Pour un printemps du théâtre

harma_250Pendant les premiers mois de ce qu’on a convenu d’appeler Printemps arabe, se rencontrent au Théâtre El Hamra, Adel Habbassi, universitaire tunisien, et Gérard Astor, auteur dramatique et directeur du Théâtre de Vitry. Sur fond de tensions sociopolitiques, dans le monde arabe et en Europe, des séjours communs sur les deux rives de la Méditerranée scellent leur amitié. Une question s'impose alors : comment l'art et la culture pourraient-ils aider à maîtriser le chaos de notre Histoire? Ce partage va fonder une "Poétique" de l'homme et du monde, le théâtre posé au cœur de cette quête.

Les auteurs nous proposent un ouvrage en deux parties. Nous découvrons dans la première une correspondance qui rend compte du parcours de deux hommes qui ont tissé, chacun de leur côté, « un territoire de l’art et de la culture ». Démocratisation de la culture, socialisation de l’art, actions de compagnonnage, etc., autant d’expériences menées avec des publics français et tunisien. Le Théâtre Jean-Vilar et le Théâtre El Hamra seront les lieux emblématiques de cette implication citoyenne du Quatrième art. L’analyse des œuvres dramatiques de Gérard Astor permettra à Adel Habbassi d’engager un dialogue qui tente d’expliquer l’impact de l’œuvre théâtrale sur le spectateur. La réflexion sur « le quatrième mur » débouchera sur la nécessité d’en finir avec « les murs de la tyrannie ». La deuxième partie du livre approfondit cette approche sociocritique de l’art théâtral comme pratique et enjeu « esthétiques ». L’entretien des deux auteurs prend la forme d’une étude dialogique des dynamiques créées autour de l’œuvre d’art et de sa réception dans un contexte socio-politique secoué par des révolutions toujours en cours.

 

Pour un printemps du théâtre (théâtre et culture en temps de révolutions) d’Adel Habbassi et Gérard Astor

Paris, L’Harmattan, 2012, 173 pages (disponible dans les librairies tunisiennes).

 

 


 

 

Slaheddine Haddad

25/05/2013

 

Related Posts

D’une gaucherie étoilée: Stellaire. Découverte de l’homme gauche

29/11/2006

Aymen Hacen a l’art du dialogue, et chacun de ses poèmes, de ses textes critiques dont je suis la première lectrice, ou même entretien privé en témoigne. Stellaire repose sur cet élan de la parole qui ne fait cas du silence, pis encore qui l’aligne sur la «cécité», l’obscurité et la pauvreté spirituelle.

Entretien avec Elisabeth Daldoul, fondatrice des éditions Elyzad-Clairefontaine

14/06/2006

Entretien avec Elisabeth Daldoul,  fondatrice des éditions Elyzad-ClairefontaineElisabeth Daldoul a fondé les éditions Elyzad-Clairefontaine il y a déjà presque cinq ans. À Tunis, à Paris ou ailleurs, elle défend ses auteurs et ses livres toujours avec la même passion. Passer un moment avec elle, lors d’une rencontre ou devant un café, c’est entrer en littérature, franchir le seuil où mots et écrits véhiculent les émotions, les sentiments qui permettent l’envol vers l’ailleurs, vers ces réflexions où s’épellent les possibles du monde.