Cinema Nachia

nachia 545

Le festival Cinemanachia dédié entièrement à la jeune création marocaine et africaine se déroulera à la cinémathèque de Tanger du 29 novembre au 08 décembre 2013. La thématique de cette sixième édition est intitulée «Mensonges».

Plus qu’une simple compétition, le festival se veut une véritable plate-forme de rencontres, d’échange culturel et artistique et de formation à travers des ateliers et des projections auxquelles assistent les jeunes réalisateurs.

Depuis sa première édition, le Festival rassemble chaque année un public fidèle, curieux et toujours plus nombreux.

Des Cartes Blanches à des grands Festivals de courts métrages comme celui de Clermont Ferrand ou Côté court (Paris), Ciné-sud pour cette édition, des partenariats avec des Institutions comme la Cinémathèque Française (Paris), l’Ecole des Arts Visuels de Marrakech ou l’association Fotokino (Marseille) sont mises en place chaque année pour proposer, aux festivaliers et aux participants, des ateliers et une programmation de qualité.

En 6 ans, le Festival est devenu une référence pour le jeune cinéma indépendant marocain et africain.

 

 


 

Pour consulter le programme des projections, ateliers, et de la remise des prix cliquer sur: http://www.cinemanachia.com/fr/programme/

 

 

 

 

Related Posts

Le festival des Gnaouas, clichés et hors clichés

23/05/2016

essoui-0-110Pour sa 19ème édition et comme à son habitude, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira a tenu sa promesse ; celle de faire danser les vivants et honorer les regrettés. (Ebticar/Le Desk)

Casablanca, la Mecque mythique des transsexuels

11/01/2016

casa trans1 110Récit. Dans le Casablanca des années 60 et 70, un gynécologue génial et amoral avait fait de la mégapole marocaine la capitale mondiale du changement de sexe. (Ebticar/le Desk)

Mahi Binebine “As mascaras”

27/06/2005

Mahi Binebine “As mascaras”On connaissait Mahi Binebine pour ses romans Le sommeil de l’esclave, Cannibales, Pollens. Du 25 juin au 18 Septembre 2005 à Algarve au Portugal, on découvrira le peintre Binebine. Au coeur de sa peinture: un corps qui lutte contre l'exiguïté du cadre, se contorsionne, se rétrécie et s'allonge dans un combat sans fin, aspirant à se libérer des confins du tableau.