Tarek Abdallah & Adel Shams El-Din

wasla 250Un souffle d’air frais dans la grande tradition du ‘oud égyptien, dominée par les figures tutélaires d’un Mohamed Qasabgi ou d’un Mohamed Abd el Wahab, voilà qui fait du bien!

Tarek Abdallah est né à Alexandrie en 1975, et s’est formé à l’Ecole (ou Maison) du Luth Arabe au Caire, dont il est sorti avec un Prix d’excellence. Cette école est récente puisqu’elle a été créée en 1999 par le ‘oudiste irakien Naseer Shamma, après la destruction de l’Irak. Car Bagdad était historiquement un centre important de la musique arabe, et le berceau de ‘oudistes de talent, tels le plus célèbre d’entre eux, Mounir Bachir (1930-1997), qui fit connaître cet instrument à l’Occident.

Tarek Abdallah joue ici en duo avec le percussionniste égyptien Adel Shams el-Din, dans la tradition classique du ‘oud, c’est-à-dire avec des compositions inspirées par la musique classique arabe : «Wasla» est le nom donné en égyptien à la suite vocale, appelée «Nouba» au Maghreb.

Le plaisir du disque vient de cette fidélité à la tradition, mais une tradition revigorée par ce choix d’un duo ‘oud-percussions. Car si par le passé le ‘oud se faisait volontiers instrument de la plainte, de la mélancolie, et accompagnait ces chants d’amour désespérés chers à la tradition arabe, comme le faisait Mohamed Abd el Wahab, ici les percussions époustouflantes de Adel Shams el-Din donnent un coup de fouet et d’énergie salutaires, et la musique de ‘oud en ressort comme dynamisée et revigorée.

Nous avons eu le bonheur d’entendre ce duo en concert, dans la salle intimiste de l’Ermitage à Paris, et les synergies et échanges - en partie improvisés, comme l’exige la tradition - entre les deux instruments, sont épatants, malgré l’extrême difficulté technique : car ces rythmes arabes anciens peuvent compter jusqu’à... 17 temps !

Divers pays arabes invitent Tarek Abdallah à donner des master-classes et des cours, et l’artiste égyptien vit désormais à Marseille. Car les guerres et les tragédies - l’Egypte n’est toujours pas remise des événements politiques de ces dernières années - peuvent détruire des pays, des villes, des maisons, mais la musique, immatérielle, survit à tout, devenue même, sans doute, plus indispensable que jamais, comme repère identitaire et comme racine.            

//Tarek Abdallah &Adel Shams El-Din, Wasla- Uzes 2013

 

http://www.tarekabdallah.com/

 


 

Nadia Khouri-Dagher

 

 

 

 

Related Posts

MUZZIKA! Février 2009

20/02/2009

MUZZIKA! Février 2009 Ce mois-ci la France est à l’honneur, avec plusieurs excellents groupes et artistes venus de l’hexagone, et qui ont tous en commun d’avoir l’ailleurs comme patrie, même si certains se revendiquent comme fortement enracinés quelque part - les deux ne sont pas contradictoires.

MUZZIKA ! Novembre 2017

11/12/2017

Coup de coeur et coup de chapeau pour les 3M - Ballaké Sissoko, Driss el Maloumi et Rajery pour leur 2ème album. Admiration pour Anouar Brahem et ses musiciens invités toujours inspirés. Le fado se renouvelle et le label ARC Music nous offre un joli florilège de se nouvelles voix féminines. Tony Gatlif est tombé amoureux du rébétiko et en fait la B.O. de son dernier film, entre Grèce et Turquie. Rocio Marquez honore la mémoire de Garcia Lorca qui le premier a valorisé le flamenco. Et Frémeaux nous offre une belle brochette de chansons exotiques rétro des années 50, entre Algérie, Amérique Latine et Italie…

Matthieu Saglio, «Cello Solo»

19/07/2013

mk_solo_110Nous avons eu la chance d’assister au concert «Cello solo» que donnait à Paris, l’hiver 2013, Matthieu Saglio. Un spectacle envoûtant, le souffle du violoncelle devenant presque vivant, et...