"L’évasion De Hassan Terro", un film de Mustapha Badie

Terro 350Le célèbre film qui met en vedette le personnage de Hassan, victime parmi tant d’autres des arrestations massives, indiscriminées de la répression menée par l’armée française et les paras de Massu et Bigeard pour faire échec à la grève des huit jours déclenchée par le FLN en 1957, est une adaptation de la pièce de théâtre qui a fait hurler de rire les Algériens tant elle eut un effet cathartique et d’autodérision salutaire. Rouiched disait simplement et mettant les rieurs de son côté, que le Peuple n’était pas un héros, mais qu’un individu pouvait devenir un héros populaire.

Hassan Terro n’est pas un voyou non plus, le spectateur pense que cette épreuve a été le moment de sa prise de conscience ; qu’il rejoindra donc les combattants en toute connaissance de cause? Hassan est notre « brave soldat Schveik ; ses mésaventures dénoncent les injustices et les violences de la puissance occupante qui se prétend toujours civilisatrice, ne met pas de voile sur la diversité des conduites durant la guerre libératrice, met la lumière sur le besoin de liberté des individus et des nations? Hassan Terro fait partie de la culture populaire algérienne. Il s’évadera toujours en se moquant des puissants, en montrant leur mauvais usage de la force, en indiquant que la prise de conscience survient après les épreuves. Rouiched, le premier des adeptes de la résilience.

 


 

Contact :

Centre Culturel Algérien

171, rue de la Croix Nivert

75015 Paris

Tél. : +33 (0)1 45 54 95 31

Fax : +33 (0)1 44 26 30 90

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Dur, dur de faire des films en Algérie!

29/10/2015

cin-alg 110Au lendemain de l’Indépendance, en 1962, l’Algérie abritait 450 salles de cinéma. Soixante ans plus tard, il n’en reste qu’une vingtaine. L’aveu du ministre de la Culture Azzedine Mihoubi en juin dernier est tombé comme un couperet sur le chiffre mythique des années 60.

Chronique de braises du cinéma algérien. Entretien avec Salim Aggar

28/01/2008

Chronique de braises du cinéma algérien. Entretien avec Salim AggarPour son premier long métrage documentaire, Ca tourne à Alger, le jeune réalisateur Salim Aggar a braqué sa caméra sur l'histoire du cinéma algérien contemporain.

Fanfaraï: Audelà des différences et des certitudes

15/10/2010

Fanfaraï: Audelà des différences et des certitudesPar le nombre de ses artistes, Fanfaraï est une fanfare, c’est aussi une formation qui interprète une palette musicale qui va du jazz au gnawa en passant par le Raï et la salsa.