Pour la culture en Irak

  Pour la culture en Irak «Après la prise de Bagdad, le 9 avril dernier, et les scènes de pillage qui ont suivi, vues par le monde entier, des trésors inestimables sont partis en fumée. Plus que les musées, les bibliothèques publiques, les salles de manuscrits, les bibliothèques universitaires et scolaires ont été dévastées. Cinq bibliothèques de cinq universités où l’on enseigne la langue et la littérature françaises n’existent plus. Ces bibliothèques qui avaient été créées au début des années soixante, soixante-dix, grâce aux efforts de dizaines d’enseignants et de chercheurs irakiens, formés pour la plupart dans les universités françaises, ne sont aujourd’hui que des salles vides et détruites.
C’est pourquoi, après avoir constaté tout cela sur place lors de trois visites à Bagdad, et suite à des entretiens avec les responsables du département de français et avec les doyens de ces universités qui manquent considérablement de moyens, je lance cet appel par l’intermédiaire de l’association française Les Lecteurs de Bagdad, dont je suis l’un des membres d’honneur.
Je m’adresse aux éditeurs français, belges, suisses et canadiens francophones, au Centre National des Livres à Paris, aux Centres Régionaux des Lettres, aux Centres et Associations Culturels, aux libraires, aux bibliothèques, afin de réunir des livres de littérature française, des encyclopédies d’histoire, d’art, etc., des dictionnaires, essentiellement des livres récents pour remplir les salles de ces bibliothèques qui restent vides au cours de cette année scolaire et universitaire.
Le livre forme le corps de la culture, il est sa mémoire et son imaginaire. La culture française qui avait fleuri en Irak depuis un demi-siècle, n’a plus de support et le bonheur de lire un livre en français est absent en Irak aujourd’hui. En résumé la culture française en Irak est menacée dans son avenir, et pour cela il est urgent d’organiser ces collectes, le plus vite possible».

Related Posts

Quatre régions, quatre autorités en Syrie

31/07/2016

yazi sy-110La Syrie en guerre est actuellement divisée en quatre régions principales, contrôlées respectivement par le régime, l’organisation de l’État islamique (OEI), les Kurdes et différents groupes de l’opposition. Il existe à présent une grande variété d’administrations locales autonomes et l’essentiel de l’activité économique s’est déplacé vers la zone côtière.

Mar Elyan ou le crépuscule des Lumières

26/08/2015

qary 110Un lancinant point de douleur sur le côté de l’âme, voilà ce que j’ai ressenti le 21 août dernier lorsque j’ai lu par hasard sur al-Jazeera News la nouvelle de la démolition par les combatants de l’Etat Islamique du monastère de M?r Ely?n al-Cheikh, situé à proximité de la petite ville de al-Qaryatain, en Syrie.

Les autorités organisent un black-out médiatique sur la répression de Deraa

25/03/2011

Les autorités organisent un black-out médiatique sur la répression de DeraaReporters sans frontières condamne avec force la censure imposée par les autorités syriennes sur les médias nationaux et étrangers qui veulent couvrir les événements de Deraa.