Proche-Orient : ce que peut le cinéma

proche 545

Créé en 2003 et fidèle  à son engagement, le festival biennal « Proche-Orient : ce que peut le cinéma » place le 7ème art au cœur de sa démarche d’information, de sensibilisation et de dialogue.  Une quarantaine de films, dont plusieurs inédits en France,  courts, longs métrages de fiction et documentaires pour parler de l’Egypte, d’Israël, d’Irak, d’Iran, du Liban, la Libye, la Palestine et la Syrie. La plupart des projections sont suivies d’un débat. Un festival unique en Europe qui permet la rencontre entre les réalisateurs de ces pays pour tenter, à armes égales, de changer l’image stéréotypée que les médias renvoient sur la région et ses conflits et pour une meilleure compréhension de l’autre.

proche 250En ouverture du festival, et en avant-première en France, le documentaire A World Not Ours  de Mahdi Fleifel (sortie en salles le 4 décembre, distribué par Eurozoom) a déjà récolté plusieurs prix dans les festivals internationaux. Le débat qui suivra sera en présence du réalisateur ainsi que Leila Shahid, déléguée générale de l’Autorité palestinienne à l’Union européenne, qui soutient la manifestation depuis ses débuts, et les journalistes Dominique Vidal et Michel Warchawski. 

La programmation s’articule autour des grands thèmes suivants: 

Diaspora et camps de réfugiés, censure culturelle (Iran), répression, l’après-Tahrir, révolution (Libye), occupation, droit de retour, pillage du patrimoine.

Le conflit israélo-palestinien reste au cœur de la manifestation; les films choisis cette année illustrent les pillages auxquels se livre l'occupant israélien: le pillage de l'eau (Water de cinéastes palestiniens et israéliens,  The Fading Valley d'Irit Gal) celui de la pierre de construction (Sacred Stones de Muayad Alaylan et Laila Highazi) et celui des livres (The Great Book Robbery de Benny Brunner).

proche 250allaDe nombreux films décrivent les problèmes vus de l'intérieur des pays: ainsi Nizam Nadjar, dans Diary of a Revolution, dévoile les mécanismes de la révolution Libyenne ; Alex Salvatori-Sinz nous fait partager, dans Les Chebabs de Yarmouk, les interrogations d'amis nés et grandis dans le grand camp de réfugiés de palestiniens de Syrie ; le road movie d’Alaa Ashkar dans Route 60 un itinéraire au-delà des frontières nous embarque dans les territoires occupés en quête de son identité. Kaveh Bakhtiari, dans Escale, nous fait partager la vie quotidienne d'immigrants clandestins iraniens en Grèce.

Les  films iraniens traitent de la censure culturelle (musique, peinture, cinéma): Back Vocal de Mojtaba Mirtahmasb, Going Up Stairs de Rokhsareh Ghaem Maghami, Blames and Flames de Mohammadrezza Farzad A Cinema of Discontent de Jamsheed Akrami.

vous trouverez,ci-joint, la grille des programmes ainsi que

Cette sixième édition est dédiée à Stéphane Hessel et au courage de la jeunesse du Proche-Orient en lutte pour la liberté et la démocratie. 

 







 

Related Posts

Paris: Échanges autour du livre «Écrits libres de Syrie, de la Révolution à la guerre»

27/09/2018

Les Dimanches de Souria Houria conçus et animés par Farouk Mardam Bey
Le dimanche 30 Septembre 2018 de 17 h à 19 h

 

Rencontre en souvenir de Michel Seurat et d’Omar Amiralay

27/06/2018

Les Dimanches de Souria Houria
Conçus et animés par Farouk Mardam Bey
Le dimanche 1 juillet 2018
de 17 h à 19 h

"Nos cultures de PAIX au COEUR du vivre ensemble"

01/03/2018

Dans le cadre de la quinzaine antiraciste et solidaire du 17 au 30 mars 2018
Saint-Denis Solidarité avec les refugié-es