AYNUR, Hevra (Together)

dogan 250Le superbe documentaire de Fateh Akin, «Crossing the bridge», qui racontait en 2005 la vie musicale à Istanbul, avait révélé au grand public la chanteuse kurde Aynur, que l’on y voyait chanter. Et voilà son quatrième album produit par l’exigeant label allemand Networkmedien, et porté sur les fonds baptismaux par Javier Limon, le producteur et guitariste espagnol qui a révélé et produit Buika, ici aux commandes pour la production, les arrangements - et l’accompagnement à la guitare flamenca !

«La voix d’Aynur est l’une des voix les plus frappantes - qualificatif qui peut rarement être utilisé étant donné la difficulté de rencontrer des choses vraiment nouvelles et différentes sur la scène musicale aujourd’hui», commente-t-il. Il est vrai qu’Aynur, qui reprend ici bon nombre de titres appartenant au répertoire traditionnel, chante de manière «authentique», et cette authenticité s’entend à l’oreille.

Chansons traditionnelles de son pays, l’Anatolie orientale, que sa famille a dû fuir en 1992 - Aynur avait 17 ans - suite aux conflits entre les autorités turques et le PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Chansons d’amour pour une terre natale, comme «Urmia» : «Hé, garçon, viens à Urmia/Urmia est couverte de vignes et de vergers/Urmia est belle/Notre vigne est pleine de raisins...» Chansons qui parlent de roses à la fenêtre et de poitrines telles des pommes, figures de la poésie turque traditionnelle. Mais chansons aux auteurs anonymes qui parlent aussi de massacres perpétrés et de mères en pleurs, pour un peuple qui fut longtemps persécuté et dut émigrer...

Emigration qui est au centre de cet album, avec plusieurs chansons, écrites et composées par Aynur, qui reprennent ce thème de l’exil, du père loin de ses enfants, de la nostalgie douloureuse pour sa terre natale. Comme dans «Pes Nare» : «Maudit soit ce mal du pays, maudit soit-il/Il a créé une grande solitude dans chacun de nous/(...) Les gens ont émigré car ils étaient désespérés (...)/Notre coeur est sombre/Et le désespoir grandit en nous»...

Au fait : Aynur fut censurée en 2004 sous le prétexte que ses chansons incitaient au séparatisme kurde... Elle ne faisait que pleurer le sort de son peuple...

Ecouter

 


Nadia Khouri-Dagher

 
 
 
 
 
 

Related Posts

Fulvio Roiter, le “Grande Vecchio” de la Mediterranée

19/06/2008

Fulvio Roiter,  le “Grande Vecchio” de la MediterranéeL’enthousiasme communicatif du photographe italien Fulvio Roiter explique l’impressionnante quantité de clichés pris en Méditerranée et rassemblés place de Venise, à Rome, simplement sous le nom de «Mediterraneo».

GEO ART - Re-Thinking Beirut. Reconstruction, art et société

11/05/2007

GEO ART - Re-Thinking Beirut. Reconstruction,  art et sociétéEn mai, notre rubrique «Géoart» suit l’exposition «Re-thinking Beirut» et se penche sur une ville continuellement menacée de destruction matérielle et dont la mémoire est indissolublement liée à cette image brisée. Beyrouth ou une ville complexe, kaléidoscope des cultures de la mosaïque libanaise qui féconde en même temps et en permanence une réalité artistique, politique et sociale vive et contradictoire.

Journal d’un cinéphile: de Cannes à Bejaia, images et paysages

21/06/2008

Journal d’un cinéphile: de Cannes à Bejaia,  images et paysagesLorsque l’après-midi, je prends le train pour Cannes, le ciel se dégage et la clarté retrouvée me remplit de joie. Les montagnes, les bois, la mer défilent à travers la fenêtre comme autant d’images dépourvues de drame. Mais pourquoi alors me viennent à l’esprit ces premiers plans de «La Noire de…» de Sembene Ousmane?