Au Maroc on ne badine pas avec l’amour adolescent

Ils ont 15 ans et ils s'aiment. Naturellement comme beaucoup de jeunes de leur âge à travers le monde, ils ont posté sur Facebook une photo d'un baiser échangé devant leur collège. Une photo qu'ils voulaient partager sur le réseau social avec leurs amis. Sur d'autres clichés, on les voit poser bras dessus, bras dessous tout sourire devant l'objectif de leur camarade.

Pour cette photo d'un baiser, les deux adolescents et le collégien photographe ont été détenus le 4 octobre dans un centre fermé pour mineur à Nador, une ville réputée conservatrice du nord-est du Maroc. Les jeunes ont été libérés trois jours plus tard après une mobilisation massive des réseaux sociaux et blogueurs marocains.

 //Les adolescents ont posté leur photo sur le réseau social © Facebook - 2013 / DR

 

Emprisonnés pour un baiser public

Le procès s'est ouvert aujourd’hui. La jeune fille s'est déplacée avec sa mère mais les deux garçons - l'amoureux et le photographe - sont arrivés en retard. L'audience a immédiatement été ajournée au 22 novembre prochain. Le temps selon un avocat de faire une enquête sociale. Les deux ados risquent au moins deux ans de prison pour "atteinte à la pudeur publique commise par un mineur."

Pierre Vermeren, historien était l’invité d’Angélique Bouin dans le journal de 18h. La tolérance des Marocains est bien plus grande que les textes juridiques très anciens.

http://www.franceinter.fr/depeche-au-maroc-on-ne-badine-pas-avec-lamour-adolescent

A l'origine de cette affaire, une association locale qui a repéré la photo sur les réseaux sociaux. Elle assure avoir été alertée par des parents choqués et s'en est émue auprès du procureur du roi qui a fait arrêter les trois jeunes quelques jours plus tard.

 

Mobilisation exceptionnelle sur internet

Dès leur incarcération, les trois adolescents ont reçu un large soutien des réseaux sociaux. Une pétition "Un bisou n'est pas un crime" et une page Facebook ont été créées demandant leur libération. Elle compte pour l'heure plus de 11.000 soutiens, essentiellement de jeunes Marocains. L'affaire a également été largement relayée sur Twitter sous deux mots dièses #FreeBoussa ("baisers libres") et #BoussaGate et par des blogueurs. Une mobilisation qui aurait conduit à la libération des trois jeunes.

boussa 545bis 

 

 

14/10/2013

 
 
 
 

 

Related Posts

Festival Timitar 2009 «Signes et culture»

25/06/2009

Festival Timitar 2009 «Signes et culture» Du 1er au 5 juillet 2009, Agadir accueille la 6e édition du festival Timitar : les artistes amazighs accueillent les musiques du monde.

La douleur de Duras

10/11/2005

La douleur de DurasInstitut Français de Marrakech, 24 novembre 2005 Une femme attend le retour de son mari déporté...Un texte majeur de Marguerite Duras où l’espoir alterne avec le désespoir, les certitudes avec les scénarios les plus noirs. Une histoire vraie que la comédienne, seule en scène, raconte entre pudeur et violence. Sous la douleur, la joie des mots et, pour finir, une victoire...

Rencontre avec Bouchra Ouizguen, chorégraphe et danseuse contemporaine

21/02/2010

Rencontre avec Bouchra Ouizguen,  chorégraphe et danseuse contemporaineElle aime le calme, et rêve de campagne. C’est dans un salon de thé discret, loin des lieux à la mode de Marrakech qu’elle choisit de raconter sa danse contemporaine. Elle sera les 4, 5, 6 mars au Centre Pompidou.