Charte pour le respect des droits et la dignité des occupants de terrain

carta 545

Cette Charte sera adressée à l’ensemble des acteurs publics ou privés intervenant dans ce cadre, leur rappelant que les droits des occupants doivent être respectés en toutes circonstances. Elle sera également affichée sur les terrains pour les informer de leurs droits.

Le droit à un logement convenable, à l’éducation, à la nondiscrimination, à un procès équitable sont autant de principes fondamentaux qui encadrent, en théorie, l’action de ces acteurs. En pratique, ces droits sont rarement respectés et les procédures se déroulent trop souvent au mépris des règles nationales, européennes et internationales qui les régissent.

Les conséquences négatives sont légions: déscolarisation des enfants, rupture du suivi de santé, traumatismes, augmentation du nombre de personnes en errance, aggravation de la pauvreté. Les organisations rappellent que les pouvoirs publics sont tenus de les respecter en améliorant les conditions de vie des personnes plutôt qu’en les aggravant. Il est urgent de protéger les droits les plus élémentaires et, en priorité celui de ne pas être expulsé sans être relogé.

http://www.romeurope.org/IMG/pdf/charte-a3_francais.pdf

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Pavel Hak: Monde fracassant, poème

26/11/2011

Pavel Hak: Monde fracassant,  poèmePavel Hak vient de publier son sixième livre, Vomito Negro. Une course-poème haletante d’un frère et d’une sœur pour leur survie et leur liberté. Entretien.

Un débat mal engagé

23/09/2009

Un débat mal engagéLe moins qu’on puisse dire, c’est que le débat semble bien mal engagé. On ne sait plus s’il est théologique, politique, juridique, social, ou même… républicain. Comment résoudre une vraie question sans trahir ni la liberté ni les bases du vivre ensemble? Décryptage de la “saga burqa”.

Le burkini comme le voile, projection fétichiste d'un passé colonial non digéré

07/09/2016

bkn0-110Pour qui, comme moi, s'est occupée systématiquement des "affaires de voiles" récurrentes, les arrêtés municipaux français interdisant le "burkini"et le battage et politique et médiatique qui les ont accompagnés, apparaissent aussi comme un cas d'hystérie politique, pour reprendre la formule proposée en 2004 par Emmanuel Terray.