De la cendre dans la bouche, de Charles Ducal, poète et écrivain belge

 


 

Tu es meilleur, après tout. C’est écrit  
dans le Livre. Ça se lit dans ton regard

quand tu les vois approcher: leurs habits fanatiques,

poussiéreux, le laissez-passer à la main.

ducal 250bnTu poses sur eux ton regard de créateur d’eau
dans un monde de sable. Ils habitent au hasard,
sans promesse, balayables
comme feuilles mortes. Ceci est ton pays.

Tu as appris à garder en vie, sans angoisse,

l’angoisse de la persécution, arrogant

comme celui qui s’est choisi son ennemi.

Tu l’abats. Tu es menacé,

la dette en souffrance donne à chaque bulldozer,

à chaque char le droit d’une sécurité
sans frontières. Tes yeux ont vu démolir
le Temple, saigner les pavés sous les sabots

des Croisés. Tu as deux mille ans,
tu étais là à Treblinka, à Schirmeck,
à Dachau. Que tu voles leur eau,

tires sur leurs enfants, les confines derrière

des barbelés, après tout, tu es le peuple
de Dieu, élu sur cette terre précisément.
Celui qui sous tes bois, tes villes, tes routes
entend pleurer l’ancien village

aura de la cendre dans la bouche.

 


 

Charles Ducal

Traduction du néerlandais de Katelijne De Vuyst et Danielle Losman du Collectif des traducteurs de Passa Porta.

 
 
 
 
 

Related Posts

Murs, Larmes et Zatar de Gianluca Solera

13/11/2007

Murs,  Larmes et Zatar de Gianluca SoleraGianluca Solera a écrit «Muri, Lacrime e Zatar» (Murs, Larmes et Zatar) pour s’acquitter d’une dette qu’il a contractée envers un peuple «à qui la paix est refusée depuis trop longtemps». Il nous entraîne en Palestine avec un témoignage émouvant qui fluctue entre le pèlerinage et l’enquête journalistique.

Robert contre Larousse, Collin’s contre Boch…

17/01/2006

Dès la première page de La Fin tragique de Philomène Tralala de Fouad Laroui, le traducteur, qui sait d’expérience, de métier, ce que les mots veulent dire et ce qu’ils ne disent pas, doit s’évertuer à trouver des astuces, puisque dans ces romans le déclencheur est toujours un trop plein – ou un trop vide – de langage.

Rencontre avec Rumena Buzarovska et Goce Smilevski

03/01/2012

Rencontre avec Rumena Buzarovska et Goce SmilevskiCes deux écrivains, tous deux trentenaires, sont les plus lus et connus du moment. Certes s’ils ne représentent pas à eux seuls la complexité du contexte macédonien, ils sont l’expression du choix qu’opère le lecteur macédonien.