Les murs perdus d’El Seed

Portrait publié dans Inkyfada, magazine web tunisien créé par une équipe de journalistes, développeurs et graphistes (soutenu par Ebticar Media).

lilia mur 545b

El Seed, graffeur franco-tunisien, s’est fait connaître en Tunisie en graffant un verset du Coran sur le minaret d’une mosquée à Gabès. L’artiste, dont le travail appelle à la tolérance, a parcouru pendant quatre semaines la Tunisie et a laissé sa trace sur des lieux oubliés du paysage, qui ont une valeur émotionnelle ou historique pour la Tunisie.

//La carte des villes et villages parcourus par El Seed. Crédit: Livre Lost Walls.

Un graffiti à moitié effacé à coups de pierre : l’œuvre du graffeur El Seed sur le site de Star Wars à Onk el Jmel n’a pas été du goût de tous. « On m’a fait pas mal de commentaires sur le fait que j’avais vandalisé le lieu… Mais finalement le fait qu’ils aient eux-même tenté d’effacer le tag, c’est aussi une manière de se réapproprier l’œuvre et le lieu. » Dans son livre Lost Walls, qui retrace son parcours en Tunisie, un mois sur la route, El Seed explique qu’il trouve « offensant qu’on limite notre héritage culturel au site de Star Wars ». Pour lui, la valeur de la région ne se limite pas seulement à cet endroit et c’est en dessinant sur le site qu’il s’est réapproprié cet espace et son histoire. 

Si l’initiative n’ a pas plu à tous, la démarche d’El Seed a le mérite de déterrer des trésors perdus de Tunisie, comme une maison de pierre ocre abandonnée depuis des années au milieu d’un paysage désertique, ou encore la mosquée de Jara à Gabès où El Seed a peint sur le minaret mi-2012.

De Tataouine aux îles de Kerkennah, El Seed est également allé trouver des murs solitaires au milieu de nulle part comme à Jérissa, ancienne ville minière. La ville dont la mine de fer était exploitée par les Français a connu ses heures de gloire pendant un temps jusqu’à sombrer dans l’oubli. « Des structures de fer sont encore présentes dans la ville. Elles inspirent une certaine nostalgie, comme si le temps s’était arrêté. On y raconte même que le fer aurait servi aux bases de la tour Eiffel », commente le graffeur.

 

Continuer la lecture de ce reportage sur Inkyfada:

https://inkyfada.com/2014/07/les-murs-perdus-del-sed/

 


Lilia Blaise / inkyfada

12/09/2014

, pour faire de chaque naLilia Blaisevigation une expérience narrative unique.

 

 

 

 

Related Posts

Dream City 2012. Empreintes

08/10/2012

dream_110Carnet photographique d’un périple culturel dans la vieille médina de Tunis. Clichés pris au hasard des escales artistiques et des belles rencontres que réservaient les parcours de Dream City, du 26 au 30 septembre. Initiative portée par l’Association l’Art Rue. Photos hispstamatic par Elizabeth Grech pour Babelmed.

Cinéma tunisien. Les années 60/70

30/09/2010

Cinéma tunisien. Les années 60/70Après une série de courts métrages valorisant le patrimoine national, les premiers cinéastes ont clairement choisi des thématiques liées à la naissance de la Tunisie indépendante. Que le film inaugural de cette histoire soit intitulé L'Aube (1966), n'est pas de l’ordre du hasard.

A El Ghettar, les habitants réinventent la démocratie directe

23/01/2015

bondy 110xxx yyyDans certains territoires comme El Guettar, les habitants ont mis en place de nouvelles méthodes de gestion locale, une sorte de réponse à l’absence de représentation étatique. (Ebticar/Tunisie Bondy Blog)