«Consumés»: corps de sable fuyant la guerre de Gaza

Sur la plage de al-Shaja, à l’est de Gaza City, l’artiste palestinien Ayad Sabah a réalisé « Consumés », une installation composée de dizaines de statues de sable, chiffons et craie représentant hommes, femmes et enfants en train de fuir la mort et la dévastation qui vient de s’abattre, pour la énième fois, sur un territoire déjà mis à rude épreuve par des années d’isolement et d’embargo. Les visages des statues sont sans expression, immobiles, fixant le silence, parfois recouvert de peinture rouge comme pour rappeler les victimes de l’opération Barrière de protection lancée par Israël le 8 juillet dernier contre le Hamas, mais qui a pendant 50 jours causé la mort de 2100 palestiniens, des civils pour la plupart, dont 500 enfants.
 
{sis}articoli/arte-e-spettacolo/Palestina/sabble{/sis}
 

Related Posts

Filmer le trio Jubran

12/12/2006

Filmer le trio JubranTout au long du film, il est difficile de comprendre comment le réalisateur palestinien Raed Andoni, auteur d’«Improvisation », est arrivé à recueillir des émotions si proches, si justes au sein de la célèbre famille des musiciens Jubran. Est-il, en réalité, le quatrième frère de la famille? Durant toute l’interview, Raed a répondu à cette question. Son amitié pour Samir et sa famille se faisait sentir dans tous ses mots. Pendant dix mois, lui et sa caméra sont vraiment devenus partie intégrante du clan.

Palestine ou les métamorphoses de l’espace

27/10/2009

Palestine ou les métamorphoses de l’espacePalestine, de Hubert Haddad, remporte le prix Renaudot Poche. Récemment publié en Italie, Portugal et Allemagne, ce récit raconte la vie de Cham, soldat israélien recueilli par une famille palestinienne.

Jawad Ibrahim, l'art d'être humain

21/02/2008

Jawad Ibrahim,  l'art d'être humainUn monde semble séparer les noirs visages tourmentés que Jawad Ibrahim croquait au début de la deuxième Intifada et les silhouettes qu'il fait à présent flotter dans les harmonies sienne et indigo de sa dernière exposition. Pourtant, l'oeuvre de l'artiste palestinien a bel et bien une unité: le souci de l'humain.