Tarek Abdallah & Adel Shams El-Din

wasla 250Un souffle d’air frais dans la grande tradition du ‘oud égyptien, dominée par les figures tutélaires d’un Mohamed Qasabgi ou d’un Mohamed Abd el Wahab, voilà qui fait du bien!

Tarek Abdallah est né à Alexandrie en 1975, et s’est formé à l’Ecole (ou Maison) du Luth Arabe au Caire, dont il est sorti avec un Prix d’excellence. Cette école est récente puisqu’elle a été créée en 1999 par le ‘oudiste irakien Naseer Shamma, après la destruction de l’Irak. Car Bagdad était historiquement un centre important de la musique arabe, et le berceau de ‘oudistes de talent, tels le plus célèbre d’entre eux, Mounir Bachir (1930-1997), qui fit connaître cet instrument à l’Occident.

Tarek Abdallah joue ici en duo avec le percussionniste égyptien Adel Shams el-Din, dans la tradition classique du ‘oud, c’est-à-dire avec des compositions inspirées par la musique classique arabe : «Wasla» est le nom donné en égyptien à la suite vocale, appelée «Nouba» au Maghreb.

Le plaisir du disque vient de cette fidélité à la tradition, mais une tradition revigorée par ce choix d’un duo ‘oud-percussions. Car si par le passé le ‘oud se faisait volontiers instrument de la plainte, de la mélancolie, et accompagnait ces chants d’amour désespérés chers à la tradition arabe, comme le faisait Mohamed Abd el Wahab, ici les percussions époustouflantes de Adel Shams el-Din donnent un coup de fouet et d’énergie salutaires, et la musique de ‘oud en ressort comme dynamisée et revigorée.

Nous avons eu le bonheur d’entendre ce duo en concert, dans la salle intimiste de l’Ermitage à Paris, et les synergies et échanges - en partie improvisés, comme l’exige la tradition - entre les deux instruments, sont épatants, malgré l’extrême difficulté technique : car ces rythmes arabes anciens peuvent compter jusqu’à... 17 temps !

Divers pays arabes invitent Tarek Abdallah à donner des master-classes et des cours, et l’artiste égyptien vit désormais à Marseille. Car les guerres et les tragédies - l’Egypte n’est toujours pas remise des événements politiques de ces dernières années - peuvent détruire des pays, des villes, des maisons, mais la musique, immatérielle, survit à tout, devenue même, sans doute, plus indispensable que jamais, comme repère identitaire et comme racine.            

//Tarek Abdallah &Adel Shams El-Din, Wasla- Uzes 2013

 

http://www.tarekabdallah.com/

 


 

Nadia Khouri-Dagher

 

 

 

 

Related Posts

MUZZIKA ! Juin-Juillet-Août 2014

11/07/2014

mk ete 0 110Pour cet été, Zsuzsanna nous vient de Hongrie avec ses chansons vagabondes, Richard Galliano rentre du Brésil où il a plongé dans les orchestres de forro, Luis Mariano ressuscite avec sa voix de velours et son oeil langoureux, les chanteuses kurdes Aynur et Sakîna chantent les peines de leur peuple souvent opprimé, Pantea Alvandipour et...

MUZZIKA! Janvier 2009

31/01/2009

MUZZIKA! Janvier 2009Nous vous avions présenté Azam Ali dans Muzzika! d’octobre 2007, et voilà notre artiste iranienne, éprise du chant oriental, grandie en Inde et amoureuse de la Turquie, qui nous revient dans le trio Niyaz...

Ana Moura

18/02/2013

110_mouraChaque année nous parviennent du Portugal d’excellents disques de la nouvelle génération d’artistes qui renouvellent le fado. Ana Moura en fait partie, aux côtés d’autres nouvelles étoiles,