Pour un printemps du théâtre

harma_250Pendant les premiers mois de ce qu’on a convenu d’appeler Printemps arabe, se rencontrent au Théâtre El Hamra, Adel Habbassi, universitaire tunisien, et Gérard Astor, auteur dramatique et directeur du Théâtre de Vitry. Sur fond de tensions sociopolitiques, dans le monde arabe et en Europe, des séjours communs sur les deux rives de la Méditerranée scellent leur amitié. Une question s'impose alors : comment l'art et la culture pourraient-ils aider à maîtriser le chaos de notre Histoire? Ce partage va fonder une "Poétique" de l'homme et du monde, le théâtre posé au cœur de cette quête.

Les auteurs nous proposent un ouvrage en deux parties. Nous découvrons dans la première une correspondance qui rend compte du parcours de deux hommes qui ont tissé, chacun de leur côté, « un territoire de l’art et de la culture ». Démocratisation de la culture, socialisation de l’art, actions de compagnonnage, etc., autant d’expériences menées avec des publics français et tunisien. Le Théâtre Jean-Vilar et le Théâtre El Hamra seront les lieux emblématiques de cette implication citoyenne du Quatrième art. L’analyse des œuvres dramatiques de Gérard Astor permettra à Adel Habbassi d’engager un dialogue qui tente d’expliquer l’impact de l’œuvre théâtrale sur le spectateur. La réflexion sur « le quatrième mur » débouchera sur la nécessité d’en finir avec « les murs de la tyrannie ». La deuxième partie du livre approfondit cette approche sociocritique de l’art théâtral comme pratique et enjeu « esthétiques ». L’entretien des deux auteurs prend la forme d’une étude dialogique des dynamiques créées autour de l’œuvre d’art et de sa réception dans un contexte socio-politique secoué par des révolutions toujours en cours.

 

Pour un printemps du théâtre (théâtre et culture en temps de révolutions) d’Adel Habbassi et Gérard Astor

Paris, L’Harmattan, 2012, 173 pages (disponible dans les librairies tunisiennes).

 

 


 

 

Slaheddine Haddad

25/05/2013

 

Related Posts

Révolution et poésie en Tunisie

24/07/2011

Révolution et poésie en TunisieJamais une révolution n’aura pensé à un poète autant que la révolution tunisienne à Chebbi. On le relit, on le redécouvre, on le traduit en chanson, en cri du cœur.

Portrait d’Albert Memmi

17/03/2005

Même génération que celle de Dib, Albert Memmi naît en 1920 à Tunis. Il se fait remarquer à la fin des années 50 en publiant Portrait du colonisé, une pierre lancée dans la mare stagnante d’un colonialisme qui a commencé sa lente dérive et à propos duquel Jean-Paul Sartre, qui préfaça le livre, écrivit «cet ouvrage sobre et clair se range parmi les ‘géométries passionnées’: son objectivité calme, c’est de la souffrance et de la colère dépassées».

Ibn Khaldoun: une vie mouvementée, entre intrigues et savoir

16/03/2006

Ibn Khaldoun est né à Tunis le 27 mai 1332. Il connut une existence mouvementée, ponctuée de hauts et de bas et de nombreuses tribulations à travers toute la Méditerranée. Sa vie se lit comme un authentique roman d’aventure: prison, hautes charges, exil le mènent à séjourner en Tunisie et en Espagne, en Algérie et en Egypte, en Syrie aussi. L’homme de lettres et de sciences qu'il était sut également apporter sa contribution à l'histoire: il devint l'historien et sociologue des sociétés d'Afrique du Nord au 14ème siècle, avant de mourir assassiné au Caire le 19 mars 1406.