Quand les courts-métrages tunisiens s’invitent à Paris

corto tun 250Le festival des «Nuits du Court Métrage Tunisien», qui a eu lieu fin novembre à la Maison de Tunisie à Paris, a mis les projos sur l’importance grandissante de ce genre cinématographique dans le paysage audiovisuel tunisien.                           

Une excellente organisation et une ambiance conviviale ont contribué à la réussite du festival des «Nuits du Court Métrage Tunisien». Pour Akrem Belaid, chargé culturel à la Maison de la Tunisie, cette première édition des Nuits du Court-métrage Tunisien s’est parfaitement déroulée « grâce au sérieux travail d'équipe mené en amont avec les membres de l’association du Pacte Tunisien».

Sur 21 courts métrages, trois films ont été primés:

*Walid Mattar pour Baba Noël, un court métrage traitant des immigrants clandestins et de leur condition pénible, le tout filmé avec un ton dérisoire et un regard sarcastique qui ont séduit le public et le jury.

*Erige Sehiri pour Le Facebook de mon père, un documentaire qui relate le retour d’un immigrant à sa ville natale Kesra après la révolution. C’est aussi l’occasion pour sa fille de renouer avec ses origines à travers ce voyage et les histoires racontées par son père.

*Imed Aissaoui pour El Dfina, fiction qui raconte le périple de trois jeunes mafieux.

Ces trois films, sélectionnés par le jury sur des critères tels que la construction du scénario, l’originalité de l’image ou encore le message véhiculé, seront projetés en première partie d'un long métrage en présence des réalisateurs

Akrem Belaid ne cache pas sa joie : «La salle était pleine pendant les deux jours de projection, s’est-il enthousiasmé. Le public est resté jusqu'à la fin pour écouter la délibération et malgré l’importance toute symbolique des prix, le suspense était au rendez-vous

Au cours de ces dernières années, la production de courts-métrages a connu un développement exceptionnel en Tunisie. Facilitée par l’accessibilité des outils numériques, cette ascension se fait remarquer autant sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif. Une aubaine pour les jeunes réalisateurs.

 


 

Faten M.

30/12/2013

 
 
 

Related Posts

One-woman-show ou l’humour certifié Aram

29/11/2010

One-woman-show ou l’humour certifié AramUn an après “Du plomb dans la tête”, Sophia Aram fait un retour retentissant sur scène avec ce show à faire dresser les poils de barbe. (Cet article est paru dans le n° 42 du «Courrier de l’Atlas»)

Le Noir et le Bleu. Renverser les regards, quand la mer devient miroir

18/08/2013

xmucem_110L’élégante passerelle du MuCEM invite le visiteur à faire un pas, à prendre le risque de partir en mer, en laissant derrière lui ses appartenances terrestres, le dessin des frontières, l’ombre des murs : partir à la rencontre, laver son regard, le décentrer, se mettre à la place de l’autre, explorer la pluralité des histoires qui ont tissé l’étoffe moirée de la Méditerranée.

Les accidents

26/02/2013

prince_110Le clown n’existe pas dans la culture égyptienne. Mais tout peut arriver au temps des révolutions. Entre deux rives, les artistes, François Cervantes et Hassan El Geretly s’interrogent. Premier acte: la naissance du « Prince séquestré. » Par accident?