, les deux «terroristes» ont surgi, mercredi à 12h20, sur le parking du musée du Bardo, au cœur de Tunis et situé dans le même bâtiment que le Parlement, et ont commencé à tirer. D’après le ministre des Affaires étrangères tunisien, les attaquants voulaient s’en prendre aux députés, mais n’ont pas réussi à pénétrer dans le bâtiment.

Selon les autorités tunisiennes, «l’attaque a commencé contre les bus qui venaient du port de La Goulette, des touristes en escale». D’après un des chauffeur de bus qui venait d’arriver : «J’ai vu un homme avec une kalachnikov, j’ai cru que c’était un jouet ! Et là il a commencé à tirer sur tout le monde.» Ces événements sont rapidement racontés sur la radio Mosaique FM, qui est directement relayée sur les réseaux sociaux. Dans la rue l’information commence à circuler et les citoyens discutent de l’événement qui est encore en cours.

 

Étonnement et effroi

Des centaines de policiers sont rapidement arrivés sur les lieux, avec un hélicoptère, des véhicules blindés et des tireurs d’élite. Après plusieurs dizaines de minutes, l’assaut a été donné par les forces de sécurité tunisiennes, causant la mort d’un policier et des deux assaillants. D’après le ministère de l’intérieur tunisien, les deux hommes armés responsables du carnage auraient été aidés par plusieurs complices, qui sont actuellement recherchés. Quatre arrestations de suspects auraient déjà été effectuées.

 

bardo 545bis

 

La plupart des victimes sont des touristes étrangers, notamment un grand nombre d’Italiens qui participaient à une croisière et étaient descendus à terre pour visiter le Bardo, le plus grand musée du pays, que certains surnomment « le Louvre de Tunisie ».

Le premier ministre Habib Essid est intervenu quelques minutes après la fin des opérations pour déclarer : «C’est une attaque contre le tourisme tunisien. Nous devons être unis, cette attaque se fait contre un secteur fragile. La guerre contre le terrorisme est une bataille à long terme. J’appelle tous les partis, les partis politiques et la société civile à être unis. Cette période critique est essentielle pour le futur du pays. Beaucoup de gens ne sont pas contents du progrès politique du pays et profitent d’occasions pour attaquer le pays.»

Quant au président tunisien, Beji Caid Essebsi, il s’est contenté d’une déclaration rapide avant d’aller visiter les blessés à l’hôpital : «Il faut éliminer ces gens de la carte (de la Tunisie), il n’y a pas d’espoir avec eux.» Une manifestation pour dire non au terrorisme a eu lieu mercredi soir, ainsi qu’une session plénière du Parlement et un conseil des ministres exceptionnel.

Plus tard dans la soirée Béji Caid Essebsi s’est adressé au peuple. Dans un discours, lors duquel il a présenté ses condoléances aux familles et un hommage aux forces de l’ordre, le président de la république a estimé que les “terroristes sont à bout de souffle” et que la Tunisie est en “état de guerre contre ce fléau”.

Pour Sayida Ouinissi, députée Ennahdha de la circonscription France Nord : « La menace terroriste est une réalité en Tunisie. Et les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi nous ont montré que les représentants politiques peuvent aussi être victimes. Cette tentative de terrorisme montre que la volonté d’avancer et de prendre en charge les problèmes importants n’est pas du goût de tout le monde. Cette attaque prend une dimension symbolique importante.»

Pour Éric Goldstein, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch, « l’attaque meurtrière de ce jour visait non seulement les Tunisiens et les touristes, mais aussi la société tolérante et respectueuse des droits humains que les Tunisiens essaient d’édifier depuis quatre ans. Nous exhortons les autorités tunisiennes à montrer, à travers leur réponse, que leur attachement à l’État de droit est inébranlable. »

Si aucun groupe n’a encore revendiqué l’attaque, il semble plus que probable qu’elle soit le fait d’un ou de plusieurs groupes djihadistes. La Tunisie est l’un des pays qui a « envoyé » les plus de combattants en Syrie ces dernières années, près de 3000, et sur le territoire duquel débordent le conflit libyen et les activités de différents groupes terroristes au Sahel et en Algérie.

 

 
 
 
 
 
 
 
 

Related Posts

Kalima: premier journal tunisien indépendant ayant pignon sur le web

03/07/2007

Kalima: premier journal tunisien indépendant ayant pignon sur le webLa ligne éditoriale de Kalima repose sur deux principes de base: l'ouverture et l'indépendance. Un pari qui est un véritable défi puisque comme explique son directeur, Omar Mestieri: “Le propre du régime de Ben Ali c'est de dévergonder la presse et de lui faire renier ses principes “.(Article publié dans le site Arab Press Network)

La première démocratie arabe est en train de naître en Tunisie

14/01/2011

La première démocratie arabe est en train de naître en TunisieLa Tunisie est en train de se libérer de la pègre des Trabelsi et de la pieuvre du RCD . Quelle que soit la suite des événements, même si le président Ben Ali reste au pouvoir jusqu’en 2014 comme il vient de l’annoncer, plus rien ne sera comme avant en Tunisie.

Le nouveau cycle de luttes et de révolutions

14/02/2013

forum_I110Le vent nouveau parti de Tunis s’est d’abord propagé en Egypte. Il a mis en avant la lutte contre les dictatures et il s¹est étendu à toute la région Maghreb-Machrek. Il a traversé la Méditerranée et s’est propagé en Europe du Sud, en Espagne, au Portugal, en Grèce en posant la question de la démocratie réelle.