Charte pour le respect des droits et la dignité des occupants de terrain

carta 545

Cette Charte sera adressée à l’ensemble des acteurs publics ou privés intervenant dans ce cadre, leur rappelant que les droits des occupants doivent être respectés en toutes circonstances. Elle sera également affichée sur les terrains pour les informer de leurs droits.

Le droit à un logement convenable, à l’éducation, à la nondiscrimination, à un procès équitable sont autant de principes fondamentaux qui encadrent, en théorie, l’action de ces acteurs. En pratique, ces droits sont rarement respectés et les procédures se déroulent trop souvent au mépris des règles nationales, européennes et internationales qui les régissent.

Les conséquences négatives sont légions: déscolarisation des enfants, rupture du suivi de santé, traumatismes, augmentation du nombre de personnes en errance, aggravation de la pauvreté. Les organisations rappellent que les pouvoirs publics sont tenus de les respecter en améliorant les conditions de vie des personnes plutôt qu’en les aggravant. Il est urgent de protéger les droits les plus élémentaires et, en priorité celui de ne pas être expulsé sans être relogé.

http://www.romeurope.org/IMG/pdf/charte-a3_francais.pdf

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Babelmed festival

02/02/2009

Babelmed festivalL'Europe est plus que jamais multiple et bigarrée. Et alors qu'elle peine à se désenclaver de ses politiques et représentations monoculturelles, les artistes d'origine immigrée n'hésitent pas, eux, à investir tous les champs de la création: cinéma, musique, littérature, photo, mode...retrouvez-les sur www.babelmedfestival.net

A-t-on vraiment besoin d’un réseau culturel euromed?

23/05/2008

A-t-on vraiment besoin d’un réseau culturel euromed?Ce court papier est né d'une question: est-ce que la rencontre de Bari peut être l'occasion de relancer ou refonder un réseau d'acteurs du secteur culturel indépendant dans l'espace euromed?

Cité-fiction

15/11/2007

Cité-fictionOn l’a vécu ou on l’a pas vécue. Quoi? La cité, «la glande», l’errance, la déshérence, l’ennui poisseux qui colle et qu’on vous colle à la peau. Dans le second cas plus encore que les essais sociologiques, le cinéma et la littérature aident à pénétrer cet ailleurs urbain où il ne fait pas bon d’être l’autre.