Au Brésil, des dizaines de fresques contre la coupe du monde

//Rio de Jainerio, juin 2014. Photo Pilar Olivares (Reuters/Contrasto)

L’édition 2014 de la coupe du monde a été inauguré le 12 juin dernier par une imposante cérémonie aussitôt suivie par la première partie du championat opposant le Brésil à la Croatie. Cependant, il faut s’attendre, dans les semaines à venir, à ce que se poursuivent les manifestations qui ont contrasté l’organisation de la grande kermesse sportive.

En effet, au cours des derniers mois, des milliers de personnes se sont déversées dans les rues et sur les places de nombreuses villes pour dénoncer durement les fonds faramineux qui ont été débloqués pour la construction de stades ultra modernes et d’infrastructures accueillant athlètes et supporters, des réalisations qui ont coûté au pays plus de 11 milliards de dollars.

Les violentes expulsions des favelas autour des espaces désignés pour le déroulement des matchs et les descentes de police dans de nombreux quartiers ont suscité indignation et colère auprès de la population brésilienne.

De nombreux street artistes ont rejoint la contestation en recouvrant les murs des immeubles par de gigantesques fresques dénonçant les profondes inégalités sociales du pays, spécialement à São Paulo et Rio de Janeiro.

//Vila Flavia, São Paulo. Photo Nacho Doce (Reuters/Contrasto). 

 


 

 

.

Related Posts

Les Pays-Bas face à l'islamophobie: un pays en pleine confusion

23/10/2008

Les Pays-Bas face à l'islamophobie: un pays en pleine confusionLes Néerlandais ont toujours été célèbres pour leur tolérance, leur ouverture d'esprit, leur liberté religieuse, leur gay pride, leur don pour commercer avec les cultures et concilier des idéaux divergents. Tout cela a bien changé.

Liban: Une émancipation «en cachette»

06/03/2008

Liban: Une émancipation «en cachette»L’image d’une gent féminine libanaise libérée est celle que la capitale donne aux touristes. Mais elle loin de refléter les réalités complexes d’un pays aux identités multiples, pour ne pas dire schizophrène.

Les femmes de Raqqa: travailler pour résister à l’Etat Islamique

20/11/2016

raqqa-110“Ils ont peut-être réussi à nous cacher derrière ces voiles noirs, à nous cloîtrer dans nos maisons, mais ils n’ont pas réussi à nous casser le moral et à nous enlever notre force de volonté. On aime encore la vie et le travail”, raconte Nuria. Enab Baladi