Nous sommes tous Syriens! – Lancement d’un court-métrage d’animation – Communiqué de presse de Wake Up Genève

all sy 545logo

 


 

Le 21 août 2013, le monde découvrait avec horreur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie. Un an plus tard, face au silence des médias, le mouvement citoyen Wake Up Genève lance un court-métrage d’animation pour mobiliser l’opinion publique sur le sort des Syriens.

Le 28 septembre 2013, la communauté internationale envoyait un ultimatum au Président syrien Bachar el-Assad, lui ordonnant de détruire l’intégralité de son armement chimique. Cette résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies faisait suite au massacre le 21 août 2013 d’environ 1500 personnes mortes asphyxiées par le gaz sarin à la Ghouta, une banlieue de Damas. Le Président syrien avait franchi la « ligne rouge » et la communauté internationale le rappelait à l’ordre, le menaçant d’une intervention militaire s’il ne respectait pas ses engagements. Ce soir, la communauté internationale a rempli sa mission“, se félicitait alors le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

                                                   

Moins d’un an plus tard, c’était au tour du Président américain Barack Obama de se féliciter dans un communiqué que « Les armes chimiques les plus mortelles possédées par le régime syrien ont été détruites ». Que penser toutefois de ces armes non chimiques mais tout aussi mortelles qui continuent de tuer entre 200 et 300 Syriens chaque jour ? Les bombardements, les attaques aux barils de poudre, les exécutions sommaires, les arrestations arbitraires, la famine, la torture et le viol sont le quotidien de millions de Syriens assaillis de tous côtés par différentes forces armées. A cela s’ajoutent la détresse et le désarroi d’environ 3 millions de Syriens réfugiés au Liban, en Turquie, en Jordanie, en Egypte et en Irak.


Alors que l’opinion publique s’émeut des violences commises contre les chrétiens en Irak et les palestiniens à Gaza, rares sont les voix qui s’élèvent pour protester du sort des Syriens. La tragédie qui se joue en Syrie depuis plus de trois ans maintenant n’est pourtant pas sans lien avec ces autres crises qui secouent le Proche-Orient. Y a-t-il donc des victimes qui comptent et d’autres qui dérangent ? Afin de rappeler à tous le drame qui déchire la Syrie, le mouvement citoyen Wake Up Genève lance un court-métrage d’animation pour mobiliser l’opinion publique. Ce court-métrage a été réalisé par un Syrien réfugié en Europe et en collaboration avec l’Union des Organisations Syriennes de Secours Médicaux (UOSSM). Il est de notre devoir moral d’agir, sans quoi ce qui se passe en Syrie risque de devenir la norme.

 

//Court-métrage 

 


 

A propos de Wake Up Genève:

www.wake-up-geneve.ch
www.facebook.com/wakeupgeneve
www.twitter.com/wakeupgeneve

Related Posts

Syrie, intervention impossible, non-intervention inacceptable

01/10/2012

alep_110Guerre civile ou guerre contre les civils, au-delà des mots il est évident que le rapport de forces sur le terrain est devenu la dimension essentielle de la confrontation entre une grande partie du peuple syrien et son régime. Article publié le 28 septembre 2012 dans Confluences Méditerranée.

 

Le cri syrien et le Dieu perdu

29/08/2012

munch_110Parce que ce cri ne vit pas de la force de la présence, mais de l’absence qui l’investit; parce qu’il se révolte contre la présence d’une douleur absolue incapable de s’exprimer, et contre la présence d’un «dieu» absolu qui marginalise l’Histoire;...

Déluge au pays du Baas

16/06/2004

Déluge au pays du BaasJeudi 17 juin à 21.55 sur Arte, ne surtout pas rater le nouveau film d’Omar Amiralay intitulé "Déluge au pays du Baas". Vous n’aurez certainement pas envie de zapper. Entre tendresse et langue de bois, ces images vous électriseront. Le film a été tourné dans un petit village au bord du lac Assad, bâti lors de l'édification du barrage, et a été sélectionné à la Biennale du Cinéma arabe de l'IMA, qui se tiendra à partir de fin juin.